Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Congo: the Parliament and UNICEF advocate for improving the protection of children | Le Parlement et l’UNICEF plaident pour une meilleure protection des enfants

Brazzaville, Congo, 22 April 2009–The Parliamentarians and Senators gathered today in Congress to asses the protection of children in Congo, with particular emphasis on the implementation of the recommendations of the Monitoring Committee of the Convention on the Rights of the Child (CRC).

They also outlined a timetable for adoption of a new law to protect children in the Congo.

Despite noticeable progress, the Republic of Congo has a very significant number of vulnerable children lacking access to basic social services, victims of violence, abuse, and the worst forms of exploitation.

More than half of all children live in poor families and are exposed to deprivations in health, nutrition, water, sanitation, and education. Indigenous (pygmies) children, approximately 10% of the total population, are marginalized and their rights to survival, development and protection are not respected.

Moreover, the child welfare services are under funded (0.34% of the state budget). This contrast with the significant needs: about 20% of children are not registered at birth.
More than 200,000 children are orphans; with 69,000 as a result of AIDS and over 2/3 do not benefit from any support.   Many children are exposed to sexual violence, trafficking or exploitation, living on the street or are in conflict with the law.   Finally, legislation and regulations are outdated, incomplete or not enforced.

Violations of the right of children to protection constitute a major obstacle to their survival and well-being and the development of the Congo. Given this situation, the Health, Social Affairs, Family and Gender committee in the National Assembly, with UNICEF support, organized a special session of parliament on the protection of the children in Congo, chaired by the Honorable Euloge Landry Kolelas.

Members and Senators met to review the situation analysis of child protection in the Congo.   They were also briefed on the initiatives and strategies to improve their situation and in particular the recommendations of the Monitoring Committee of the CRC, ratified by the Republic of Congo in 1993. They also reviewed the law on child protection currently under review and agreed on a timetable for its adoption.

The Special Session was chaired by Second Vice-President The Honorable Bernard TCHIBAMBELELA in the presence of Madame Emilienne Raoul, Minister of Health, Social Affairs and Family, other government members, representatives of Parliament children, United Nations agencies, the diplomatic corps and civil society.

This special session has enabled parliamentarians to gain a better understanding of the situation of children in Congo and the main problems affecting the realization of their rights.

Parliamentarians have therefore agreed on the importance on updating a legal framework for child protection as soon as possible, as recommended by the Monitoring Committee of the CRC.

For further information, please contact:
Hector Calderon, tel.00 242 578 24 27, email: hcalderon@unicef.org

****

Brazzaville, Congo, 22 avril 2009 – Les Députés et Sénateurs réunis en congrès ont procédé ce jour à l’analyse de la protection de l’enfant au Congo. Ils ont mis un accent particulier sur la mise en œuvre des recommandations du comité de suivi de la convention des droits des enfants (CDE).

Ils ont également défini un calendrier pour l’adoption de la loi de protection de l’enfant au Congo.

En effet, en dépit des progrès accomplis, la République du Congo compte toujours un nombre important d’enfants vulnérables, manquant d’accès aux services sociaux de base ou victimes de violences, d’abus, de pires formes d’exploitation.

Plus de la moitié de tous les enfants vivent dans une famille pauvre et sont exposés aux privations en santé, nutrition, eau et assainissement, éducation. Les enfants autochtones qui représentent environ 10 % de la population totale sont marginalisés et  leurs droits à la survie, développement et protection ne sont pas respectés.

Par ailleurs, les services de protection sociale sont sous-financés (0,34 % du budget de l’Etat). Ceci contraste avec les besoins importants : près de 20% des enfants ne sont pas déclarés à l’état civil. Plus de 200.000 sont orphelins, dont 69.000 du fait du SIDA, et plus de 2/3 d’entre eux ne bénéficient d’aucun soutien. De nombreux enfants sont exposés à la violence sexuelle, au trafic ou à l’exploitation, vivent dans la rue ou sont en conflit avec la loi.

Enfin, la législation et la réglementation sont obsolètes, incomplètes ou non appliquées. Les violations du droit des enfants à la protection constituent donc un obstacle majeur à leur survie et à leur bien-être et au développement du Congo.

Devant cette situation préoccupante, la Commission Santé, Affaire sociales, Famille et Genre de l’Assemblée Nationale présidée par l’Honorable Euloge Landry Kolelas, avec l’appui de l’UNICEF, a organisé une session parlementaire spéciale sur la protection de l’enfant au Congo. Les Députés et Sénateurs réunis ont procédé à l’analyse de situation de la protection de l’enfant au Congo.

Ils ont également été informés sur les initiatives et les stratégies en cours pour améliorer leur situation et en particulier les recommandations du Comité de suivi de la Convention des Droits des Enfants (CDE), ratifiée par la République du Congo en 1993. Ils ont échangé également sur la loi de protection de l’enfant soumise pour lecture à la Commission et décidé d’un calendrier pour son adoption.

La Session spéciale a été présidée par le deuxième vice-président l’Honorable Bernard Tchibambelela, en présence de Madame Emilienne Raoul, ministre de la Santé, des affaires sociales et de la famille, d’autres membres du gouvernement, des représentants du Parlement des enfants, des agences des Nations Unies, du corps diplomatique et de la société  civile.

Les communications présentées et les documents distribués ont permis aux parlementaires d’avoir  une meilleure connaissance de la situation des enfants au Congo et des principaux problèmes qui affectent la réalisation de leurs droits. Les parlementaires se sont donc accordés sur les enjeux et l’importance de la mise en place d’une loi cadre de protection de l’enfant dans les plus brefs délais, comme recommandé par le comité de suivi de la CDE.

Pour plus d'information, veuillez contacter :
Jean-Marie Samuel Ouenabio, tel.00 242 551 26 87, email:  jmsouenabio@unicef.org
Hector Calderon, tel.00 242 578 24 27, email: hcalderon@unicef.org

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children