Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Mali: assessing child poverty and disparities towards better results for children | Mali: évaluer la pauvreté des enfants et les disparités pour de meilleurs résultats pour les enfants

UNICEF/Mali/2008/Pirozzi
© UNICEF/Mali/2008/Pirozzi

In September 2007, UNICEF launched a global initiative for the comparative study of childhood poverty and disparities in 40 countries, with the aim of fostering understanding on how economic and social policies can better achieve results for children.

So as to obtain a holistic view of poverty, the study takes into consideration various aspects of poverty, such as monetary poverty, inadequate living conditions and deprivation.

Mali is one of the first countries in West and Central Africa to complete the study, which was undertaken in partnership with the Direction nationale de la statistique of the Ministry of economics, industry and commerce and the University of Mali, with the support of Macro International and Bristol University in the United Kingdom.

 Download the report (in French)

Interview with Marcel Kanyankore Rudasingwa, UNICEF Representative in Mali

Q: Why a study on child poverty and disparities in Mali?
A: Mali has made significant progress in combating household poverty since 2001. The national poverty alleviation strategy has borne fruit: between 2001 and 2006, monetary poverty fell 8 points, from 55.6% to 47.4%.

This progress, albeit laudable, is insufficient to meet the Millennium Development Goals. Close to half of Mali’s population lives below the poverty line (less than a dollar a day) and the rates of improvement of living conditions and access to basic social services are insufficient.

To build on what has been achieved since 2001 and accelerate progress towards attaining the MDGs, while fulfilling children and women’s rights in Mali, better knowledge was needed of the extent of deprivation and disparities affecting children and the most-at-risks groups. The information is essential to better target public policies that can translate into results for children.

Q: what lessons can be drawn from the studies?
A:
The study offers a snapshot of the state of children in Mali, of the deprivation and disparities children face in terms of nutrition, education, access to basic health services, access to water and housing.

The study shows that among 5.1 million children under 15, more than 4.3 millions – that’s 8 out of 10 children – face severe deprivation in at least one of the 7 areas researched. Children suffer the most severe deprivation in matters of housing and education; in rural areas and in the regions of Kayes, Mopti, Tombouctou and Gao.

The study shows that poverty – as a measure of access to basic social services –is felt more by children belonging to single-parent households, or households headed by an adolescent, an elderly person, a woman or a person who never went to school.

It also reveals that malnutrition touches twice as many children from poor households and that children from such households are twice as likely not to go to school as children from non-poor families. In terms of access to education, the study indicates encouraging progress in disparity reduction. It shows that pragrammes inciting school attendance through cash transfers to poor families have helped reduce the disparities of access to primary education in the region of Mopti.

The study also tells us that the decline in under-5 child mortality benefited three times fewer children from poor households than children from non poor households. However, and this is encouraging, advanced strategies and mass campaigns did reach the most vulnerable groups and thus reduced the gap between rich and poor with vaccination against measles, diphtheria, tetanus and whooping cough.

The study proves that education, in particular of heads of households and of mothers, is an essential factor of poverty alleviation and for reducing disparities among children. An educated mother is in a better position to successfully treat her child against common, but possibly fatal, illnesses such as diarrhea, pneumonia and malaria.

Q: What are the public policy implications?
A:
The study maps the disparities in basic services coverage by region, by area of residence (urban or rural) and by gender. It also shows advances made in reducing these inequalities at the national and regional level between 2001 and 2006, and allows us to draw lessons from the existing measures or programmes that are the most beneficial to the poorest.

Also, it is an irreplaceable tool for targeting policies in favor of the most vulnerable groups. It is also a useful as an advocacy tool to mobilize resources and optimize their utilization. Overall, the study advocates for implementing social protection mechanisms.

Q: What priority actions stand out in report?
A:
The priority of priorities is putting children at the heart of public policies and national budgets, so that these work for children, who make up half the population.

It is of the utmost importance that mechanisms that reinforce the financial capacity of families and their social protection be promoted, so as to counter the financial constraints that serve as an obstacle to the realization of children’s and women’s rights. To this end, initiatives piloted in the Kayes and Mopti regions could be replicated elsewhere.

At a programmatic level, the priority is implementing a policy of free mandatory primary education, of mandatory health insurance and facilitated access to medical care for indigents.

Q : Are the Government and its partners taking up the challenge of reducing child poverty and inequalities ?
A: I believe the Government of Mali and its partners proved their commitment when the Government took legal steps in January 2009 to set up mandatory health insurance and a healthcare assistance fund for the poorest 5%.

The study aspires to contribute to reinvigorating the fight against poverty and to improve the living conditions of the most vulnerable, and children in particular. One can only be thrilled at the political and financial jolt it comes with.

 Download the report (in French)

UNICEF/Mali/2007/Pirozzi
© UNICEF/Mali/2007/Pirozzi

UNICEF a lancé, en septembre 2007, dans 40 pays, une initiative globale visant l’étude comparative de la pauvreté des enfants et des inégalités. Ces études visent notamment à renforcer les connaissances sur la traduction des politiques économiques et sociales en résultats pour les enfants.

Les études combinent plusieurs méthodes de mesure de la pauvreté - pauvreté monétaire, pauvreté des conditions de vie et privations - afin de mieux cerner la dimension holistique de la pauvreté.

Le Mali est un des premiers pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre à achever l’étude, menée en partenariat avec la Direction nationale de la statistique du Ministère de l’économie, de l’industrie et du commerce et l’Université du Mali, avec l’appui de Macro International et de l’Université de Bristol (Royaume-Uni).

 Télécharger le rapport

Précisions du Représentant de l’UNICEF au Mali, Marcel Kanyankore Rudasingwa.

Q: Pourquoi une étude sur la pauvreté des enfants et les inégalités au Mali ?
R:
Des progrès significatifs ont été enregistrés au Mali depuis 2001 en matière de réduction de la pauvreté des ménages.  La stratégie nationale de réduction de la pauvreté a porté ses fruits puisqu’on a observé une baisse de 8 points de la pauvreté monétaire entre 2001 et 2006, passée de 55,6% à 47,4%.

Ces progrès, quoique louables, ne sont pas suffisants pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Près de la moitié de la population malienne vit sous le seuil de pauvreté (moins d’un dollars par jour) et le rythme de l’amélioration des conditions de vies et d’accès aux services sociaux de base est insuffisant.

Pour capitaliser sur les acquis obtenus depuis 2001 et accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de développement et l’accomplissement des droits des enfants et des femmes du Mali, il était utile d’améliorer les connaissances sur l’ampleur des privations et inégalités qui affectent les enfants et de déterminer les groupes à haut risques.  Ces données permettent de mieux cibler les politiques publiques pour qu’elles se traduisent en résultats pour les enfants.
 
Q: Quels sont les principaux enseignements de l’étude ?
R:
L’étude offre un instantané des conditions de vie des enfants au Mali, sous l’angle des privations et des inégalités auxquelles ils font face dans les domaines de la nutrition, de l’éducation, de l’accès aux services de santé essentiels, d’accès à l’eau et du logement notamment.

Elle révèle que sur un effectif d’enfants de moins de quinze ans de 5,1 millions, plus de 4,3 millions – 8 enfants sur 10 – font face à des privations sévères dans au moins une des sept dimensions étudiées. Les privations les plus sévères affectant les enfants étant dans le domaine du logement et de l’éducation, et dans les zones rurales et dans les régions de Kayes, Mopti, Tombouctou et Gao.

L’étude montre que la pauvreté - entendue dans sa dimension de satisfaction de la demande en services sociaux de base - touche particulièrement les enfants issus de familles monoparentales, ou dont le chef de famille est un adolescent, une personne âgée, une femme, ou une personne n’ayant jamais été à l’école. 

On apprend également que la malnutrition touche deux fois plus les enfants des ménages pauvres et que ces derniers ont deux fois moins de chance d’aller à l’école que leurs camarades issus de famille non pauvre. Dans le domaine de l’accès à l’éducation, l’étude révèle par ailleurs des progrès encourageants en matière de réduction des inégalités.  Elle montre que les programmes d’incitation de la demande scolaire par le biais de cash transfert aux familles pauvres ont permis de réduire les inégalités d’accès au primaire dans la région de Mopti.

L’étude nous apprend que la réduction du taux de mortalité des moins de cinq ans a trois fois moins bénéficié aux enfants des ménages pauvres qu’aux enfants des ménages non pauvres. Toutefois, et c’est encourageant, les stratégies avancées et les campagnes de masse ont permis d’atteindre les groupes les plus vulnérables et de réduire ainsi l’écart entre les pauvres et les riches en matière d’accès à la vaccination contre la rougeole et contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

Elle montre que l’instruction, en particulier des chefs de ménage et de la mère, est un important facteur pour la réduction de la pauvreté et des inégalités touchant les enfants.  Une mère instruite a plus de chance de donner à son enfant le bon traitement pour les maladies fréquentes et qui peuvent néanmoins s’avérer fatale que sont la diarrhée, la pneumonie ou le paludisme.

Q: Quelles sont les implications en matière de politiques publiques ?
R:
L’étude révèle les inégalités dans la couverture des services de base par région, par milieu de résidence (rural ou urbain) et par genre. Elle détermine les progrès accomplis dans la réduction des inégalités au plan national et entre les régions de 2001 à 2006 et permet de tirer des enseignements sur les mesures ou programmes existants les plus bénéfiques aux couches les plus pauvres.

Par la même, elle constitue un outil irremplaçable pour le ciblage des politiques publiques en faveur des groupes les plus vulnérables. Elle constitue un outil de plaidoyer pour la mobilisation de ressources et leur utilisation optimale.  Elle milite pour la mise en place de systèmes de protection sociale.

Q: Quelles priorités d’action se dégagent de l’étude ?
R:
La priorité des priorités est de placer les enfants au cœur des politiques publiques et des budgets nationaux afin qu’ils travaillent pour les enfants, groupe qui compte pour la moitié de la population.

Il est primordial de promouvoir les mécanismes de renforcement des capacités financières des familles et de protection sociale pour palier aux contraintes d’accessibilité financière qui font obstacle à la satisfaction des droits des enfants et des femmes. A cet égard, les initiatives en faveur des pauvres expérimentées dans les régions de Kayes ou de Mopti pourraient être répliquées dans d’autres régions.

Au niveau sectoriel, la mise en œuvre de la politique d’éducation primaire obligatoire et gratuite, la politique d’assurance maladie obligatoire et la facilité d’assistance médicale aux indigents sont prioritaires.

Q: Le Gouvernement et ses partenaires ont-ils pris la mesure du défi de la réduction de la pauvreté et des inégalités des enfants ?
R:
Je pense que l’approbation par le Gouvernement, en janvier 2009, des mesures légales pour la mise en place de l’assurance maladie obligatoire et du fonds d’aide à l’assistance maladie des 5% les plus pauvres témoigne de la mobilisation du Gouvernement malien et de ses partenaires.

L’ambition de l’étude était de contribuer à donner un nouvel élan à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie des plus vulnérables, en particulier des enfants. On ne peut que se réjouir devant un tel sursaut politique et financier.

 Télécharger le rapport

 

 
Search:

 Email this article

unite for children