Media Centre

Highlights - A la une

Press releases / Communiqués

Video

Photo Essays

Real lives / Histoires vécues

Facts and Figures/ Données et chiffres

 

Senegal : Des progrès remarquables en matière de scolarisation des filles

A  l’issue du Forum de Fatick (1995) qui a vu naître le plan d’action du Gouvernement du Sénégal en faveur de la scolarisation des filles, les institutrices de Fatick se sont mobilisées pour mettre sur pied un comité d’initiative pour la promotion de la scolarisation des filles. L’exemple a fait tâche d’huile et des comités se sont progressivement constitués à travers tout le Sénégal pour donner naissance, en 1997,à une association intitulée Comité National des Enseignantes pour la Promotion de la Scolarisation des Filles (CNEPSCOFI).

L’association a choisi la Journée internationale de la femme, le 8 mars  2008 pour célébrer son  10ème anniversaire au CICES de Dakar sous la Présidence effective de la Première Dame du Sénégal, Madame Viviane WADE, en présence de Monsieur Moustapha SOURANG, Ministre de l’Education et de Madame Awa NDIAYE, Ministre de la Famille et de l’Entreprenariat féminin, de la Micro-Finance et de la Solidarité nationale.

Les différents intervenants ont retracé l’itinéraire de l’association en rendant hommage à la détermination des pionniers et le travail abattu en faveur de la scolarisation des filles et de leur maintien à l’école malgré le manque de moyens. Plusieurs témoignages ont permis de mieux réaliser le travail accompli. Le témoignage le plus marquant a été délivré par Oumou DIALLO, une jeune élève de la maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée qui, à l’âge de 12 ans, a fui sa demeure familiale pour échapper à un mariage forcé.

Rappelons qu’aujourd’hui, l’association, compte plus de 2500 membres dans toutes les régions du Sénégal à travers 11 comités régionaux et 43 comités départementaux. Elle collabore étroitement avec les instances décentralisées de l’Education Nationale et les différents partenaires (Unicef, Save the Children, Aide et Action, Action Aid,)  Depuis sa création, des progrès substantiels ont été accomplis pour réduire les disparités entre les genres et atteindre un taux brut de scolarisation de 82,2% pour les filles en 2006*.

En terme de résultats, la Présidente du CNEPSCOFI, Mme Aïssatou Ly NIANG a cité des chiffres impressionnants : 47.515 filles ayant bénéficié de cours de renforcement, 68.533 ont suivi des cours de vacances et presque autant d’élèves ont été dotées en fournitures scolaires. Mais la Présidente a également énuméré les difficultés auxquelles l’association est confrontée dans son fonctionnement quotidien. En réponse à ses inquiétudes, la Ministre de la Famille a promis une subvention de 10 millions de Francs CFA et le Ministre de l’Education a offert un véhicule à l’association. Par ailleurs, il a informé le public que la première femme inspectrice d’académie  est en poste à Fatick, cela ne constituant qu’un début dans la féminisation des postes de responsabilité dans le secteur de l’éducation.

Dans son intervention, Monsieur HOPWOOD, Représentant de l’UNICEF au Sénégal, qui accompagne le CNEPSCOFI depuis sa création a salué l’action de ces « amazones de l’éducation » insistant sur le fait que les changements de comportements ne peuvent se faire sans l’implication vigoureuse des acteurs à la base. Enumérant les défis qui se posent encore pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire en matière d’éducation, Mr HOPWOOD a tracé quelques pistes de réflexion et d’action pour y arriver.

Madame Viviane WADE a vivement félicité l’ensemble des membres de l’association pour les résultats obtenus. Elle a néanmoins insisté sur le fait que le maintien des filles à l’école demeure un défi et qu’il convient d’analyser en profondeur les obstacles qui empêchent encore de nombreuses filles à aller et à rester à l’école.  Profitant de la tribune qui lui était offerte et des centaines de femmes motivées et déterminées qui l’écoutait, Mme WADE a lancé un vigoureux plaidoyer contre les ravages de la drépanocytose.

Suite à la projection d’un film remarquable pour sensibiliser le public à cette maladie, plusieurs spécialistes sont intervenus pour informer le public des moyens de combattre cette maladie. Les femmes enseignantes peuvent, en effet, constituer un relais de premier plan pour sensibiliser le public aux dangers de cette maladie qui peut être enrayée, notamment par un simple test sanguin déterminant le statut sérologique de futurs conjoints avant le mariage. 

*Le  taux brut de scolarisation global  en 2006 est de 81.8% et celui des garçons de 81.5 %.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children