Real lives

Real lives

 

Projet de construction de salles de classe: Lovy va commencer à fréquenter l'école préscolaire de Belalanda l'année prochaine

© UNICEF Madagascar/2013/Abela Ralaivita

Lovy, 04 ans va commencer à fréquenter l’école préscolaire l’année prochaine. Il fait partie des quelques 200 enfants en âge préscolaire dans la commune rurale de Belalanda, à 10 km de Tuléar. Lovy sera parmi les bénéficiaires de la construction d’une salle de classe pour les préscolaires au sein de l’Ecole Primaire Publique (EPP) de sa commune. Fasimera Juliette, sa mère, était très contente en apprenant la nouvelle : «Je me réjouis de savoir que mon fils va enfin pouvoir aller à l’école. Il est difficile de vendre des mangues avec un bébé d’un mois dans les bras et un autre enfant qui vous suit partout», a-t-elle affirmé, visiblement soulagée. Abandonnée par son mari il y a trois années de cela, cette femme de 36 ans  élève toute seule ses cinq enfants dont Lovy est le fils unique.  

Ce projet de construction financé par le Comité Hollandais pour l’UNICEF a pour objectif de faciliter l’insertion à l’école des enfants en âge préscolaire dans deux régions  : Atsimo Andrefana et Atsimo Antsinanana, qui font partie des cinq régions les plus pauvres de Madagascar. En effet, dans ces deux régions, seul un enfant sur dix a pu aller à l’école préscolaire  avant d’entrer au primaire. 

© UNICEF Madagascar/2013/Abela Ralaivita

Ainsi, dans le cadre de la collaboration entre l’UNICEF et le Ministère de l’Education Nationale, 32 EPP dans les communes rurales vont bénéficier non seulement d’une salle de classe pour les préscolaires, mais également d’un point d’eau et d’une latrine pour toute la communauté.  Une formation des enseignants sera également prévue pour garantir une meilleure qualité d’enseignement au niveau préscolaire.    

Les statistiques prouvent l’importance du préscolaire dans la vie éducative de l’enfant. Dans la commune de Belalanda, le taux de redoublement au niveau du CP1, qui vient tout de suite  après le préscolaire est de 12%. Ce taux de redoublement élevé est le résultat de l’absence du préscolaire, confie  le directeur pédagogique de l’EPP: «Le préscolaire est une étape fondamentale pour le développement des capacités de l’enfant, et les enfants de cette commune n’y ont pas accès»; a-t-il précisé avec désolation. 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children