Protection de l’enfant

Les Défis

Comment intervient l'UNICEF

 

Enfants en conflit avec la loi

© UNICEF/HQ05-1933/Roger LeMoyne
© UNICEF/HQ05-1933/ Roger LeMoyne
Les enfants associés aux groupes armés représentent un groupe d’enfants vulnérables et sont souvent victimes d’exploitation et négligence. Une fois en prison, ils peuvent être longtemps détenus avant de passer en jugement.

Les enfants en conflit avec la loi représentent une catégorie d’enfants vulnérables toute particulière : la majorité d’entre eux viennent de familles socio économiquement faibles, souvent marquées par la délinquance, l'alcool, la drogue, la violence, les problèmes de santé, etc. Ces familles sont donc incapables de répondre aux besoins primaires et affectifs de leurs enfants.


Un grand nombre des 200 enfants actuellement mis en détention, sont issus de milieux défavorisés.  94% d’entre eux n’ont pas été jugés. Leurs conditions de détention ne respectent pas les règles minima de protection des personnes privées de liberté : par exemple la séparation des enfants des adultes, le regroupement par gravité des infractions, l’exiguïté des cellules ou la surpopulation carcérale (131 garçons pour une capacité de seulement 72 sont en détention à la prison civile pour mineurs de Delmas 33). Ceci constitue, au regard de la constitution haïtienne et des instruments internationaux comme le pacte international relatif aux droits civils et politiques, et la Convention relative aux droits de l’enfant, une violation flagrante des droits de la personne.

© UNICEF/HQ05-1913/Roger LeMoyne
© UNICEF/HQ05-1913/ Roger LeMoyne
De nombreuses filles au contact des groupes armés sont victimes de violences sexuelles et certaines sont infectées par le VIH/SIDA.

L’UNICEF, avec les différents acteurs : ministère de la Justice, Institut du bien être social et de la recherche, Brigade de protection des mineurs, juges, Office de la protection du citoyen, Administration pénitentiaire, ONG des Droits de l’homme et MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), intervient à plusieurs niveaux dans le domaine des enfants en conflit avec la loi pour :

  • provoquer des réunions mensuelles de coordination des acteurs impliqués.
  • offrir un  accompagnement aux enfants en détention, en partenariat avec l’Institut du bien être social et de la recherche (IBESR).
  • permettre un suivi psychosocial en vue de faciliter les décisions du juge pour enfant, conformément à la loi. Ce travail est le fruit d’une collaboration entre l’UNICEF, l’université d’Etat, les travailleurs sociaux et des psychologues. Ils ont assuré :
    - les entretiens avec les enfants et leurs familles,
    - les enquêtes sociales et de personnalité,
    - des causeries, psychodrames, sociodrames et autres activités psychosociales dans les centres carcéraux.
    - L’élaboration des rapports sociaux et psychologiques soumis aux juges pour enfant.
  • l’initiation d’un projet d’assistance juridique aux enfants en détention et l’organisation de formations sur les droits et la protection de l’enfant à l’intention des agents pénitentiaires, des cadres de l’IBESR et des acteurs judiciaires. 

L’UNICEF appuie le gouvernement pour :

  • qu’il harmonise la législation locale avec les normes internationales, en mettant en place des politiques publiques cohérentes qui garantissent et respectent les droits et la dignité de l’enfant ;
  • pour qu’il  renforce les institutions d’application et
  • promeuve des mécanismes de contrôle et de suivi qui priorisent la réadaptation et la réinsertion de ces enfants dans leur communauté respective.
     

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children