Page d'accueil | English | Español

Publication in English | Publicación en español

UNICEF La situatino des enfants dans le monde
2002 Photo © UNICEF

Prendre l'initiative

 

Dossier de Presse

PRENDRE L'INITIATIVE : C'EST CE QUI FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE

UNE SEMAINE AVANT L'OUVERTURE DE LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L'ONU CONSACRÉE AUX ENFANTS, L'UNICEF DÉCLARE QUE LES ENFANTS DES ANNÉES 90 ONT ÉTÉ LES VICTIMES DES PROMESSES NON TENUES

L'UNICEF DÉCLARE QUE LES ENFANTS DES ANNÉES 90 ONT FAIT LES FRAIS DE PROMESSES NON TENUES

Il se fait tard pour Ayodele, 11 ans, mais qu'en est-il de la génération suivante ?

NEW YORK/GENÈVE, 13 septembre 2001 - Quelques jours avant que les dirigeants du monde ne se réunissent pour la conférence des Nations Unies consacrée aux enfants, l'UNICEF affirme aujourd'hui dans son rapport annuel que les enfants des années 90 ont été les victimes des promesses non tenues.

Dans son rapport, La situation des enfants dans le monde 2002, fleuron de ses publications, l'UNICEF annonce qu'en dépit d'exemples remarquables de progrès au cours des dix dernières années, la plupart des gouvernements n'ont pas respecté les promesses faites lors du Sommet mondial pour les enfants en 1990. Mais il ajoute que les enseignements tirés des années 90 montrent clairement la voie à suivre et que « les promesses que nous faisons aujourd'hui devront être tenues. Cette fois, il n'y a plus d'excuses ».

En présentant le rapport, la Directrice générale de l'UNICEF, Mme Carol Bellamy, a exhorté les dirigeants réunis à New York à « saisir cette occasion pour achever ce qu'il reste à faire. Nous savons ce qui doit être fait. Il faut maintenant que des responsables sortent du rang et se mettent à la tâche. ».

« Notre rapport est une réflexion non seulement sur la situation des enfants dans le monde mais également sur l'esprit d'initiative dans le monde », a ajouté Mme Bellamy. « Dans une large mesure, bien qu'ils ne le sachent pas, les enfants des années 90 ont été trahis. Les progrès accomplis - pour sensibles qu'ils soient - ont été très en deçà de ce que nous avions tous envisagé au début de la décennie. Compte tenu des ressources et des connaissances techniques accumulées aujourd'hui dans le monde, nous n'avons vraiment pas donné toute la mesure de notre potentiel commun. Certains d'entre nous ont obtenu des résultats remarquables mais collectivement nous n'avons pas été à la hauteur. C'est le rôle des dirigeants qui fait toute la différence ».

L'UNICEF présente de nombreux exemples de situations où l'action de dirigeants éclairés et un engagement sans faille en faveur des enfants se sont soldés par une baisse de la mortalité infantile, une amélioration de la santé et de l'éducation des enfants et des progrès en matière de développement humain. Outre les nombreux exemples tirés des années 90, il cite aussi le geste historique du Président costa-ricien Jose Figueres, source d'inspiration pour tous, qui, en 1948, a supprimé l'armée de son pays et, d'un trait de plume, a transféré au ministère de l'Éducation l'intégralité du budget de la Défense. Aujourd'hui, le Costa Rica affiche les meilleurs indicateurs de développement humain de la région, notamment un taux de mortalité des moins de cinq ans qui représente un tiers du taux de ses voisins.

Mme Bellamy a indiqué que les différences entre les régions et au sein des régions varient considérablement d'un objectif à l'autre. Les données montrent, dans l'ensemble, « un bilan fait à la fois de progrès remarquables et d'échecs décourageants » pour les enfants - en particulier ceux qui sont nés dans les années 90 et qui ont vécu 10 années pendant lesquelles les résultats furent bien inférieurs à ce qu'ils auraient pu être.


L'enfant dans le monde

Le premier chapitre du rapport donne l'exemple d'une fillette fictive mais représentative - dont le prénom, Ayodele, est assez commun au Nigéria et signifie « la joie a fait son entrée dans la maison ». Née pendant que se tenait le Sommet mondial pour les enfants de 1990, Ayodele est venue au monde au moment où, d'après le rapport, la cause des enfants se trouvait placée au premier rang des priorités mondiales, pour la première fois peut-être dans l'histoire.

« Ayodele a aujourd'hui 10 ans, elle en aura bientôt 11 - et, bien qu'elle ne le sache pas, elle a été trahie », lit-on dans le rapport de l'UNICEF. Sa vie n'a guère changé. Elle ne peut pas aller à l'école puisqu'elle est obligée de travailler à la maison et aux champs. De toute façon, l'école coûte trop cher. Elle ne sait ni lire ni compter au delà du niveau le plus élémentaire. Elle n'a aucune idée de ses droits. Mais elle a de la chance d'être en vie. Deux de ses frères et sœurs nés après le Sommet mondial ont succombé à des maladies infantiles qui auraient pu être évitées.

Si le rapport reconnaît qu'un seul enfant ne saurait représenter l'ensemble des enfants du monde, les données recueillies sur les objectifs fixés au Sommet de 1990 montre que les promesses faites aux enfants comme Ayodele n'ont pas été tenues. Les enfants nés au début de la dernière décennie du XXe siècle représentent la génération la plus nombreuse que le monde ait jamais connue. Rassemblés en un groupe représentatif de 100 enfants, ils se présenteraient comme suit :

  • 55 de ces 100 enfants seraient nés en Asie, dont 19 en Inde et 18 en Chine. Huit seraient nés en Amérique latine et dans les Caraïbes, sept au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 16 en Afrique subsaharienne, six dans des pays de l'Europe centrale et orientale/Communauté d'États indépendants et des États baltes et huit dans des pays industrialisés.
  • *La naissance de 33 de ces enfants n'a pas été enregistrée : ils n'ont donc aucune existence officielle ni nationalité reconnue. Sans preuve officielle de leur âge et de leur identité, certains d'entre eux n'ont pas accès aux centres de soins et ne peuvent pas aller à l'école.
  • *Trente-deux de ces enfants ont souffert de malnutrition avant l'âge de cinq ans et 27 n'ont pas été vaccinés. Neuf sont morts avant d'avoir eu cinq ans. Sur les 91 enfants restants, 18, dont 11 filles, ne vont pas à l'école. Dix-huit enfants n'ont pas accès à l'eau potable et 39 vivent sans avoir accès à un réseau d'assainissement.

Progrès et problèmes

Il ressort du rapport de l'UNICEF que des progrès, inégaux certes, ont été accomplis au cours des dix dernières années pour améliorer la situation des enfants dans le monde. Au total, 3 millions d'enfants de moins qu'en 1990 mourront chaque année. En outre, des progrès sensibles ont été accomplis sur les fronts suivants :

* réduction du nombre des enfants qui meurent de maladies diarrhéiques;
* élimination presque totale de la poliomyélite;
* protection de 90 millions de nouveau-nés chaque année d'une perte considérable de leur capacité d'apprentissage, tout simplement grâce à l'iodation du sel.

Malgré ces progrès, l'UNICEF note que :

* chaque année, plus de 10 millions d'enfants de moins de cinq ans meurent encore de maladies pouvant être évitées;
* plus de 149 millions d'enfants dans les pays en développement souffrent encore de malnutrition;
* plus de 100 millions d'enfants, dont la majorité sont des filles, ne fréquentent toujours pas l'école primaire;
* des millions d'autres sont encore pris au piège du travail des enfants, du trafic d'enfants, de la prostitution des enfants, et des conflits.

Le Mouvement mondial en faveur des enfants

Le Mouvement mondial en faveur des enfants

Soucieux de mobiliser les dirigeants à tous les niveaux, l'UNICEF et ses partenaires ont lancé cette année le Mouvement mondial en faveur des enfants et la campagne « Dire oui pour les enfants ». Ces deux opérations visent à élargir au-delà des structures traditionnelles les rangs de ceux qui prennent des initiatives pour les enfants et à amener tous les citoyens du monde à s'interroger sur les conséquences que chacun de leurs actes, au quotidien, peut avoir sur la situation des enfants.

Le Mouvement mondial en faveur des enfants est une coalition mondiale pour promouvoir le changement au nom des enfants. Animé par Nelson Mandela et Graça Machel, il réunit les personnes et les organisations convaincues que le progrès humain passe par le bien-être de chaque enfant, comme « Ayodele ». Des chefs d'entreprise, des intellectuels, des célébrités et d'autres personnalités de renom mènent le mouvement.

La campagne « Dire oui pour les enfants » s'inscrit dans le prolongement de ce mouvement. Elle préconise des mesures fondées sur 10 principes fondamentaux pour améliorer la condition des enfants et des jeunes, et demande à chacun de s'engager à les soutenir. Sur Internet ou au moyen d'un bulletin en papier, les participants peuvent identifier les trois problèmes qu'ils considèrent comme les plus importants dans leur région. A ce jour, une dizaine de millions de formulaires de participation ont été recueillis dans le monde entier. Le décompte final sera présenté la semaine prochaine aux dirigeants rassemblés lors de la Session extraordinaire.

Les chefs de file

Le rapport présente de nombreux exemples d'initiatives prises non seulement par des gouvernements mais aussi par des entreprises privées et des particuliers. Parmi ces interventions en faveur des enfants - qui exigent vision, audace et créativité - il convient de mentionner notamment la garantie de l'accès libre et universel à l'enseignement primaire donnée par le Malawi; l'abolition par le Venezuela des frais payés dans les hôpitaux et les centres de santé et la suppression des frais d'inscription dans les écoles primaires; le sens de la responsabilité sociale dont les entreprises pharmaceutiques ont commencé à faire preuve face à la crise du VIH/SIDA; l'engagement pris par une société de téléphone du Bangladesh de faire don de 2 dollars à l'UNICEF pour chaque téléphone portable qu'elle vend.

Dans La situation des enfants dans le monde 2002, l'UNICEF appelle également l'attention sur certains des problèmes auxquels se heurtent les enfants et les jeunes des pays industrialisés. Il constate que la pauvreté des enfants a augmenté dans presque tous les pays de l'Union européenne au cours des 20 dernières années alors que la proportion des dépenses publiques consacrées aux enfants y a diminué. Pourtant, les caisses des Etats ont bénéficié de l'expansion de l'économie mondiale.

En résumé, l'UNICEF engage vivement tous les chefs de file, à tous les niveaux - depuis les chefs d'Etat jusqu'aux simples citoyens - à réaffirmer les promesses faites aux enfants et à les réaliser. « Alors que ce siècle est encore tout jeune, faisons la promesse sacrée de donner aux enfants qui naîtront dans notre monde la santé et la nutrition, l'instruction et la protection auxquelles leur naissance leur donne droit »

« C'est déjà tard pour Ayodele et les enfants des années 90 … Mais les décisions qui seront prises en septembre 2001 et les mesures qui seront adoptées au cours des années à venir pourraient changer le destin de la prochaine génération… Cette fois, il n'y a plus d'excuses. La tâche est fixée et le chemin tracé. Il est temps de se mettre à l'ouvrage ».


* * *

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez vous adresser à :

Lynn Geldof, Média, Genève, (41 22) 909 5531,
e-mail : lgeldof@unicef.org

Alfred Ironside, Média, New York (212) 326 7261,
e-mail : aironside@unicef.org

Shima Islam, Média, New York, (212) 824 6949,
e-mail : sislam@unicef.org

Patrick McCormick, Média, New York (212) 326 7506,
e-mail : pmccormick@unicef.org

Disponible en vidéo b. Des images numérisées peuvent être visionnées au centre de presse de l'UNICEF accessible en direct à l'adresse suivante : http://www.unicef.org/broadcast/brolls/specialsession/

Notes aux télévisions : vous pouvez vous procurer des images de télévision (vidéo B) pour vous aider à couvrir les sujets mentionnés dans le rapport de cette année. Vous trouverez par exemple des séquences tournées au Laos, au Malawi, au Soudan du Sud, en Egypte et en Chine ainsi qu'une interview de Carol Bellamy. Pour commander une vidéo ou en visionner des extraits , veuillez visiter le site www.unicef.org/broadcast/brolls/specialsession/

Top

Page suivante : Totalité du rapport

 

 
 

Dossier de Presse

 
*
Communique de presse
 
*
Totalité du rapport
 
*
Résumé
 
*
Objectifs
 
*
B-roll en français
 
*
Contactez-nous
 
*
In English
 
*
En Español
 
 

Photo:  Kurdish girl. Iraq, 1997. Copyright Sebastiao Salgado/Amazonas

La Session extraordinaire consacrée aux enfants ajournée