Protection de l’enfant

Les Défis

Comment intervient l'UNICEF

 

Enfants des rues

© UNICEF/HQ05-1928/Roger LeMoyne
© UNICEF/HQ05-1928/ Roger LeMoyne
2000 enfants haïtiens vivent dans la rue, comme ces deux garçons qui dorment sur les marches du parvis d'une église des Gonaïves, principale ville du département de l'Artibonite en Haïti.

2000 jeunes haïtiens, enfants des rues. C’est un chiffre  terrible qui n'a malheureusement pas baissé en 15 ans. Ces enfants défavorisés et vulnérables  sont affectés par la violence, la sous-alimentation, la consommation de drogue et par les maladies sexuellement transmissibles, particulièrement le VIH/SIDA. Ils essayent le plus souvent de survivre en se prostituant ou en exerçant d'autres petits boulots.

Les enfants des rues représentent une catégorie vulnérable très visible en Haïti et, dans le cadre de coopération 2002-2006 avec l’Etat haïtien, l’UNICEF a élaboré un Plan national de protection de l’enfant vulnérable en partenariat avec le ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST) et les autres acteurs concernés comme l’ONG Save the Children et l’IBESR (Institut du Bien-être social et de Recherche). Cette stratégie devrait permettre d’assurer un ensemble minimum de services aux enfants en situation de rue, et de développer des politiques publiques cohérentes susceptibles d’enrayer ce phénomène.

Concernant la prise en charge proprement dite des enfants vulnérables, trois axes ont été priorisés :

  •  Santé et nutrition, couvert par les ONG Aide médicale internationale (AMI) et GESKIO.
  • Education : scolarisation, alphabétisation, apprentissage d’un métier, activités psychosociales pris en charge par des foyers comme Lakay/Lakou.
  • Réinsertion : familiale, socioprofessionnelle, communautaire, ainsi qu’un suivi à la réinsertion pris en charge par les centres et foyer  d’accueil de l’IBESR.

Les institutions interviennent de manières complémentaires et se regroupent en réseaux d’échange et d’intervention (RITER) afin de partager les expériences et de renforcer les réponses adressées aux enfants des rues. L’UNICEF qui appuie ces réseaux d’institutions, traduit ainsi son souci d’apporter une réponse globale et structurante au problème qui légitime l’approche de droit (l’enfant est considéré comme sujet et non comme un misérable ou un délinquant qui fait pitié), et prenne en compte l’intérêt supérieur de l’enfant, ses véritables besoins, et sa participation tout au long du processus d’élaboration de son projet de vie.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children