Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Food Price Crisis / Crise des prix alimentaires

UNICEF/Niger/2005/Pirozzi
© UNICEF/Niger/2005/Pirozzi

In the past months, several UN agencies have issued warnings against impending "food riots" because of the acute rise in prices of staples food and other commodities.

International prices of basic food commodities have increased rapidly over the last three years. The FAO food price index rose by 9% in 2006, by 23% in 2007 and by 54% from 2007 to April 2008.

This poses an immediate threat to food and nutrition security in West and Central Africa and will exacerbate structural vulnerabilities for many countries in the region where the poverty rates are much higher than most other regions of the world, and many of the ‘non-poor’ are subsisting only slightly above the absolute poverty line.

Several countries in West and Central Africa are especially vulnerable to the global rise in food prices due to their high levels of food imports, resulting from low levels of agricultural productivity, climatic shocks, high rates of urbanization and in some countries the disruption caused by conflicts. Most countries, apart from the Gulf of Guinea oil producers, also depend heavily on imported petroleum products.

Soaring food and oil prices on world markets are therefore feeding into domestic inflation, particularly affecting the poor, whose spending mainly goes to food, while also worsening trade deficits and macroeconomic difficulties (except in the oil producers), with the risk of knock-on effects on public expenditure on services for women and children, the most vulnerable groups.

The most vulnerable countries are the structural net food importers in the western Sahelian region: Cape Verde, The Gambia, Guinea-Bissau, Mauritania and Senegal. They are all net importers of cereals and have high levels of nutritional vulnerability.

Potentially vulnerable countries include other Sahelian countries with regular climatic shocks and low levels of agricultural productivity, notably Burkina Faso, Chad, Mali and Niger, as well as the northern regions of Benin, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria and Togo.

Fragile states or conflict-affected countries such as Central African Republic, Democratic Republic of Congo, Guinea, Sierra Leone and Liberia, which have very high poverty levels, are also particularly vulnerable.

In a region, where Government commitment and capacity to promote pro-poor economic and social development remains week in most countries and where natural disasters and conflict are recurrent, a shock and a long-term stress such as the one brought about by the food price crisis is likely to exact a terrible cost to vulnerable populations in the longer term and to undermine the poverty gains of the last 5 to 10 years and reverse the modest progress made towards the MDGs.

UNICEF/Niger/2005/Pirozzi
© UNICEF/Niger/2005/Pirozzi

***

Durant ces derniers mois, plusieurs agences des Nations Unies ont alerté la communauté internationale sur les risques "d’émeutes de la faim" imminentes du fait de la flambée des prix des aliments de base et des autres matières premières.

Les prix des aliments de base ont augmenté rapidement au cours de ces trois dernières années sur le marché mondial. L’Index des prix alimentaire de la FAO a augmenté de 9% en 2006, de 23% en 2007 et de 54% de 2007 à avril 2008.

Cela représente un risque immédiat en termes de sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest et du Centre. A moyen terme, cela va également exacerber les vulnérabilités structurelles que connaissent déjà de nombreux pays de la région où les niveaux de pauvreté sont bien plus élevés que dans les autres régions du monde et où les "non-pauvres" subsistent seulement légèrement au dessus du seuil de pauvreté. 

Plusieurs pays de la région sont particulièrement vulnérables à la crise mondiale des prix alimentaires compte tenu du niveau élevé des importations de produits alimentaires résultant des bas niveaux de productivité agricole, des chocs climatiques, du niveau élevé d’urbanisation et, dans certains pays, des perturbations liées aux conflits. La plupart des pays, à l’exception des producteurs de pétrole du Golfe de Guinée, dépendent également beaucoup des importations de produits pétroliers.

La flambée des prix alimentaires et du pétrole sur les marchés mondiaux nourrie l’inflation sur les marchés nationaux, et touche particulièrement les pauvres dont les ressources sont majoritairement affectées à la nourriture.  La montée des prix aggrave par ailleurs les déficits commerciaux et les difficultés macroéconomiques (sauf dans les pays producteurs de pétrole), avec un risque d’effets délétères sur les dépenses publiques en faveur des femmes et des enfants, alors qu’ils constituent déjà les groupes les plus vulnérables à la montée des prix.

Les pays les plus vulnérables sont les pays importateurs nets de produits alimentaires de la région du Sahel occidental (Cap Vert, Gambie, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal).  Ces pays sont non seulement des importateurs nets de céréales mais compte déjà de hauts niveaux de vulnérabilité nutritionnelle.

Parmi les autres pays potentiellement vulnérables, on compte les autres pays du Sahel où les chocs climatiques sont fréquents et la productivité agricole est relativement basse : Burkina Faso, Tchad et Niger et également les régions Nord du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Nigéria et du Togo.

Les Etats fragiles ou touchés par des conflits comme la République centrafricaine, la République démocratique du Congo ou encore la Guinée, la Sierra Leone ou le Libéria où les niveaux de pauvreté sont élevés, sont particulièrement vulnérables.

Dans une région où l’engagement et la capacité des gouvernements à promouvoir un développement économique et social en faveur des plus pauvres sont limités et où les chocs climatiques ou les perturbations liés à des conflits sont récurrentes, un choc à long terme comme celui que constitue la flambée des prix des matières premières pourrait porter un coup terrible aux populations les plus vulnérables et saper les progrès réalisés ces 5 à 10 dernières années en matière de réduction de la pauvreté et renverser les modestes progrès faits vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.


 

Food security assessments and nutrition surveys / Evaluations de sécurité alimentaire et enquêtes nutritionnelles
7 October 2008 - Key humanitarian and development actors convene to strengthen a coordinated long-term response to the food and commodity price crisis in West and Central Africa

Documents and reports / Documents et rapports
7 October 2008 - Key humanitarian and development actors convene to strengthen a coordinated long-term response to the food and commodity price crisis in West and Central Africa

Inter-agency meeting on the long-tem response to the food price crisis / Réunion inter-agences sur la réponse à long terme à la crise des prix alimentaires
7 October 2008 - Key humanitarian and development actors convene to strengthen a coordinated long-term response to the food and commodity price crisis in West and Central Africa

 

 

 

 

Resources | Ressources

Related Links | Liens utiles

Search:

 Email this article

unite for children