Protection de l’enfant

Les Défis

Comment intervient l'UNICEF

 

Selon un rapport examiné au Conseil de sécurité de l’ONU, la situation des enfants haïtiens affectés par la violence armée en 2007 est restée critique

© UNICEF Haiti/2007/Sato
© UNICEF Haiti/2007/Sato
Selon un rapport examiné au Conseil de sécurité de l’ONU, la situation des enfants affectés par la violence armée en 2007 en Haïti est restée critique.

New York, le 12 février 2008 - le 7eme rapport annuel du secrétaire général des Nations unies sur les enfants et les conflits armés (A/32/609-S/2007/757). a été examiné par le Conseil de sécurité de l’ONU au cours d’un débat ouvert en présence de la directrice exécutive de l'UNICEF, Mme Ann Veneman,  et les représentants de 51 pays. Madame Rhadika Coomaraswamy, représentante spéciale du  secrétaire  général  pour les enfants et les conflits armés, avait présenté ce rapport lors d’une conférence de presse le 30 Janvier 2008 au siège des Nations unies.

Le rapport enregistre  systématiquement, dans 18 zones
« dites » de conflits armés, six types graves de violations :

  1. l’assassinat ou les mutilations d’enfants ;
  2. le recrutement ou l’association des enfants à la violence armée ;
  3. les attaques dirigées contre les écoles ou les hôpitaux ;
  4. le viol d’enfants et autres actes graves de violence sexuelle à leur égard ;
  5. l’enlèvement d’enfants ;
  6. le refus d’autoriser l’accès des organismes  humanitaires.

Le rapport, qui considère la période entre octobre 2006 et août 2007, comprend des informations sur des situations de conflit armé où les parties commettent des violations contre les enfants, ainsi que sur des contextes où la situation des enfants touchés par la violence armée est jugée préoccupante. 

Haïti est cité dans le rapport bien que le pays ne soit pas en situation de conflit armé.  La situation des enfants en Haïti a été inquiétante, selon le rapport, dans les zones les plus affectées par la violence armée pendant la période sous examen. Le rapport indique aussi que l’arrestation de plusieurs chefs de bandes et le démantèlement d’entités  armées  responsables  des  principales  violations graves, en particulier dans les zones comme Cité Soleil, Carrefour Feuilles et Martissant à Port-au-Prince, ont contribué à améliorer les conditions de sécurité au cours de l’année 2007. Depuis le mois d’août 2007, on remarque une réduction des violations graves commises à l’encontre des enfants, même si des données fiables ne sont pas encore disponibles pour la mesurer.

.

© UNICEF Haiti/2007/Sato
© UNICEF Haiti/2007/Sato
« La réinsertion de ces enfants est un processus difficile et de longue haleine qui nécessite de la patience et un engagement à long terme » a déclaré Mme Veneman, directrice exécutive de l'UNICEF

Au cours du débat ouvert sur les  enfants  et  les  conflits lors de la présentation du rapport au Conseil de sécurité, Mme Ann M. Veneman a déclaré qu'il était possible de réinsérer les enfants utilisés par les forces et groupes armés en leurs donnant les compétences et l’assistance nécessaires afin qu’ils puissent se réinsérer dans leur communauté et en deviennent des membres productifs. « La réinsertion de ces enfants est un processus difficile et de longue haleine qui nécessite de la patience et un engagement à long terme » a ajouté Mme Veneman.  

Pour plus d’information lire également :

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children