Vue d'ensemble

Mission de l'UNICEF en Haïti

Situation générale en Haïti

 

Mission de l'UNICEF en Haïti

© UNICEF Haïti/2013

La population haïtienne est estimée à 10 millions d’individus, avec un taux de croissance annuel de 1,3%. Cette population est constituée de 43% de personnes âgées de moins de 18 ans et de 57% de personnes âgées de moins de 24 ans. Près de la moitié de la population vit en milieu urbain, et plus de 25% habite dans la capitale.

Le 12 Janvier 2010, un séisme (7,3 sur l'échelle de Richter) frappa Port-au-Prince et ses environs, tuant plus de 220.000 personnes, blessant 300.000 parmi lesquelles 4.000 personnes qui ont subi des amputations  et viennent s’ajouter à l’effectif des personnes vivant avec un handicap, et laissant plus de 1,3 millions dans des camps. Un tiers des fonctionnaires du pays ont péri; 87% des bâtiments ministériels sont tombés en ruines, et 4000 écoles ainsi que 50 structures de santé endommagées ou détruites. Les évaluations ont déterminé les dommages et pertes à 7,8 milliards $US et les besoins de reconstruction à 11,5 milliards $US (soit 120% du PIB d’Haïti) . Ce séisme a probablement tué plus d’enfants de moins de 5 ans que la moyenne annuelle de ce groupe d'âges.

L’UNICEF a d’abord activement répondu aux défis posés aux enfants etaux femmes par cette première urgence, puis à l’épidémie de choléra qui a frappé le pays en octobre 2010,  avant d’adapter progressivement ses interventions sur le terrain au contexte de transition vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Si la route est encore très longue pour un pays dont l’indice de développement humain est classé 157èmesur 187 pays, de récents indicateurs sont porteurs d’espoir.

La récente étude EMMUS V révèle en effet une tendance positive d’un certain nombre d’indicateurs entre 2005 et 2012. 77% des enfants entre 6 et 11ans vont à l’école en 2012 alors qu’ils étaient seulement de 50% en 2005-2006, le taux de malnutrition aigüe chez les enfants de moins de 5 ans a été réduit de moitié passant de 10 à 5% et la malnutrition chronique est passée de 29 à 22%

Mais ces chiffres ne peuvent en aucun cas inciter à baisser les bras, car il reste encore beaucoup à faire afin d’améliorer les conditions de vie des enfants et leur offrir un environnement durablement stable et propice à leur épanouissement. Le programme de l’UNICEF en Haïti  vise à promouvoir une approche basée sur les droits humains et sur l'équité pour et avec les enfants et les adolescents, y compris ceux avec handicaps, à travers différentes  stratégies au niveau national, départemental et communautaire.

Santé et Nutrition
Le système sanitaire haïtien, déjà faible, a pris un gros coup avec le tremblement de terre.Beaucoup d’infrastructures ont été endommagées, dont l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) le plus grand centre hospitalier du pays. Dans les provinces, la situation n’est pas meilleure et beaucoup de communes n’ont pas un centre hospitalier capable de  les offrir des services de base. L’UNICEF s’est beaucoup engagé dans ce domaine en étant l’un des principaux partenaires du Ministère de la Santé publique et de la population (MSPP) dans diverses activités comme :

• La vaccination où l’UNICEF s’implique dans les diverses campagnes de vaccination spécifiques comme le pentavalent ou la lutte contre le tétanos. L’UNICEF,en coordination avec les partenaires dans les zones affectées, a permis la vaccination de 1 940 000 enfants et 12 000 femmes enceintes.
• L’UNICEF a joué un rôle de premier plan dans la lutte contre l’épidémie de choléra, à la fin de 2011 ; plus de 11 000 cas suspects et 187 000 cas de diarrhée (y compris 81 000 enfants de moins de 5 ans) ont été traités.

L’appui de l’UNICEF après le séisme, en termes de nutrition, a permis de réduire le retard de croissance de 29,7% en 2006 à 21,9% en 2012. L’UNICEF supporte beaucoup d’initiatives qui visent à combattre la malnutrition chez les enfants notamment, ceux de moins de 5 ans.

© UNICEF Haïti/2013

Protection de l’enfant
Après le séisme, l’UNICEF a appuyé la création de 520 espaces amis-des-enfants permettant à près de 120 000 enfants d’accéder à des activités récréatives. Mais l’appui de l’UNICEF s’est surtout axé dans un cadre institutionnel afin de renforcer le cadre légal existant en Haïti dans la Protection de l’Enfant. Ainsi le pays a ratifié plusieurs textes de lois à la suite du plaidoyer de l’UNICEF : Convention sur la Protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, le Protocole sur la traite, entre autres.

VIH/Sida
Le taux de prévalence du VIH en Haïti est le plus élevé de la région et dans ce domaine de nombreux défis demeurent. L’UNICEF s’implique aux côtés des acteurs dans le secteur en fournissant un appui pour mieux combattre l’épidémie par des campagnes de sensibilisation parmi les jeunes et les adolescents, et en appuyant le programme de lutte contre la transmission mère-enfant.

Eau et Assainissement
L’accès à l’eau potable reste un souci majeur en Haïti, et le séisme n’a pas arrangéla situation. Pour pallier à ce problème, l’UNICEF a fourni de l’eau potable à 680 000 personnes et de l’assainissement à 800 000 personnes vivant dans les camps en orientant progressivement la prestation de service dans les zones de retour devant profiter à 130 000 habitants. L’UNICEF coopère avec le Ministère de l’Education nationale à travers un vaste programme de sensibilisation des enfants à l’hygiène et à l’assainissement.

Urgences
La vulnérabilité d’Haïti le place sans cesse dans des situations d’urgence aussi, l’UNICEF, de concert avec 4 ONG,a mis sur pied un programme pour renforcer la capacité du gouvernement dans la Préparation et la Réponse aux urgences (PRU) par des évaluations rapides, la définition de mesures de réduction des risques, et le pré-positionnement d’intrants d’urgences pour les besoins de 100 000personnes.

Kore fanmi ou (Initiative Agents Communautaires Polyvalents)

Kore fanmi est une approche communautaire mise en place par le Gouvernement haïtien qui s’est engagé à renforcer son système de protection sociale, en privilégiant une approche consolidée qui vise à renforcer l’offre de services tout en stimulant la demande et l’utilisation des services disponibles par les communautés.

Kore fanmi est une initiative rassemblant plusieurs partenaires dont l’UNICEF avec entre autres objectifs :l’amélioration de la couverture des services de base pour la population et la réduction des coûts ;l’harmonisation et l’amélioration de la collaboration et les synergies dans la fourniture de services sociaux ;l’accèsaux populations les plus vulnérables qui jusqu’ici ne sont pas touchées par les services.

L’UNICEF a participé en 2012 à la phase pilote de l’initiative Kore fanmi par l’apport en intrants et commodités essentielles (nutrition, santé, WASH) et la production d’une version créole du manuel « Savoir pour Sauver ». Dans le cadre de l’extension de Kore Fanmi, et en ligne avec l’accent  sur l’équité, l’UNICEF joue un rôle plus large :

• En appuyant le renforcement des capacités des partenaires gouvernementaux, de la société civile et des ONG à fournir des services de qualité, en utilisant la carte de vulnérabilité pour orienter les services en fonction des besoins spécifiques de chaque famille ;
• En mobilisant les communautés pour stimuler la demande, tout en facilitant l’accès par les familles aux informations essentielles pour l’adoption de pratiques clés pour la survie,  le développement et la protection de l’enfant ;

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children