Centre Média

Histoires et vidéos

 

Samadjè, l’ange gardien des enfants

© UNICEF Mali / 2014 / Maiga

Par Ismail Maiga et Cindy Cao

Educatrice et cuisinière au Centre local d’éveil préscolaire, Samadjè Doumbia partage sa vie au service des tout-petits de Sido. Portrait d’une femme affectueuse et protectrice.

Ce matin, la cour du centre de développement de la petite enfance (CDPE) de Sido grouille de monde. Au milieu des enfants, une grande femme d’une cinquantaine d’années dirige la montée du drapeau aux couleurs nationales d’un pas alerte. Les enfants de Sido l’appellent affectueusement "Tantie."

Samadjè prend en charge les enfants de 3 ans et demi à 6 ans, contribuant ainsi à leur développement en proposant des activités d’éveil et d’apprentissage basées sur le jeu. A cet âge, les enfants façonnent une partie importante de leurs représentations. Et l’éducatrice constitue pour eux l’une des premières figures marquantes en-dehors du cadre familial.

 

© UNICEF Mali / 2014 / Maiga

Apprendre à parler, lire et compter

Samadjè accompagne l’enfant à une période cruciale de la structuration de sa personnalité. "Il s’agit de stimuler, sensibiliser, former, sociabiliser, divertir mais aussi surveiller" explique-t-elle. Avec sa co-équipière Assitan Sidibé, elle joue un rôle fondamental, car elle met en place les premiers apprentissages scolaires et contribue au développement des facultés intellectuelles, physiques et sociales.

Les objectifs de l’enseignement préscolaire s’articulent autour de l’épanouissement, la socialisation et les apprentissages de base à savoir, parler, lire et compter. Samadjè organise les séances d’apprentissage et élabore le programme d’activités de dessin, de bricolage, de jeux, etc.

La clé pour pousser à la créativité, la recherche et la rigueur, est, selon elle, le développement d’un climat affectif motivant. « Les enfants n’aiment pas interrompre les jeux pour manger. Même malades, ils préfèrent rester avec leurs camarades » souligne Samadjè, qui les connait si bien.

Elle sait comment instaurer un climat de confiance avec les enfants. Son langage s’accommode d'un vocabulaire simple qui favorise la compréhension. Elle articule clairement et pose des questions pour vérifier le discernement. Elle encourage les élèves à répéter des mots, des phrases et des expressions mais aussi des comptines et des chansons.

Samadjè gère aussi les relations avec les parents des 75 enfants dont elle a la charge. En interlocutrice privilégiée, elle leur rend compte des progrès et parfois des difficultés rencontrées par leurs enfants.

Sa satisfaction est loin d’être pécuniaire. Elle éprouve à chaque fois qu’elle est avec les enfants un sentiment de joie. "Je suis heureuse avec ces enfants que je considère comme les miens", avoue-t-elle.

Des compétences nécessaires pour un rôle essentiel

C’est l’amie, la confidente et la protectrice des enfants. Derrière cette dame au physique frêle se cache une boule d’énergie. Samadjè est une fonceuse.

Sortie de l’école en 8e année fondamentale, Samadjè, à seulement 16 ans n’avait d’autre choix que de se marier à Bougouni, la grande ville de la contrée. De cette union, elle a eu 3 enfants, dont une fille. Très tôt, elle perd son mari et décide de regagner Sido son terroir natal.

En quête d’emploi pour s’occuper de sa progéniture, elle décroche suite à un test, le poste de mère éducatrice au CDPE, mis en place par l’ONG Internationale Bornefonden. Après quelques séances de formation, elle est devenue la tata de tous les enfants du village. Plus qu’une mère, elle est aux yeux de tous, « la grand–mère » au sens de la tradition malienne.

Au regard des performances du centre qui accueille 75 enfants dont 45 filles, l’UNICEF Mali et avec l’appui de l’UNICEF Suède dans le cadre de l’initiative Schools for Africa a mis en place 5 CDPE dans le cercle de Bougouni qui n’en comptait auparavant qu’un seul, celui de Sido.

De quoi donner espoir à près de 300 enfants des 5 communes rurales de Zantiébougou, Mamissa, Todougou-Kolondie, Toumou et Zantogola qui abritent désormais chacun un CDPE.

 

 Dans le cadre du  « projet d’appui à la survie et au développement du jeune enfant »,  environ 5 755 enfants bénéficieront des séances de dépistage nutritionnel et 225 enfants malnutris aigus sévères et aigus modérés pourront bénéficier de séances de psycho-stimulation à domicile. De même, 7 575 parents profiteront de 232 séances d’éducation parentale et 102 séances de stimulation psycho cognitive à utiliser pour le développement de leurs enfants. En général le projet accompagnera le développement holistique des 6255 enfants 0-6 ans dans 29 villages de la commune de Zantiébougou.

 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children