Protection de l’enfant

Les Défis

 

Les Défis

© UNICEF Haïti/2013
© UNICEF Haïti/2013

L’objectif du Programme protection de l’UNICEF est de s’assurer d’une protection spéciale pour les enfants  les plus défavorisés, les enfants victimes de conflits armés,de catastrophes naturelles, de pauvreté extrême ainsi que de toutes les formes de violence et d’exploitation. … (Plan Stratégique à Moyen Terme  2014-2017)

Guidée  par la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE),  ratifiée par Haïti en 1994, les principales stratégies de l’UNICEF sont :

• Renforcement des systèmes de protection de l’enfant : appui à la révision des lois, élaboration des politiques, accès aux services ;
• S’assurer que les différentes  interventions  en situation d’urgence  (conflits armés et catastrophes naturelles  renforcent le système existant de protection de l’enfance) ;
• Renforcer la collecte de données, basée sur l’évidence  en matière de protection de l’enfance : s’assurer que des données fiables soient utilisées pour améliorer les politiques et l’application des lois ;

La situation  de la protection de l’enfant en Haïti est très complexe et  requiert une  approche  multisectorielle et les défis  sont énormes :

• Le pays  ne dispose pas d’une politique de protection de l’enfant clairement élaborée ;
• Plus de 28 000 enfants vivent dans les  maisons d’enfants  (crèches  et orphelinats, séparés de leurs familles(IBESR 2012 rapport annuel) ;
• Plus de 3000 enfants sont en situation de rues dans la capitale(Aide médicale internationale  avril 2011, Etude sur les enfants des rues.) ;
• 86 % des enfants de 2 à 14 ans ont subi des mesures disciplinaires (fouet, violences émotionnelles, physiques et psychologiques) tant à l’école qu’à domicile au cours de l’année 2011  (EMMUS V); alors qu’EMMUS IV a mis l’accent sur le travail des enfants : 87 % des enfants de 5-17 ans avaient effectué un travail quelconque au cours de la semaine ayant précédé l’enquête. De plus, En Haïti, 24 % des enfants de moins de 18 ans sont considérés comme des OEV (Orphelins et Enfants vulnérables) EMMUS IV.
• Jusqu’à  2000 enfants par an sont partis en adoption internationale sans un contrôle minimum de l’Etat pour garantir la protection de l’enfant et éviter des adoptions illégales ;
•  Environ 250 000 enfants vivent en situation de domesticité en Haïti. Ils sont en risque d’exploitation et privés de leur droit basic ;
• Des milliers d’enfants traversent les zones frontalières officielles ou non-officielles entre la République d’Haïti et la République Dominicaine  sans documentations et vulnérables àla traite, au trafic et autre types d’exploitation. (Brigade de protection des mineurs, rapport annuel 2012) ;
• L’accès aux services sociaux de base est quasi-inexistant au niveau des différents départements du pays ;

Les Défis  de l’UNICEF

• Elaboration et  révision du cadre légal et politique en matière de protection de l’enfant ;
•  Augmentation des ressources humaines et financières au niveau du secteur social;
• Développement de mécanismes et d’outils adressant les différentes vulnérabilités en matière de protection de l’enfant ;
• Meilleur collecte et utilisation des données afin d’influencer les politiques et programmes du Gouvernement ;

Comment intervient L’UNICEF

L’intervention majeure de l’UNICEF consiste d’abord à instaurer un environnement protecteur  pour les enfants vulnérables en Haïti. Cette action contient plusieurs axes :

1. Plaidoyer et appui technique pour la ratification des instruments internationaux  et harmonisation du cadre légal national : L’UNICEFfait un plaidoyer pour la ratification des conventions et traités relatifs aux droits de l’enfant, comme la Convention de la Haye. L’UNICEF offre également un appui techniqueafin que les lois haïtiennes soient révisées en conformité avec les normes et standards internationaux. 

2. Renforcement des capacités des acteurs de la protection de l’enfance : L’UNICEF fournit un appui tant financier, logistique que technique aux partenaires clés de la protection de l’enfance comme le Ministère des Affaires Sociales et du Travail  et son organisme autonome, l’Institut du Bien-être social et de Recherches(IBESR) ainsi qu’à la PNH à travers la Brigade de Protection des Mineurs (BPM). Cet appui permet une meilleure coordination entre les différents acteurs ainsi qu’une meilleure présence dans les départements et les frontières.

3. Renforcement du système de référence pour une meilleureréponse aux violences, abus et exploitation des enfants. L’UNICEF fournit un appui technique à l’IBESR et ses partenaires en développant des outils techniques afin de mieux répondre à toutes vulnérabilités des enfants (enfants de rue, en institution, séparés, en conflit ou en contact avec la loi) et renforcer le système de référence entre les différentes instances pour une réponse efficace.  

4. Renforcement du collecte et utilisation des données : L’UNICEF fournit un appui aux acteurs clés de la protection comme l’IBESR et la BPM afin d’installer et améliorer des bases de données pour la collecte et l’utilisation d’informations et de statistiques fiables. Aussi, l’UNICEF conduit ou accompagne des recherches sur la situation de l’enfant en Haïti afin d’informer les politiques et programmes du pays.

5. Prévention de violence, d’abus et d’exploitation contre les enfants : L’UNICEF fournit un appui à certaines organisations non gouvernementales et associations locales pour renforcer leur travail en vue de sensibiliser les communautés, les familles et les enfants sur leurs droits tout en améliorant leurs accès aux services. 

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children