Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

‘I Have Something to Tell You’ – documentary gives voice to young Liberian women | "J’ai quelque chose à vous dire" – un documentaire donne la parole à des jeunes filles du Libéria

UNICEF/Liberia
© UNICEF/Liberia/2009/Vigneault
Filmmaker Loch Phillips shoots a documentary, ‘I Have Something to Tell You’, giving voice to a group of 10 ambitious young women in post-war Liberia.

Kakata, Liberia, 28 August 2009 – After two decades of civil war, girls in Liberia must overcome many obstacles to achieve their dreams. A new documentary film, ‘I Have Something to Tell You’, is giving voice to a group of 10 ambitious young women who met in a workshop at the Liberia Youth Network’s centre in Kakata.

 watch it [Part 1 - Part 2 ]

The film brought these young women together to share personal stories about their past lives, their dreams and their ongoing challenges. The filmmaker, Loch Phillips, helped them transform their stories into a script for the film. 

“I was so blown away by some of the girls’ speeches that I was tearing up behind the camera, because I felt the power of what they were saying,” recalls Mr. Phillips. “People will understand that it's hard to maintain dreams like theirs in Liberia with all that is happening to girls.”

Coping with hardships
The 10 young women, ages 15 to 21, come from different backgrounds but share the common goal of living a meaningful and successful life.
Some just want to be good mothers; others want to be doctors or even president someday. But the film also reveals a tragic reality: that it is difficult to achieve any goal, large or small, in Liberia.

The young women in the film – Janice, Ruth, Joseta, Keturah, Yah, Jewri, Victoria, Elizabeth, Garnice and Betty – have all found ways to cope with the hardships of life in their country, and they are all determined not to allow Liberia’s troubled past to stand in their way.

Ruth’s story: The strength to speak out
Ruth Dureng, one of the girls featured in the film, wants to become both a reverend and a doctor. A dual career may seem challenging to some, but Ruth has overcome far greater challenges before. She was abused and forced out of her house when she refused to become the second wife of her aunt’s husband.

In a culture where women are shamed for saying ‘no’, or shunned when they are the victims of sexual violence, Ruth had the strength to speak out.
“Your ‘no’ can save and protect the generation that is not yet born,” she says. “I stood up to protect my pride, and you can do the same, no matter what the case is. Stand up. Life is better if you live it positively.”

Ruth wants to achieve many things, but she knows she will need help. “I am convinced that I cannot achieve these dreams alone,” she says. “I need education and help to foster my dreams into reality.”

Role of education
Receiving a proper education is a dream in and of itself for many girls in Liberia. Almost half of Liberian girls marry and bear children before the age of 18, and few attend school. Three out of five women in Liberia can’t read, and married women often believe that it’s acceptable for men to beat women.

When Ruth left her house, she also left behind a life of illiteracy and domestic abuse. She has embraced her future and is ready to advocate for other girls.
“I have a dream that one day this great nation, Liberia, will be free of guns, violence, domestic abuse and sexual exploitation,” she says.

Janice’s story: Mature beyond her years
Janice Pratt, another young woman featured in the documentary, is a slight girl with a strong voice.

“My name is Janice and I’m hurting,” she says, addressing her peers. “There are 10 great girls right in this room with dreams. Will they ever turn into reality? Or are we just dreaming?”

Janice is just 19, but she’s mature beyond her years. Well spoken and ambitious, she was clearly endowed with the gifts of intellect and curiosity – qualities that miraculously flourished even in war-torn Liberia, where more than a million people were displaced and thousands died during two decades of civil war.

Women bear the brunt
In Liberia, females are almost always second to men, and women bear the brunt of poverty. But that has not stopped Janice.

When she isn’t in school or in youth group, she works on a radio show that promotes positive sexual health messages for young men and women who wouldn’t otherwise have access to such information.

Janice says her long-term goal is to become a filmmaker or a journalist or, even, the second female president of Liberia.

A chance to speak up
All of the young women featured in the documentary are pushing hard to make it, but the path to achieving their goals is full of roadblocks. Given the realities of limited access to education, health care and jobs, the challenges can be daunting.

Sadly, in Liberia, even the most determined girls can fail to overcome everything that is stacked against them.

‘I Have Something to Tell You’ gives these 10 women a chance to speak up about the issues that affect them. It gives them a voice to call for the support they need in order to achieve their dreams.

In the end, as Janice Pratt puts it, “There’s nothing wrong in dreaming.”

 watch it [Part 1 - Part 2 ]

For more information, please contact:
Louis Vigneault, UNICEF Liberia, Tel: +231 (0)6-923-174, Email:  lvigneault@unicef.org

 

UNICEF/Liberia
© UNICEF/Liberia/2009/Gordon
Janice Pratt, 19 ans, rêve de devenir cinéaste, ou peut-être même, la prochaine femme Présidente du Libéria.
********

Kakata, Libéria, 28 août 2009 - Après deux décennies de guerre civile, les jeunes filles au Libéria doivent surmonter de nombreux obstacles à la réalisation de leurs rêves.

Un nouveau film documentaire, "J’ai quelque chose à vous dire", donne la parole à un groupe de 10 jeunes femmes ambitieuses réunies dans un atelier du Liberia Youth Network à Kakata.

 voir le film [Partie 1 - Partie 2 ]

Le film a réuni ces jeunes femmes pour un échange sur des histoires personnelles vécues, sur leurs rêves et leurs défis actuels. Le cinéaste, Loch Phillips, a contribué à transformer leurs histoires en un script pour le film.

"J'étais tellement emballé par le discours de certaines jeunes filles que j'étais excité derrière la caméra, parce que je sentais la puissance de ce qu'elles disaient", se rappelle Phillips.

"Les gens vont comprendre qu’il est difficile de maintenir intact ses rêves, dans un pays comme le Libéria, avec tout ce qui arrive aux jeunes filles ".

Faire face aux difficultés
Les 10 jeunes femmes, âgées de 15 à 21 ans, viennent d'horizons différents mais partagent l'objectif commun de vouloir mener une vie réussie et pleine de sens.

Certaines veulent juste être de bonnes mères, tandis que d'autres veulent devenir médecins ou même président un jour. Mais le film révèle aussi une réalité tragique: il est difficile d'atteindre un objectif au Libéria, qu’il soit petit ou grand.

Les jeunes femmes du film - Janice, Ruth, Joseta, Ketura, Yah, Jewri, Victoria, Elizabeth, Garnice et Betty - ont toutes trouvé les moyens de faire face aux difficultés de la vie dans leur pays, et la détermination à continuer malgré le passif de l’histoire trouble du Libéria.

L’histoire de Ruth: la force de parler
Ruth Dureng, l'une des filles du film, veut devenir à la fois révérend et médecin. Une double carrière qui semble difficile pour certains, mais Ruth a déjà surmonté des défis bien plus grands.

Ayant refusé de devenir la seconde épouse du mari de sa tante, elle a été soumise à de mauvais traitements et contrainte de quitter sa maison.

Dans une culture où les femmes ont honte de dire "non", ou sont rejetées quand elles sont victimes de violences sexuelles, Ruth a eu la force de parler et de se faire entendre.

"Dire ‘non’ peut sauver et protéger la génération qui n'est pas encore née", dit-elle. "Je me suis défendue pour défendre mon amour-propre, et vous pouvez faire la même chose, quel que soit le cas. Faites face. La vie est meilleure si vous la vivez positivement".

 Ruth veut réaliser beaucoup de choses, mais sait qu'elle aura besoin d'aide. "Je suis convaincue que je ne peux pas réaliser ces rêves toute seule", dit-elle. "J'ai besoin d’une éducation qui m’aidera à faire de mes rêves une réalité."

Le rôle de l'éducation
Recevoir une bonne éducation est en soi un rêve pour beaucoup de filles au Libéria. Près de la moitié des filles se marient et font des enfants avant l'âge de 18 ans, et peu d’entre elles vont à l'école.

Trois sur cinq femmes au Libéria ne savent pas lire, et les femmes mariées trouvent acceptable que les hommes battent les femmes.

Lorsque Ruth a quitté sa maison, elle a aussi laissé derrière elle une vie d’analphabétisme et de violence domestique. Elle a pris son avenir à bras le corps et est prête à plaider en faveur d'autres filles.

"Je rêve qu'un jour, cette grande nation, le Liberia, soit libérée des armes à feu, de la violence domestique et de l’exploitation sexuelle", dit-elle.

L’histoire de Janice: une incroyable maturité
Janice Pratt, une autre jeune femme en vedette dans le documentaire, est frêle mais avec une voix forte. "Mon nom est Janice et j’ai de la peine, a-t-elle dit, s'adressant à ses pairs. "Il y a 10 grandes filles dans cette pièce avec des rêves. Ces rêves vont-ils jamais devenir réalité? Ou sommes-nous juste entrain de rêver ?"

Janice a seulement 19 ans, mais elle est beaucoup plus mature pour son âge. Eloquente et ambitieuse, elle a manifestement de l’intelligence et de la curiosité - qualités qui ont miraculeusement prospéré dans un Libéria ravagé par la guerre, et où plus d'un million de personnes ont été déplacées et des milliers sont morts durant les deux décennies de guerre civile.

Le fardeau des femmes
Au Libéria, les femmes sont presque toujours en deuxième position et elles portent le fardeau de la pauvreté. Mais cela n'a pas découragé Janice.

Quand elle n'est pas à l'école ou avec d’autres jeunes, elle travaille sur une émission radio qui fait la promotion de messages positifs sur la santé sexuelle en direction des jeunes garçons ou filles qui n'auraient autrement pas accès à ces informations.

Janice se fixe comme objectif à long terme de devenir cinéaste ou journaliste ou, même, la deuxième femme présidente du Libéria, dit-elle.

Une chance de prendre la parole
Toutes les jeunes femmes en vedette dans le documentaire travaillent dur pour atteindre leurs objectifs mais le chemin pour y arriver est plein d’embûches.

Etant donné la réalité du faible accès à l'éducation, aux soins de santé et à l'emploi, les défis peuvent être dissuasifs. Malheureusement, au Libéria, même les filles les plus déterminées peuvent échouer devant les si nombreux obstacles qui s’accumulent devant elles.

"J’ai quelque chose à vous dire" donne à ces 10 femmes une chance de s'exprimer sur des problèmes qui les touchent, elle leur donne une voix pour demander l'aide dont elles ont besoin pour réaliser leurs rêves.

En fin de compte, comme le dit Janice Pratt: "Il n'y a rien de mal à rêver."

 voir le film [Partie 1 - Partie 2 ]

Pour plus d’informations veuillez contacter:
Louis Vigneault, UNICEF Libéria Tel: +231 (0)6-923-174, Email: lvigneault@unicef.org

 

 

 

 

Resource | Ressource

'I have something to tell you'
10 Liberian girls write essays, directed at policy makers, about their lives, their hopes and their dreams.

 watch the documentary 
[Part 1 - Part 2 ]


Search:

 Email this article

unite for children