Innovations, lessons learned and good practices

Chad: Budget pour les enfants (Leçons apprises)

Year: 2007
Major Area: Policy Advocacy and Partnership
Language: French

Résume

Dans un contexte de mauvaise gouvernance, l’appui aux partenaires sur les questions budgétaires et de politiques sociales s’avère nécessaire et devrait permettre à terme une meilleure mobilisation des ressources à destination des enfants. La faible mobilisation des budgets nationaux et le manque de coordination avec le Ministère des Finances sont les freins majeurs à une augmentation du budget destiné aux enfants. Cette expérience permet au bureau UNICEF Tchad de passer d’une approche projet à une approche « politique » pour intégrer les besoins des enfants dans la stratégie du gouvernement. Afin de répondre à la demande d’éducation des enfants déplacés à l’est du pays, et par manque des maîtres communautaires et des maîtres qualifiés, le programme a entrepris la formation accélérée des maîtres communautaires choisis parmi les adultes qui ont été à l’école.

Leçons apprises

Cette expérience permet au bureau UNICEF Tchad de passer d’une approche projet à une approche « politique » pour intégrer les besoins des enfants dans la stratégie du gouvernement. Influencer le budget de l’Etat, c’est influencer la mise en œuvre de la politique du gouvernement. Les principales actions seront la poursuite des travaux au niveau central sur le budget mais elles devront également s’attacher à descendre à un niveau décentralisé puis au niveau des structures en relation avec les populations cibles afin de s’assurer d’une meilleure efficacité des dépenses.

Problème

La mauvaise gestion des finances au sein des ministères sociaux nécessitait un renforcement de capacité du bureau pour appuyer les partenaires. La faible mobilisation des budgets nationaux et le manque de coordination avec le Ministère des Finances sont les freins majeurs à une augmentation du budget destiné aux enfants.

Stratégie et l’application

La stratégie d’intervention a pour objectifs principaux d’obtenir une meilleure exécution du budget des ministères sociaux et à terme d’obtenir des allocations plus importantes pour les enfants. Les interventions se sont donc concentrées sur la préparation du budget, le suivi de l’exécution du budget et le plaidoyer au cours des réunions multi bailleurs. Une étude sur le reflet de l’intérêt pour les enfants dans le DSRP et le budget de l’Etat mobilisera les travaux au cours du premier semestre.

Résultants

Afin de répondre à la demande d’éducation des enfants déplacés à l’est du pays, et par manque des maîtres communautaires et des maîtres qualifiés, le programme a entrepris la formation accélérée des maîtres communautaires choisis parmi les adultes qui ont été à l’école.

  1. La préparation du budget : L’élaboration des Budgets de Programme (BdP) 2008-2010 des ministères de la Santé et de l’Education a permis l’implication du bureau dans la planification des investissements en équipement et en construction puis légitimé la participation du bureau UNICEF Tchad aux réunions multi bailleurs lors des missions FMI et BM. La loi de finances rectificative a accordé au ministère de la Santé 6 milliards de FCFA et au ministère de l’éducation 13,5 milliards FCFA supplémentaires. Le projet de loi de finances pour 2008 prévoit une hausse des budgets pour le ministère de la Santé et le ministère de l’Education de respectivement +22% et +11%.
  2. Le suivi de l’exécution : Les ministères de la Santé et de l’Education ont été appuyés dans l’élaboration des Revues des Dépenses Publiques (RDP). Une note d’analyse trimestrielle de l’exécution des budgets est envoyée à l’ensemble des partenaires, elle assure un suivi des dépenses de l’état pour le fonctionnement et l’investissement et sert d’indicateur pour les décideurs des ministères. A la fin du troisième trimestre, les taux d’engagement des deux ministères sont plus élevés que l’an dernier. Le suivi régulier de l’exécution a mis en évidence certains goulots d’étranglement dans le circuit de la dépense et permis une meilleure circulation de l’information budgétaire.
  3. Stratégie sectorielle et SNRP : UNICEF a assuré un appui à la rédaction de la Politique Nationale de Santé (PNS) et collaboré avec les autres bailleurs à la révision de la SNRP. La Stratégie Accélérée de Survie de l’Enfant (SASDE) a été intégrée dans la PNS. La rédaction du Plan National de Développement Sanitaire est en cours et l’opérationnalisation de la SASDE devrait se retrouver dans ce document. Grâce au travail fourni avec les BdP, la rédaction des Plans d’Actions Prioritaires de la SNRPII des secteurs sociaux a été grandement simplifiée et a permis l’implication du bureau.
  4. Les actions de plaidoyer : (1) une analyse des coûts des forages ; (2) une étude des coûts de construction des salles de classe ; (3) une note sur les retards du règlement des achats des vaccins ; (4) une note sur les besoins en fonctionnement des délégations sanitaires. Ces activités ont permis de mettre à l’ordre du jour ces sujets lors des missions FMI/BM. Ainsi, dan 4/ Les actions de plaidoyer : (1) une analyse des coûts des forages ; (2) une étude des coûts de construction des salles de classe ; (3) une note sur les retards du règlement des achats des vaccins ; (4) une note sur les besoins en fonctionnement des délégations sanitaires. Ces activités ont permis de mettre à l’ordre du jour ces sujets lors des missions FMI/BM. Ainsi, dans leurs aides mémoires du mois du juin, la BM et le FMI recommandaient le paiement de la facture des vaccins et la suspension des marchés de construction de salles de classe. La facture de 400 millions FCFA des vaccins a été réglée et la Délégation Européenne a proposé son concours financier pour la campagne 2007.

 

 

New enhanced search