Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Des groupes de paires éducatrices soutiennent les mères allaitantes au Niger

Niger Bisin
© UNICEF/Niger/2008/Bisin
Au Niger, seulement 9% des nourrissons sont exclusivement allaités au sein pendant les six premiers mois de la vie

NIAMEY, Niger, 21Juillet 2008 – Son salon rempli d’une douzaine de femmes, de bébés et d’enfants plus âgés jouant à cache-cache, l’atmosphère chez Mariama Daoura est des plus joviales. Sa maison est située au quartier Boukoki, dans l’une des cinq communes de la capitale du Niger, Niamey.

Mariama est une mère éducatrice dans l’un des 100 clubs de mères soutenus par l’UNICEF et le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfance à Niamey pour encourager l’allaitement maternel exclusif, qui consiste à ne donner que du lait maternel a l’enfant durant les six premiers mois de sa vie. “Notre club de mères s’appelle “Wangari”, dit Mariama avec fierté. “Cela veut dire “guerrière” en Iangue zerma . Nous avons choisi ce nom parce que les femmes ici sont très courageuses. Elles peuvent faire tout ce que les hommes font: travailler, contribuer aux dépenses de la famille… et même élever leurs enfants!” 

“J’aime vraiment beaucoup venir à ces réunions”, dit Oumoul Kaer Amadou Seydou, 19 ans, maman d’un bébé de six mois. “On nous enseigne comment faire les choses par nous même. On se rend compte qu’on n’a pas besoin d’attendre nos maris pour prendre la bonne décision concernant la santé de nos enfants!” 

Promouvoir l’allaitement exclusif pour réduire les taux de mortalité chez les enfants
Des réunions de ce type sont organisées toutes les semaines chez Mariama, avec environ 35 participantes à chaque séance. “Mais on a eu jusqu’à 50 mamans parfois!”, ajoute Mariama. Il y a sept mois, Mariama a reçu une formation, au même titre que 200 autres femmes de la communauté urbaine de Niamey, pour devenir mère éducatrice dans sa communauté. Depuis, elles promeut activement l’allaitement exclusif et autres pratiques essentielles pour réduire le taux de mortalité chez les enfants.

“Je suis tous les conseils que me donne Mariama. L’allaitement exclusif est bon pour mon fils, Hamdan Kadri. Il est en très bonne santé et n’a que très rarement la diarrhée, par rapport a ses autres frères et soeurs”, dit Ramatou Oudou, 37 ans. Ramatou a quatre autres enfants qu’elle n’a jamais nourris exclusivement au lait maternel. “Avant, je donnais le biberon à mes enfants, ainsi que des tisanes : c’était notre coutume. Dès qu’ils atteignaient l’âge de quatre mois, je leur donnais de la bouillie de mil et des jus de fruits. Je pensais que le lait n’était pas assez nourrissant.”  

“Au début, plusieurs mères me demandaient: ‘pourquoi devrions-nous changer de comportement? Ce sont nos coutumes’. Mais très vite, elles ont compris que l’allaitement maternel exclusif a beaucoup d’avantages”, se souvient Mariama. “Premièrement, il permet de réduire les dépenses de la famille. Une boite de 400 grammes de lait en poudre coûte 2 500 Francs CFA (environ 4 euro): c’est très cher quand on sait que la boite dure à peine deux jours! Deuxièmement, l’allaitement maternel exclusif contribue à l’espacement des naissances: de plus en plus de femmes dans notre quartier attendant maintenant au moins trois ans avant d’avoir un autre enfant.” Le Niger a un taux de fécondité parmi les plus élevés au monde, chaque femme donnant naissance à sept enfants en moyenne.

“Pour donner plus de légitimité à ces femmes, nous nous assurons que durant la première séance de sensibilisation conduite par la mère éducatrice, des représentants des autorités locales, du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfance et de l’UNICEF sont présents”, indique Mounira Bello, du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfance.

Etendre le projet au plan national
Avec 200 mères éducatrices formées, près de 10,000 mamans ont déjà été touchées par les messages de sensibilisation. “L’objectif est maintenant de former 200 mères éducatrices supplémentaires dans la communauté urbaine de Niamey et 200 autres à Maradi, l’une des autres régions importantes du Niger. L’idée est d’étendre le projet au niveau national”, ajoute Théophile Bansimba, Spécialiste Nutrition à l’UNICEF.

Au Niger seulement 9 pour cent des femmes pratiquent l’allaitement maternel exclusif. L’allaitement maternel exclusif est l’une des quatre pratiques familiales essentielles encouragées par l’UNICEF et ses partenaires pour contribuer à la réduction de la mortalité infantile au Niger, un pays ou un enfant sur cinq meurt avant d’atteindre son cinquième anniversaire. Les trois autres pratiques promues par l’UNICEF sont l‘utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide, l’utilisation de Sels de Réhydratation Orale (SRO) en cas de diarrhée et le lavage des mains au savon.

par Sandra Bisin

 

 

 

 

Note d'information

L'initiative Hôpitaux amis des bébés au Niger


[PDF]
(PDF documents require Acrobat Reader to view.)

Note d'information

Promotion des bonnes pratiques alimentaires: l'expérience des clubs de mères au Niger


[PDF]
(PDF documents require Acrobat Reader to view.)
Search:

 Email this article

unite for children