Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

UNICEF provides free preventive anti-malarial treatment to pregnant women in Togo / Au Togo, UNICEF fournit aux femmes enceintes un traitement préventif gratuit contre le paludisme

UNICEF/Togo/2008/Bonnaud
© UNICEF/Togo/2008/Bonnaud
During the antenatal consultation, the midwife estimates the delivery due date and give preventive anti-malarial treatment adequalely.

Goumou-Kopé, Togo, 20 octobre 2008 - Akouvi walked three kilometers this morning to get to a health center in Goumou-Kopé, a village located a dozen kilometers from Aného in the Maritime region. This mother of two is a fruit and vegetable vendor, and she is four months pregnant. She has come to the health center for her first pre-natal check-up. 

“I lost my first child at birth. He was still-born”, explained Akouvi. “This time, I want my child to be born healthy. So I need to be healthy too, and I must avoid catching malaria” she adds.

UNICEF estimates that a child dies from malaria every 30 seconds, with 90% of these deaths occurring in Africa. In Togo, malaria kills one in every twenty people who contract the disease. Most of the victims are children below the age of five. Only four in six children sleep under a mosquito net, and only two in twenty pregnant women receive Intermittent Preventive Treatment (IPT).

Administering IPT simply involves providing pregnant women with two treatments. The first dose is given once the mother can feel the baby moving, generally in the fourth month, and the second dose is given one month later; each dose consists of three pills. By preventing expectant mothers from catching malaria, babies are protected from the serious risks posed by malaria and malaria-related anaemia, and their chances of being born with a healthy birth weight are increased.

Thanks to assistance from UNICEF, the health center in Goumou-Kopé is currently providing pregnant women with both free IPT, and subsidized insecticide-impregnated mosquito nets (1.20 USD each).

Ensuring a healthy birth

At the clinic in Goumou-Kopé, care is provided by Akpegnidou, a local midwife and “mother to a good many of the children in the community”, as she likes to say.

“Malaria is a battle. Today, we have the means to beat it, but we have to educate mothers.  Many women are still giving birth at home without having seen a doctor during their pregnancy! Even though the care we are offering is free!” reports a frustrated Akpegnidou. 

Today, the waiting room at the health center is full. Some twenty pregnant women are patiently awaiting their turn. Akouvi is the first one into the examination room. She lies down on the table, and Akpegnidou sounds the patient’s abdomen.

“Everything is fine. You can hear the baby moving”, the midwife informs us. “And now that she is into her fourth month, it is time to prescribe Intermittent Preventive Treatment” Akpegnidou says, as she takes out three anti-malarial tablets. Akouvi is grateful and swallows each of the pills.

“It is a relief” she sighs. “I worry so much that something might happen to my baby; I want to do everything I can to avoid the risks of getting sick.” Akouvi explains, “To be a mother, first you have to take care of yourself.  Once you can do that, then you can care for your children.”

In partnership with the Government of Togo, UNICEF is supporting more than 245 community health centers. In 2008, the initiative aims to provide free IPT to 65% of pregnant women and protect 60% of children under five years old by making available cheaper impregnated mosquito nets. These activities contribute to reaching the Millennium Development Goals related to child survival. In Togo, UNICEF aims to reduce the child mortality rate by 15% by 2012.

by Hadrien Bonnaud

UNICEF/Togo/2007/Pudlowski
© UNICEF/Togo/2007/Pudlowski
Lors des consultations prénatales, les femmes enceintes recoivent les soins et l'information nécessaires pour assurer une maternité sans risque. Le traitement présomptif antipaludéen fait parti de ce kit "maternité sans risque".

Goumou-Kopé, Togo, 20 octobre 2008 - Akouvi a fait trois kilomètres ce matin pour rejoindre le dispensaire de Goumou-Kopé, village situé dans la région Maritime à une dizaine de kilomètres d’Aného. Revendeuse de fruits et légumes, cette mère de deux enfants, est enceinte de quatre mois. Elle se rend à l’unité de soins pour bénéficier de sa première consultation prénatale.

« Lors de ma dernière grossesse, j’ai perdu mon enfant. Il est mort-né » explique Akouvi. « Cette fois je veux que mon enfant naisse en bonne santé. Pour cela il faut que je sois en bonne santé et que je n’attrape pas le paludisme » ajoute-elle.

Un enfant meurt du paludisme toutes les 30 secondes dans le monde et l’Afrique enregistre 90% de ces décès. Au Togo, le paludisme est responsable d’un décès sur vingt personnes qui développent la maladie. La plupart des victimes sont des enfants de moins de cinq ans. Et pour cause, seuls quatre enfants sur dix dorment sous une moustiquaire et seulement deux femmes enceintes sur vingt bénéficient du Traitement Intermittent Préventif (TIP).

Le TIP consiste à administrer aux femmes enceintes deux doses d’un médicament anti-paludique après l’apparition des premiers mouvements du fœtus. En protégeant la femme enceinte du paludisme, le traitement réduit les risques d’anémie chez le nourrisson ainsi que l’insuffisance pondérale à la naissance.

Grâce au soutient de l’UNICEF, l’unité de soins de Goumou-Kopé procure gratuitement aux femmes enceintes le traitement préventif intermittent et des moustiquaires imprégnées d’insecticides à prix réduits (1,2US$).

Donner la vie sans le paludisme

Au dispensaire de Goumou-Kopé, les femmes enceintes sont prises en charge par Akpegnidou, sage-femme et « maman d’une bonne partie des enfants de la localité » aime-t-elle dire.

« Le paludisme est un combat. Aujourd’hui, nous avons les moyens de le combattre mais il faut sensibiliser les mères. Beaucoup de femmes accouchent encore chez elles sans avoir consulté de médecin avant la naissance de leur enfant ! Alors que les soins que nous fournissons sont gratuits ! » déplore la sage-femme.

Aujourd’hui, la salle d’attente est pleine. Une vingtaine de femmes enceintes attendent patiemment leur tour. Akouvi entre la première en salle de consultation. Elle s’allonge sur le lit médical. Akpegnidou l’ausculte.

« Tout va bien. On entend le bébé bouger » sourit la sage-femme. « Comme nous sommes au quatrième mois, nous devons prescrire le traitement intermittent préventif » dit-elle tout en sortant trois comprimés d’antipaludique. Akouvi acquiesce et avale chaque comprimé.

« Je suis soulagé » soupire-t-elle. « J’ai tellement peur qu’il arrive quelque chose à mon bébé, je veux tout faire pour limiter les risques de maladies » explique la jeune mère. « Pour être mère, il faut d’abord prendre soin de soi-même. Une fois que tu es capable de cela, tu peux commencer à t’occuper de tes petits » clame Akouvi. 

En soutenant plus de 245 unités de soins périphériques au Togo, l’UNICEF, en partenariat avec le Gouvernement, fournit gratuitement à 65% des femmes enceintes des doses de TIP et protège 60% des enfants de moins de 5 ans en subventionnant les moustiquaires imprégnées d’insecticides. Ces actions contribuent à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement en matière de survie de l’enfant. Au Togo, l’UNICEF se fixe de réduire de 15% la mortalité infanto-juvénile d’ici 2012.

par Hadrien Bonnaud

 

 
Search:

 Email this article

unite for children