Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Waiving fees to boost access to essential maternal and newborn care in Sierra Leone | Eliminer les frais des utilisateurs pour améliorer l'accès aux soins essentiels pour la mère et le nouveau-né en Sierra Leone

UNICEF/Sierra Leone/2008
© UNICEF/Sierra Leone/2008
Geert Cappalaere, UNICEF Representative in Sierra Leone with children.

Interview with Geert Cappalaere, UNICEF Representative in Sierra Leone

Sierra Leone is among the developing countries with the worst maternal and child health indicators. Maternal and newborn mortality figures are quoted as 2,100 per 100,000 live births and 155 per 1000 live births respectively.

A nationwide needs assessment for Emergency Obstetrics and Newborn Care (EmONC) was undertaken in July 2008 by the Ministry of Health & Sanitation (MOHS) and the Joint UN partners. Funding was provided by Irish Aid. The assessment is part of the implementation of the Reproductive and Child health strategy, which was launched by the President earlier this year.

The aims of the assessment were to determine the availability, utilization and quality of EmONC services. Also, to identify gaps in service delivery, to identify interventions for the reduction of maternal and newborn mortality, and to provide baseline data upon which future programs could be monitored.

The assessment consisted of a quantitative and a qualitative section. Within the former, the UN Process indicators and signal functions for emergency obstetric care were used nationwide. Whereas for the latter, focus group discussions were conducted in representative districts regionally, to find out the health-seeking behaviour of communities when an emergency occurs in the case of the pregnant woman and/or the newborn.  All public, private, mission, and NGO hospitals providing Maternal and Child Health services were selected and 145 health facilities were assessed.

One of the significant issues highlighted in the assessment is the payment of health services. In Sierra Leone, out of pocket expenses for those seeking health care are among the highest in Africa (about 70%). Yet most of the population remains below the poverty line. Even modest charges tend to exclude over 50% of the population from seeking health care and exemption systems in current use do not seem to work. This deters people from going to hospital which eventually leads to failing health for adults and children alike.

Here is what Geert Cappelaere, UNICEF Representative in Sierra Leone had to say on the issue:

Q: We understand that Sierra Leone is rated as having one of the worst maternal and child health indicators, why do you think that may be?
A: Well, one reason could be user fees. It often deters women from the prompt use of health services for themselves and their newborn children. The daunting difficulties that most people have with fees, translates to the inaccessibility of health services and increasing patronage of unskilled traditional birth attendants.

Although the government has a free health care policy for children and pregnant women, this is rarely enforced and consequently health services end up being rarely free in Sierra Leone. One of the main issues contributing to this situation is that health staff is usually underpaid and poorly supervised which leads them to request money from patients.

Another issue is that Government health facilities have a cost recovery scheme in place. This means that drugs are sold to the public at cost price. With the cost recovery funds, the facility is able to go back to a central store to replenish its stock. However, in practice, there are no mechanisms in place to monitor these charges and the replenishment of supplies. Charges are not regulated.  

Q: What are some suggestions that UNICEF has formulated in order to overcome this situation?
A: UNICEF has spearheaded a common position of all health development partners on user fees: Ensuring the unconditional implementation of the existing policy of free services for under-five children and pregnant women.

Different short, medium and long term strategies are currently explored for the health financing. Among others, UNICEF Sierra Leone is supporting the design of new programs that include components which enables the empowerment of mothers so as to ensure more control on service provision and the choice of service providers. Moreover, UNICEF and development partners are working together with the government to develop incentive schemes for health staff. In the long run these are to be based on performance and results.

Q: What specific advocacy efforts are being attempted and channelled?
A: Advocacy for free care and public information is being taken at all levels- central government level through the Presidents Office, Office of the first Lady, district and Chiefdom levels. The bottom line is for UNICEF to achieve the goal of free health care or alternative health financing mechanisms which take away the burden from the poor consumers.

In addition, UNICEF is planning to conduct a nationwide evidence based advocacy campaign through findings highlighted in the Nationwide Needs Assessment for Emergency Obstetric and Newborn Care Services.

Q: What are some of the logistical problems that UNICEF is facing?
A: Ensuring that health services are available and of quality is the most fundamental issue at the moment. Only 14 hospitals are able to offer comprehensive emergency obstetric care in the country while no peripheral health facility is able to offer quality basic emergency obstetric care. The need to upgrade the health facilities is a main focal point of the national Reproductive and Child Health program of 2009.

Improvement of supervision and introduction of appropriate incentive schemes for health staff is also a challenge but crucial for the improvement of the health system.

Q: What will be the measure of your success?
A: Well, first of all we want the fee waiver for pregnant women and newborns duly applied. Moreover, clear guidelines on this waiver need to be published by the Ministry of Health and Sanitation.

In addition, we are working alongside the government in an attempt to get him to raise expenditure on health to $15 per capita and leverage with all development partners to step up their contribution to health financing.

The focus of our investment is the improvement of service quality, as well as the implementation of free health care for under-five children and pregnant women in all peripheral health facilities and district hospitals.

UNICEF/Sierra Leone/2008
© UNICEF/Sierra Leone/2008
Geert Cappalaere, Représentant de l'UNICEF en Sierra Leone, lors de la restitution de l'étude sur les services de soins obstétriques d'urgence en Sierra Leone.

Eliminer les frais des utilisateurs pour améliorer l'accès aux soins essentiels pour la mère et le nouveau-né en Sierra Leone
Interview avec le Représentant de l'UNICEF en Sierra Leone, Geert Cappalaere

La Sierra Leone est parmi les pays en voie de développement ayant les pires indicateurs en termes de santé maternelle et infantile. Les données pour la mortalité maternelle et infantile sont respectivement de 2,100 pour 100,000 naissances vivantes et 155 pour 1000 naissances vivantes.

Une étude nationale des soins obstétriques et néonatals d’urgence (SONU) fut entreprise en juillet 2008 par le Ministère de la Santé  et de l’Assainissement (MSA) et des partenaires des Nations Unies. Le financement fut fourni par Irish Aid. L’étude fait partie de la stratégie sur la santé  reproductive et de l’enfant qui fut inaugurée par le Président l’année dernière.

Le but de cette étude était de déterminer la disponibilité, l’utilisation et la qualité des services SONU ainsi que d’identifier les lacunes dans l’octroi des soins et les interventions pouvant contribuer à réduire la mortalité maternelle et néonatale. L’étude cherchait aussi à fournir les une base de données à partir de laquelle les futurs programmes pourront être évalués.

L’étude est composée d’une section quantitative et d’une seconde qualitative. Les indicateurs the l’ONU et les «signal functions» pour les soins obstétriques d’urgences furent utilisés pour la partie quantitative au niveau national. Des groupes de discussions furent utilisés pour la partie qualitative au niveau régional afin d’identifier les comportements qu’adoptent les communautés quand une situation d’urgence se présente chez une femme enceinte ou un nouveau-né. Toutes les missions privées et publiques ainsi que les ONGs et les hôpitaux fournissant des services de santé  maternels et infantiles furent sélectionnés et 145 installations sanitaires furent visitées.

Une des problématiques ayant ressorties de l’étude est le paiement des soins de santé. En Sierra Leone, les dépenses pour ceux nécessitant des soins de santé  sont parmi les plus élevées d’Afrique (environ 70%). Et ceci malgré que la majorité de la population vive sous le seuil de la pauvreté. Même les frais les plus modestes contribuent à exclure plus de 50% de la population des soins de santé  et le système d’exemption en cours ne semble pas fonctionner. Cette situation empêche les gens d’aller à l’hôpital ce qui éventuellement mène vers de piètres conditions de santé  tant pour les adultes que pour les enfants.

Voici ce que Geert Cappelaere, Représentant de l’UNICEF en Sierra Leone avait à dire sur le sujet:

Q: Pourquoi à votre avis la Sierra Leone se retrouve-t-elle avec les pires indicateurs de santé  maternelles et infantiles ?
R: Et bien, une des raisons pourrait être les frais de santé. Cela décourage souvent les femmes à utiliser les services de santé  pour elles mêmes et pour leurs bébés. La situation intimidante que les frais de santé créées pour la majorité des personnes se traduit en l’inaccessibilité des soins de santé et le renforcement du patronage des sages femmes traditionnelles qui ne possèdent pas les compétences nécessaires.

Malgré que le gouvernement ait adopté une politique de gratuité des soins de santé  pour les enfants et les femmes, celle-ci est rarement appliquée et, conséquemment, les services de santé  finissent par être payant en Sierra Leone. Une des raisons principales causant cette problématique est le fait que le personnel de santé  est fréquemment sous payé et pauvrement supervisé ce qui les amène à demander de l’argent aux patients.

Une autre problématique est le système de recouvrement des coûts en place dans les institutions sanitaires. Cela signifie que les médicaments sont vendus au public au prix coûtant. Avec le système de recouvrement des coûts, les institutions peuvent retourner au magasin central pour se réapprovisionner. Toutefois, en réalité, il n’existe aucun mécanisme pour faire le suivi de ces frais et du réapprovisionnement des stocks ; de plus, les frais de sont pas contrôlés.   

Q: Quelles sont quelques suggestions que l’UNICEF a formulé pour surmonter la situation ?
R: L’UNICEF a agit comme fer de lance pour amener tous les partenaires pour le développement à adopter une position commune face aux frais de santé: Garantir l’application inconditionnelle de la politique actuelle sur les frais de santé  pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes.

Différentes stratégies de financement des soins de santé pour le court, moyen et long terme sont présentement explorées. L’UNICEF Sierra Leone supporte, parmi d’autres,  le développement d’un nouveau programme visant à habiliter les mères de façon à ce qu’elles puissent avoir plus de contrôle sur les services offerts et le choix de ceux qui leur procurent ce service. De plus, l’UNICEF et les partenaires pour le développement travaillent conjointement avec le gouvernement pour créer des plans visant à motiver le personnel de santé. A plus long terme ces plans seront basés sur la performance et les résultats.

Q: Qu’elles activités de plaidoyer avez-vous entrepris jusqu'à maintenant ?
R: Le plaidoyer pour des soins de santé  gratuits est présentement en cours à tous les niveaux gouvernementaux (national, local et communautaire). L’objectif pour l’UNICEF est de réussir à obtenir que les services de santé  soient gratuits ou du moins que des mécanismes de financement alternatifs des soins de santé  qui libéreront les populations les plus vulnérables du fardeau des frais a payer soient mis en place.

L’UNICEF planifie également la réalisation d’une campagne nationale de plaidoyer basée sur des évidences et faits, entre autres ceux trouvés dans  l’étude nationale des soins obstétriques et néonatals d’urgence. 

Q: Quels sont quelques uns des problèmes logistiques auxquels l’UNICEF doit faire face ?
R: S’assurer que les services de santé  sont disponibles et de qualité est l’aspect le plus important en ce moment. Seulement 14 hôpitaux peuvent offrir des soins obstétriques d’urgence complets dans le pays alors qu’aucune institution sanitaire périphérique ne peut offrir des soins obstétriques de base de qualité. La nécessité d’améliorer la condition des institutions sanitaires est une des priorités du programme national sur la santé  reproductive et de l’enfant 2009. 

L’amélioration de la supervision et la mise en place de plans de motivation appropriés pour le personnel de santé est aussi un défi important mais crucial si l’on veut réussir à améliorer le système de santé.

Q: Qu’elle sera la mesure de votre succès ?
R: Et bien tout d’abord nous voulons que l’abandon des frais pour les soins de santé  des femmes enceintes et des nouveau-nés soit dument appliqué. Nous demandons également que des lignes directrices claires sur l’abandon des frais de soins de santé  soient publiées par le Ministère de la santé  et de l’Assainissement.

De plus, nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement afin de l’amener à augmenter ses dépenses par capita pour la santé  à 15 $ et pour mobiliser tous les partenaires pour le développement pour qu’ils accroissent leur contribution au financement de la santé.

Le but de notre intervention est l’amélioration de la qualité des services ainsi que la mise en place de soins de santé  gratuits pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes dans toutes les institutions sanitaires périphériques et dans chaque hôpital de district.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children