Histoires vécues

Protection de l'enfant

Education

Santé et Nutrition

VIH/SIDA

Eau et assainissement

Situations d'urgences

 

Enfants des rues

© Unicef Haïti /2006 /
© Unicef Haïti /2006 /
Dieuphète Clervil est arrivé à Port-au-Prince en 1999. Il y a vécu et travaillé cinq ans dans la rue. Il y a volé pour manger, pris des drogues, été battu et n'avait pas toujours où dormir.

PORT-AU-PRINCE, HAITI, Novembre 2006 - Dieuphète a vécu 5 ans dans les rues de Port-au-Prince. Il a volé pour manger, pris des drogues, été battu et n'avait pas toujours où dormir. Il a pu se sortir de de cette vie misérable et vit aujourd'hui a LAKAY un centre pour les jeunes, soutenu par l'UNICEF. Il apprend le métier d’électricien dans l'espoir de se réintégrer dans la société normale.

Dieuphète Clervil est né il y a 17 ans à Saint-Raphaël dans une famille de 11 enfants, dont seulement trois ont survécu. En 1999, il est venu à Port-au-Prince après la mort de son père. Sa mère qui n'avait aucun travail, ne pouvait pas le garder à sa charge ni même payer pour son éducation. Après avoir vécu  et travaillé dans les rues de Cap Haïtien pendant quelques mois, il a pris l’autocar  pour Port-au-Prince où il a vécu et travaillé dans la rue pendant cinq ans.

Il a volé pour manger, pris des drogues, il a été battu par les autres enfants et n'avait pas toujours où dormir. Après cinq ans de cette vie misérable, Dieuphète entendit parler de LAKAY où, il l'admet, il a appris quelques leçons de vie importantes. Depuis 1998, LAKAY offre aux enfants des rues âgés de 10 à 18 ans un endroit sûr, l'aide personnalisée et des activités éducatives aussi bien que le traitement antirétroviral aux enfants vivant avec le VIH et le SIDA.

Dieuphete qui rêvait de devenir chanteur, étudie malgré tout à LAKAY pour devenir électricien. Il aime la musique romantique, Bob Marley et le groupe de Hip-hop Fifty Cent. Quand on lui a demandé quel était le moment le plus mémorable de sa vie, il a répondu, après quelques minutes de silence, ma vie au Centre est l'expérience la plus belle que j'ai jamais eue. "Je n'ai jamais oublié les mauvais moments vécus dans la rue, du fait de la pauvreté de mes parents.

Dieuphète sourit nerveusement et il ne peut détacher son regard du plancher. Dieuphète n'est pas pour autant un garçon timide, nous a confié un professeur qui ajoute que la plupart des enfants du Centre sont introvertis en présence d'étrangers. Au contraire, Dieuphète est un garçon très calme et intelligent; vraiment intéressé par les études.
Dieuphète sait que cet interview sera lu hors d’Haïti et veut adresser un message : "Haïti est un pays pauvre. Si mes parents avaient pu avoir un travail, je serais allé à l'école. Je demande aux autres pays de continuer à aider Haïti, particulièrement pour l'éducation des jeunes haitiens."
 
Grâce à l'UNICEF et LAKAY, 650 enfants peuvent profiter des enseignements du centre où des jeunes sudy pour devenir des ébénistes, des électriciens, repasser des ouvriers, des couturières, etc. Et offrent à un endroit sur a l'abri de la violence qui fournit egalement une chambre d'enfants pour 20 bébés - une deuxième génération potentielle d'enfants de la rue. Pour tous c'est leur première chance d'intégrer la société normale.

 

 

 

 

 

 

SOS enfants d'Haïti


SOS Enfants Haïti est un rapport qui présente les principaux obstacles auxquels se heurtent les enfants du pays à un moment de crise. Accéder au rapport multimedia


Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children