Education de qualité

Des défis et des enjeux

Des progrès importants

Le programme

Publications

 

Des défis et des enjeux

Le Maroc a consenti d’importants efforts pour généraliser l’accès au primaire. Ces efforts ne sont pourtant pas capitalisés au niveau des différents cycles. Un taux de déperdition important est enregistré d’un cycle à l’autre ramenant la moyenne nationale de scolarisation à 87,6% au collège et à 61,1% au lycée.
L’analyse des données désagrégées du secteur de l’éducation démontre aussi d’importantes inéquités. Elles touchent essentiellement les enfants en milieu rural, les filles notamment et les enfants en situation de vulnérabilité particulièrement les enfants en situation d’handicap. Le taux de scolarisation de ces derniers selon les dernières statistiques disponibles, ne dépasse pas 32.4%. En milieu rural, les données montrent que les enfants de manière générale sont confrontés à des difficultés pour réussir la transition entre le primaire et le collège auquel seulement 69,5% d’entre eux accèdent. Ce taux chute  à 30,6% en ce qui concerne leur accès au lycée et ne dépasse pas les 21,9% chez les filles.

Cette déperdition se traduit  par un taux d’achèvement pour les trois cycles ne dépassant pas la moitié de la population des enfants scolarisés et met en évidence les problèmes liés aux acquis de base et à l’orientation des élèves. En effet, seulement 32% des élèves de la 4ème année primaire maitrisent les acquis de base selon le dernier programme d’évaluation des acquis scolaires mené en 2009 étayé par les évaluations internationales menées en 2011 qui pointent, en plus de la faiblisse du niveau des acquis, des dimensions d’inéquité.

Outre les aspects de la qualité des acquis scolaires et de la transition entre les cycles, l’absence de mécanismes efficaces d’orientation, la qualité des environnements et climats scolaires et la lutte contre toutes les formes de violence envers les enfants, le retard scolaire et le niveau de couverture du préscolaire constituent d’autres déterminants qui expliquent cette situation. Aujourd’hui 11,3% des enfants s’inscrivent avec au moins un an de retard au cycle primaire. Ce taux augmente à 14,8% en milieu rural.

L’accès à une éducation préscolaire de qualité demeure également un obstacle à la garantie d’une intégration scolaire réussie des enfants et leur préparation à l’éducation scolaire obligatoire. Le secteur préscolaire reste dominé par une forte composante du secteur privé et marqué par des inéquités d’accès et de qualité. Ainsi, le taux de préscolarisation est de seulement 64,3%  et chute à 28,3% chez les filles dans le milieu rural. Or l’offre généralisée d’un préscolaire de qualité constitue l’une des réponses stratégiques pour améliorer l’efficience et les rendements aussi bien interne qu’externe du système éducatif et pour promouvoir l’équité des enfants dans leur accès au droit à une éducation de qualité. Car si  les disparités ne sont pas endiguées en amont, elles s'agrandiront au fil des années scolaires et resteront constantes après l'âge de 8 ans.

 

 

 
Search:

unite for children