Centre Média

Histoires et vidéos

 

Le Japon contribue à la survie des enfants du Mali

© UNICEF Mali / 2013 / Cao

Par Cindy Cao
KATI, 27 décembre 2013 – Assetou connait la faim. Et elle sait ce que cela signifie que de voir ses enfants en souffrir. Aujourd’hui, elle s’accorde un répit.  Corion, son fils de 3 ans, bénéficie d’une prise en charge de la malnutrition sévère aigue avec complications qui le mène aujourd’hui sur la voie de la guérison. Avec l’appui du gouvernement japonais, l’UNICEF et ses partenaires répondent à la crise nutritionnelle qui affecte l’ensemble du pays.

Elle est vendeuse ambulante, alors que son mari est conducteur. Assetou vit une vie tranquille, entourée de sa famille dans le quartier de Samakebougou à Kati. Comme beaucoup  au Mali, ses enfants sont exposés aux risques de la malnutrition. « Un jour, » dit-elle, « mon enfant était malade, alors je suis allée au centre de santé communautaire le plus proche. Je pensais qu’il avait le paludisme parce qu’il n’avait plus d’appétit et avait la fièvre. » Les agents de santé ont cependant diagnostiqué un cas de malnutrition et ont envoyé Assetou au centre de santé de référence de Kati.

Elle est arrivée il y a deux jours accompagnée du jeune malade, mais aussi de son plus jeune enfant, Traore, 8 mois. « Ici, je me sens bien, » dit-elle esquissant un sourire. « Je reçois de la nourriture trois fois par jour. » Ce sont là les paroles apaisées d’une femme qui sait ce qu’est la faim. Assetou sait aussi ce que cela signifie que de voir ses enfants en souffrir. Elle sait désormais qu’il est possible de s’accorder un répit. Et l’apprécier. « Ici, mes enfants sont soignés. Les agents de santé s’occupent bien de nous. Corion tombe souvent malade, et cela depuis sa naissance. »

Souffrant de candidose digestive, Corion a des plaies dans la bouche qui l’empêchent d’avaler. C’est la raison pour laquelle l’infirmière doit utiliser une sonde pour le nourrir et couvrir ses mains de bandages pour l’empêcher de l’arracher. A travers la sonde, Corion reçoit régulièrement du lait thérapeutique (F-75), ce qui lui permettra de reprendre du poids et de rétablir son métabolisme. Quand il aura repris du poids, il sera en phase de transition et recevra un autre type de lait thérapeutique (F-100).

Dans le cadre de la réponse à l’urgence, les fonds reçus du Japon ont permis d’acquérir plus de 20 000 cartons d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi et de laits thérapeutiques. Grâce à ce même fonds, il a été possible de  les distribuer en temps voulu dans les structures de santé sur l’ensemble du pays. « Maintenant, je suis heureuse et je serai encore plus heureuse quand il sera tout-à-fait guéri. Je ne trouve pas les mots pour vous dire merci » s’exclame Assetou. L’aide humanitaire du Japon a permis la prise en charge de 39 000 enfants de moins de 5 ans, y compris près de 1.250 enfants atteints de malnutrition sévère aigue avec complications, le même cas de figure que Corion.

Les fonds reçus du gouvernement japonais en réponse à l’urgence ont permis la supervision de 37 agents des délégations sanitaires, des districts et des hôpitaux ainsi que 155 agents des centres de santé selon le protocole révisé de prise en charge de la malnutrition aiguë dans la communauté. En assistant à des séances de sensibilisation dans son village ou dans les centres de santé, Assetou apprend l’importance d'une alimentation saine pour elle et ses enfants. Des pratiques appropriées d'alimentation des nourrissons et des enfants peuvent assurer la survie de l’enfant et son épanouissement. Maintenant que Assetou connait bien les bonnes pratiques d'hygiène et de santé, Corion et Traore pourront échapper à la malnutrition, et donc à la mort. Mais pas seulement. Ils pourront aussi grandir forts, sains et intelligents.

 

 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children