La participation des enfants

Le Gouvernement des enfants

Ateliers Participatifs

EYE SEE au Mali : l’autonomisation des enfants marginalisés grâce à la photographie

Les enfants touchés par le VIH ont peu de possibilités de s’exprimer

Déclic, les enfants photographient leurs droits

 

EYE SEE au Mali : l’autonomisation des enfants marginalisés grâce à la photographie

© UNICEF/MLIA2011/Bintou Dembele
Maladon Keita, 10 ans, regarde les photos avec Giacomo Pirozzi, le photographe qui animait l’atelier de photographie pour les jeunes en avril 2011, EYE SEE, dans le quartierdeHamadallayeà Bamako, la capitale.

« La photographie permet de donner la parole aux jeunes et de les transformer progressivement en agents du changement dans leur famille et leur pays » a expliqué Marcel Rudasingwa, représentant de l’UNICEF au Mali. »

BAMAKO, Mali, 25 avril 2011 –    

Hawa Coulibaly, 16 ans, a passé les neuf derniers mois à suivre une formation de tailleur, mais la photographie l’intéresse également. «A la fin de la formation, j’espère que je saurai comment photographier mes créations», confesse-t-elle discrètement lors du premier jour de l’atelier EYE SEE.  

Hawa fait partie des vingt-et-un enfants, des filles et des garçons âgés de 10 à 18 ans, ayant participé à un atelier de photographie de cinq jours organisé du 13 au 17 avril à Bamako. Dirigée par le photographe international Giacomo Pirozzi, cette session était la septième de la série EYE SEE, une initiative destinée à l’origine à servir d’exutoire auxjeunes affectés par le séisme d’octobre 2005 au Pakistan. 

EYE SEE au Mali a pu avoir lieu grâce à un partenariat entre l’UNICEF Mali et Sony, facilité par le Comité japonais pour l’UNICEF, et mis en œuvre par les partenaires locaux de l’Associationdes enfants et des jeunes travailleurs (AEJT) et duCadre de promotion pour la formation en photographie (CFP).      

«Nous avons le plaisir d’apporter des outils et des opportunités à la nouvelle génération» a affirmé Hidemi Tomita, directeur général du service de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) chez Sony. «Cette année, nous participons à une série d’ateliers au Mali et nous sommes heureux que cet enthousiasme se propage parmi les enfants.»

© UNICEF/MLIA2011/Mamadou Coulibaly
Salif, 11 ans, travaille comme forgeron au Marché de Medina Koura, à Bamako, la capitale. Dans ce marché d’artisanat local, où le métal est fondu et façonné pour faire des outils, de nombreux enfants travaillent dans des conditions toxiques et dangereuse

Raconter des histoires et relayer des messages   La formation, qui avait lieu au CFP, a initié dix filles et dix garçons à la photographie, tout en renforçant leurs aptitudes sociales et en leur offrant un espace sûr pour apprendre à mieux connaître leurs droits. Les élèves ont pu se familiariser avec les appareils photo, les techniques photographiques et le reportage.

« Dans ces ateliers, les élèves apprennent non seulement à utiliser des appareils photo, mais aussi à raconter des histoires et à transmettre des situations à un public », a expliqué M. Pirozzi, qui a dirigé des ateliers photographiques pour les jeunes dans plusieurs pays du monde. « Ce sont eux qui choisissent les thèmes et les lieux. Ils savent ce qu’il se passent dans leurs communautés ».

Les participants à l’atelier ont été choisis par des associations locales travaillant avec et pour les enfants vulnérables. En plus de l’AEJT, des élèves ont été sélectionnés au sein du Parlement national des enfants (PNE), de l’association pour la promotion des enfants et jeunes communicateurs (APEJC), des centres d’écoute communautaire (CEC), du Samu Social, de Kanuya et Sigiya-ton.

Amadou Keita, 15 ans, est représentant actif du PNE. Il veut défendre la protection des droits des enfants. « Je veux faire des photos pour montrer comme les droits des enfants sont violés », a-t-il affirmé pendant l’atelier.

« La photographie permet de donner la parole aux jeunes »

Le CFP continuera ce programme participatif avec un nouveau groupe d’élèves qui se réunira chaque samedi pendant deux heures jusqu’à la fin de l’année. Ce programme plus long sera axé sur la photographie numérique, le journalisme d’actualité, les droits d’auteur et la propriété, la rédaction d’histoires, la production d’images dans le cadre d’expositions et l’utilisation des médias sociaux.

Deux expositions photographiquesde ces ateliers vont avoir lieu au Mali. La première sera inaugurée conjointement à la Journée de l’enfant africain le 16 juin 2011. La seconde sera une exposition mobile à Bamako, lors de la biennale africaine de la photographie à la fin de l’année. Une autre exposition est prévue à Tokyo.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children