Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

UNICEF France’s Young Ambassadors in Togo | Les Jeunes Ambassadeurs de l’UNICEF France en mission au Togo

les jeunes Ambassadeurs au Togo
© UNICEF France/2009/Thomas Arrivé
The Young Ambassadresses at the nutritional rehabilitation Center of Tokoin Hospital in Lome

Togo, April 25, 2009- Every year, the National Committee of UNICEF France organizes a field trip with a selection of six young ambassadors.

The Young Ambassadors are young people between 15 and 18 years-old, who commit to sensitizing their comrades on the situation of children in the world.

They also set up projects in their districts to promote child rights and conduct debates in French schools, from elementary through high school, to encourage other young people to get involved in helping children. This year, Togo has the honor.

The six young ambassadors Eva, Lea, Manon, Marion, Amandine and Héloïse journeyed Togo’s roads and trails to discover and understand UNICEF’s actions in terms of child protection, education and gender equity, maternal and newborn health, nutrition and HIV/AIDS prevention and treatment.

"They look so happy and yet…"

"What a welcome » says Manon on entering the courtyard of the Oasis Center managed by the NGO Terre des hommes, that shelters children who have been abandoned or are victims of abuse, violence and exploitation.

The six ambassadors have hardly crossed the doorstep when the children spontaneously come to take them by the hand. Enthusiastic and laughing, the children start to bombard the young ambassadors with questions.

How do you live at home? What do you eat? What do you do after school?”. The dialogue starts, the children listen, speak and above all laugh. It takes less than one hour for the children at the center to get the young Frenchwomen dancing Agbadja, one of the many Togolese traditional dances.

When it’s time to go, Eva voices her astonishment “They look so happy and yet they all are victims of abuse or violence”. Amandine says “I really did not expect that!”. “Me neither, adds Marion, I thought they would be sad and withdrawn and that it would be very difficult to make contact!”. It is with a heavy heart that eventually the six ambassadors leave the Oasis Center.

"How is it possible that at the 21st century one misses food?"

The day after, in the nutritional rehabilitation center of Tokoin Hospital in Lomé, sadness replaced the cheerfulness of the first visit. Manon says “How is it possible in the 21st century that there is a lack of food”. Marie, a nurse at the nutritional rehabilitation center, tries to explain to the young girls the reasons for this situation.

“Extreme poverty is the main cause. In Togo, 6 out of 10 people live below the poverty line. In addition to the poverty is the mothers’ lack of knowledge of the nutritional needs of newborn babies and children. This is why we organize training sessions every week to give advice to mothers on feeding and nutrition”.

“Even if you know that malnourished children will be cared for once they are in the center, it is hard to see them in such a bad condition!” adds Marion.

"By using words, we can save lives against HIV/AIDS"

On the third day, the six young ambassadors are visiting Agouè Junior High School, in the suburbs of Lomé. The young Togolese peer educators of Agouè Health Center are leading a sensitization session to fourteen year-old students. “What is surprising, notes Marion, it is that they cannot speak about sexuality with their parents whereas it is easy for us to get advice”. The Togolese students, eager to find out about French ways of life shoot questions at the young women.

“Do you have the right to have boyfriends? How do you protect yourself from HIV? Have you ever taken an HIV test? ”. A little embarrassed, the young ambassadors try to explain their lifestyle, their vision of love and their sexuality.

Between serious listening and nervous laughter, the message nevertheless gets across: use condoms, take the HIV test… The school bell rings. The young people exchange email addresses, happy to make long distance friends. “What is reassuring regarding the HIV virus, it is that we can easily save lives, concludes Lea, just by talking to people”.

"How can they learn anything in these conditions?"

It is the last day, and the young ambassadors have barely spent 5 minutes in the first grade classroom at Hompou primary school, a small community close to the Beninese border in the Maritime region, yet they are astonished by the size of the classes. “They are 71 in a first grade class! How can they learn anything in these conditions?” Marion asks.

Daniel, the Principal, explains “Since the Government made primary school free, the number of students has increased tremendously! Thanks to partners such as the NGOs or UNICEF who help us face this influx by providing us with desks, books or even latrines and trainings, we are progressively managing to deal with it”.

"We need a collective awakening"

After one week on the field, both touched by the warm welcome and “the smiles” that they have received while visiting villages, and also outraged by the level of poverty they have seen among the population, the six young ambassadors keep wondering and asking each other.

“When we see the situation in which children live here, you can see there is worldwide injustice” says Manon. “People need to know what’s going on, the whole world needs to be told!” Héloïse says. “But most of all, what I have really learnt is that even one person can move mountains! That encourages me!” Lea is filled with enthusiasm. “What surprises me, says Eva, it is that UNICEF not only provides equipments.

There are many messages that can be passed on by using words. There are simple things to do to save lives! And sometimes a life can be saved by simple words”.

“I have realized that only a collective awakening will help the world fight this situation, Marion concludes, and I myself plan to be part of it and contribute to this awakening because it is urgent!”.

The six young ambassadors will go back to France changed and motivated, conscious that each individual’s commitment and action counts to improve the situation of children in Togo and the whole world.


By Hadrien Bonnaud

Les Jeunes Ambassadrices au Lycée d’Agouè de Lomé
© UNICEF France/ 2009/Thomas Arrivé
Les Jeunes Ambassadrices au Lycée d’Agouè en banlieue de Lomé
****

Lomé, Togo, 25 avril 2009- Chaque année le Comité national de l’UNICEF France organise un voyage de terrain avec une sélection de six jeunes ambassadeurs.

Les Jeunes Ambassadeurs sont des jeunes entre 15 et 18 ans qui s’engagent à sensibiliser leurs camarades sur la situation des enfants dans le monde, à monter des projets dans leurs quartiers pour diffuser le droit des enfants ainsi qu’à animer des débats dans les écoles, collèges et lycées français pour inciter les autres jeunes à s’engager en faveur des enfants.

Cette année le Togo est à l’honneur. Les six jeunes ambassadrices Eva, Léa, Manon, Marion, Amandine et Héloïse ont arpenté les routes et les pistes du Togo pour découvrir et comprendre les actions de l’UNICEF en matière de protection de l’enfant, d’éducation et d’équité de genre, de santé maternelle, de nutrition, de prévention et prise en charge du VIH/SIDA.

"Ils ont l’air tellement heureux et pourtant…"

"Quel accueil !" s’exclame Manon en entrant dans la cour du Centre Oasis situé à Lomé et dirigé par l’ONG Terres des Hommes, qui accueille les enfants abandonnés ou victimes d’abus, de violence et d’exploitation.

A peine les six ambassadrices ont-elles passé le seuil de la porte que les enfants sont venus spontanément les prendre par la main. Enthousiastes voire hilares les enfants ont commencé à bombarder de questions les jeunes ambassadrices.

"Comment vis-tu chez toi ? Que manges-tu ? Que fais-tu après l’école?". Le dialogue prend, les enfants écoutent, prennent la parole et surtout rient.

Il aura fallu moins d’une heure aux enfants du centre pour faire danser les jeunes françaises l’Agbadja, une des nombreuses danses traditionnelles togolaises. En partant, Eva s’étonne "Ils ont l’air tellement heureux et pourtant ils sont tous victimes d’abus ou de violence".

Amandine, ajoute "Je ne m’attendais pas à ça !". "Moi non plus, renchérit Marion, je pensais qu’ils seraient tristes, renfermés et que ça serait très difficile d’établir un contact !". C’est le cœur serré que les six ambassadrices quittent le Centre Oasis.


"Comment est-ce possible qu’au XXIème siècle on manque de nourriture ?"

Le lendemain, au centre de réhabilitation nutritionnelle de l’Hôpital de Tokoin à Lomé, la tristesse a remplacé la gaieté de la première visite. Manon analyse « Même si on sait qu’une fois parvenus au centre, les enfants malnutris vont être pris en charge, c’est difficile de les voir si mal en point. Comment est-ce possible qu’au XXIème siècle on manque de nourriture?".

Marie, l’infirmière du centre de réhabilitation nutritionnelle, tente d’expliquer aux jeunes filles les causes de la situation. "C’est l’extrême pauvreté la cause principale. Au Togo 6 personnes sur 10 vivent en dessous du seuil de pauvreté. A la précarité s’ajoute le manque de connaissances des mères sur l’alimentation des nouveaux nés et des enfants. C’est pourquoi nous organisons chaque semaine des formations et des conseils aux mamans sur l’alimentation et la nutrition".

"Même si on sait qu’avec les aliments thérapeutiques et le lait thérapeutique, les enfants malnutris vont récupérer, c’est dur…" soupire Héloïse.


"Par la parole on peut sauver des vies contre le VIH"

Le troisième jour, voici les six jeunes ambassadrices au collège d’Agouè en banlieue de Lomé. Les jeunes pairs éducateurs togolais du Centre de Santé d’Agouè effectuent une sensibilisation dans une classe de 3ème. "Ce qui est surprenant, constate Marion, c’est qu’avec leurs parents ils ne peuvent pas parler de sexualité alors que chez nous on peut avoir des conseils facilement".

Les jeunes togolais, curieux de connaître les manières de vivre françaises mitraillent les jeunes filles de questions. "Avez-vous le droit d’avoir des petits amis ?  Comment te protèges-tu du VIH ? As-tu déjà fait un test de dépistage ?".

Déboussolées, les jeunes ambassadrices tentent d’expliquer leur mode de vie, leur vision de l’amour, leur sexualité. Entre écoute sérieuse et rires nerveux, le message passe : utiliser le préservatif, effectuer le dépistage du VIH…

La cloche du collège retentit. Les jeunes s’échangent les adresses emails heureux de pouvoir créer une relation à distance. "Ce qui est rassurant face au VIH c’est qu’on puisse tout de même sauver des vies de manière simple, conclut Léa, juste avec la parole".

"Comment font-ils pour apprendre quelque chose dans ces conditions ?"

Le dernier jour, à peine arrivées dans la classe de CP1 de l’école de Hompou, une petite communauté près de la frontière béninoise, les jeunes ambassadrices s’étonnent de l’effectif des classes. "Ils sont 71 en classe de CP ! Comment font-ils pour apprendre quelque chose dans ces conditions ?" s’exclame Marion.

Daniel, le directeur de l’école explique "Depuis que l’Etat a décrété la gratuité de l’école, nos effectifs ont beaucoup augmenté ! Grâce aux partenaires comme les ONG ou l’UNICEF qui nous aident à faire face à l’afflux en nous fournissant des tables bancs, des livres ou mêmes des latrines et des formations, nous parvenons tout de même à nous en sortir".

"Il faut une prise de conscience collective"

Après une semaine sur le terrain, à la fois touchées par l’accueil et "les sourires" qu’elles ont reçus mais aussi indignées par la situation de pauvreté des populations, les six jeunes ambassadrices ne cessent de discuter et de s’interroger. "Quand on voit dans quelle situation les enfants vivent on se dit qu’il y a une injustice mondiale" dit Manon.

"Il faut que les gens savent ce qu’il se passe, il faut informer tout le monde !" ajoute Héloïse. "Mais surtout ce que j’ai appris c’est qu’une seule personne avec de la volonté peut bouger des montagnes ! Ca me motive !" s’enthousiasme Léa.

"Ce qui m’a le plus surprise, dit Eva, c’est que l’UNICEF ne se contente pas que de fournir du matériel. Il y a beaucoup de messages qui passent par la parole.

Ce sont des choses simples qui peuvent sauver des vies ! Alors une vie ne tient parfois qu’à quelques mots". "J’ai réalisé que seule une prise de conscience collective fera sortir le monde de cette situation, conclut Marion, et je compte bien participer et contribuer à cette prise conscience car c’est urgent !".

Les six jeunes ambassadrices repartiront en France changées et motivées, conscientes que l’action de chaque individu compte pour améliorer la situation des enfants au Togo et dans le monde entier.

Par Hadrien Bonnaud

 

 
Search:

 Email this article

unite for children