Centre Média

Histoires et vidéos

 

Un plan national pour la promotion de l'eau et de l'assainissement a été mis en place.

© © UNICEF Mali/2010/Good
Une élève de l'école primaire Koutienso, près de Segou, au Mali, utilise la nouvelle pompe à eau potable de l'école.

Par Guy Degen

SOUFOUROULAYE, Mali, 19 août 2010 - A l'école primaire Soufouroulaye, au Mali, une pompe à eau vétuste est à sec dans la cour de récréation poussiéreuse et ne désaltère personne.

VIDÉO dans YouTube

Les enfants disposent ici de latrines mais il n'y a pas d'eau potable ou de savon disponible pour qu'ils se lavent les mains. Les ordures sont brûlées puis abandonnées, stagnant près de la cour.

Sans eau potable et sans les installations minimales pour une bonne hygiène et un bon assainissement dans les écoles, les enfants sont exposés au risque des maladies diarrhéiques et des vers.

Cependant, un financement provenant de partenaires internationaux de l'UNICEF - dont l'organisation philanthropique Dubai Cares, le gouvernement flamand (Belgique), la compagnie de distribution des eaux Wavin, la fondation néerlandaise Aqua for All et la filiale « Eaux » de Danone au Japon  - permet d'apporter un soutien à l'amélioration de l'eau et de l'assainissement au Mali. Ces programmes sont en train de changer la situation pour les enfants et les familles du pays.

Aide pour les écoles

Le gouvernement malien a développé un Plan de stratégie nationale pour la promotion de l'hygiène en milieu scolaire.

L'UNICEF et ses partenaires offrent leur soutien aux systèmes d'enseignement, d'assainissement, d'eau et d'hygiène du Mali afin de doter d'installations d'eau et de sanitaires convenables à peu près 60 pour cent des écoles et d'encourager les bonnes habitudes en matière d'hygiène en milieu scolaire, une étape importante pour le Mali vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) concernant l'eau et l'assainissement.

« Chaque enfant a le droit d'avoir de l'eau, de bonnes conditions d'hygiène et des sanitaires à l'école, » affirme le responsable de l'Eau, de l'Assainissement et de l'Hygiène de l'UNICEF au Mali, Nicolas Osbert.

Il ajoute que se laver les mains avec du savon et de l'eau après avoir quitté les latrines « conduira non seulement à un meilleur état de santé et à des meilleures conditions d'enseignement mais fera aussi [des enfants] des vecteurs de changement dans leurs communautés et leurs foyers. »

© UNICEF/MLIA2010/Good
Malian des élèves maliennes debout devant les toilettes de leur école qui sont séparées de celles des garçons et sont marquées « filles ».

L'eau, c'est la santé

Pour les enfants de l'école primaire Koutienso, près de la ville de Segou, la vie scolaire a complètement changé depuis qu'a commencé à fonctionner une nouvelle pompe à eau potable.

Le savon et l'eau, faciles à se procurer, permettent désormais aux enfants de se laver les mains aux moments cruciaux de la journée, particulièrement après avoir utilisé les latrines et avant de commencer leur repas de la mi-journée. Cette simple mesure aidera considérablement les enfants à rester en bonne santé.

Pour Joséphine, 9 ans, la nouvelle pompe à eau a déjà entièrement changé sa vie.

« L'eau propre protège les enfants des maladies graves, » dit-elle, ajoutant qu'elle ne tombe plus malade de la diarrhée pour avoir bu de l'eau à l'école. Des bidons pour la distribution d'eau sont désormais disponibles dans chaque classe et les enseignants apprennent aux élèves les bonnes habitudes en matière d'hygiène.

Progrès pour les filles

Joséphine et ses camarades de classe bénéficient aussi de latrines pour filles séparées de celles des garçons, ce qui leur apporte l'isolement et l'hygiène auxquelles elles ont droit.

On estime que moins de 14 pour cent des écoles du Mali disposent de latrines séparées pour les filles. Des toilettes partagées par les deux sexes, associées à des sanitaires généralement en mauvais état, découragent les filles de fréquenter l'école.

Mais des solutions simples et d'un faible coût pour l'assainissement et l'hygiène peuvent immédiatement augmenter les chances d'une fille de finir ses études. Et un meilleur accès à l'eau potable, des latrines et du savon pour se laver les mains signifiera que davantage d'enfants, filles comme garçons, resteront en bonne santé et iront plus longtemps à l'école.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children