Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

GUINEE : une journée nationale de mobilisation sociale contre les MGF/E, pour une tolérance zéro

Conakry, Guinée,  21 février 2009- Le Premier ministre guinéen Kabiné Komara a présenté fièrement devant l’assistance réunie dans la vaste salle du palais du peuple de Conakry la déclaration à signer par le président du Conseil National pour la Démocratie et le Développement et le gouvernement condamnant fermement et interdisant la pratique des mutilations génitales féminines. C’était le jeudi 19 Février 2009 à l’occasion de la célébration avec un petit décalage, de la journée du 6 Février, journée internationale de lutte contre les MGF/E

Entouré par neuf ministres du gouvernement le Premier ministre guinéen Mr Kabiné Komara a évoqué le rôle pionnier des femmes de la Guinée pour l’émancipation de la Guinée et de l’Afrique. Eu égard à cette contribution inestimable des femmes de ce pays, il s’est déclaré  convaincu qu’elles sauront faire en sorte de ne pas laisser les enfants continuer à souffrir du fait d’une pratique qu’il a qualifié de surannée

La Ministre des affaires sociales et de la promotion féminine Madame hadja Makoura Sylla avait peu auparavant également partagé son espoir de voir grâce au travail de sensibilisation des structures techniques, et des associations de la société civile appuyée par des institutions internationales, l’abandon de cette pratique. « Le changement est possible » s’est –elle écriée, car a-t-elle expliquée « la culture n’est pas statique, mais dynamique ».

Le Représentant de l’UNICEF, Dr Cisse a pour sa part, au nom des partenaires techniques et financiers qui appuient la lutte contre les MGF/E en Guinée, exhorté le pays à une tolérance zéro face aux mutilations génitales féminines/excision. « Aucune violence ne peut se justifier encore moins une violence contre les enfants dont le choc psychologique peut les affecter toute une vie durant a –il affirmé ».

La Coordonnatrice du système des Nations Madame Baranga Gasarabwé a transmis le message de soutien et de solidarité du SG des Nations Unies aux pays qui s’engagent résolument dans cette lutte.
Lors de la 52 ème session des Nations Unies sur la condition de la femme en mars 2008 à New York. Mr Banki Moon avait lancé un programme pluri annuel de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles

La voix des enfants s’est également faite entendre « Nous, futurs parents, nous ne voulons plus de mutilations génitales féminines sous toutes ses formes » s’est exclamée avec force, la présidente du Parlement des Enfants Mademoiselle Aissa Camara avant de remettre dans les mains du premier Ministre guinéen, au nom des enfants de Guinée, leur texte de plaidoyer

Notons que la Guinée connaît en matière de MGF/E un taux de prévalence de 96% selon l’enquête démographique et de santé de 2005. Entre 1992 et 2005, la réduction de la prévalence n’a été que de 4%.
Une loi portant Santé de la Reproduction en République de Guinée qui réprime particulièrement les violences aux femmes et aux enfants est pourtant en vigueur depuis 2000. Mais son application reste un défi.
D’ici 2012, l’objectif poursuivi par le programme conjoint UNFPA/UNICEF financé par un fonds spécial des Nations Unies actuellement en cours dans les régions administratives de N’zérékoré et Faranah, en phase de démarrage, a pour objectif de réduire de 40 % la prévalence des MGF/E chez les filles de 0-18 ans dans les régions couvertes. Le montant affecté à ce programme s’élève à  400 000  dollars US.

Pour toute information complémentaire contacter
Michèle Akan Badarou / Communication
Kadiatou Pate Touré /Programme Protection
Unicef, Conakry, GuinéeTél : 64 31 67 89
 E-Mail : mbadarou@unicef.org

 

 
Search:

 Email this article

unite for children