Centre de presse

Le Représentant de l'UNICEF en Haïti

Actualité

L’initiative Kore Fanmi touche trois nouvelles communes d’Haiti

Communiqués de presse

Vidéos

Histoires vécues

Publications

 

Le Rapport périodique de mise en œuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant présenté à la société civile

Port-au-Prince, 26 octobre 2013 – Le Comité Interministériel des Droits de la Personne (CIDP) a entamé, depuis quelques jours, une série de dialogue avec des personnalités issues de divers secteurs de la société civile haïtienne. Deux jours après une première rencontre avec des membres de la presse, le CIDP s’est entretenu, le 24 octobre 2013, avec des représentants et représentantes de plus d’une dizaine d’organisations de la société civile œuvrant dans le domaine des droits humains. Ces réunions ont permis aux participants et participantes de se faire une première idée de la mission du CIDP, de ses attributions et des différentes institutions qui le composent.

Au cours de ces rencontres, des questions relatives aux droits économiques, sociaux et culturels (DESC) ont été abordées à côté des autres droits humains. Madame Rose Anne AUGUSTE, Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, chargée des Droits humains et de la Lutte contre la Pauvreté Extrême, place la création du CIDP dans le cadre des efforts de l’Administration Martelly et du Gouvernement Lamothe de construire un véritable État de droit dans le pays.

Le CIDP a pour mission de garantir la cohésion des interventions gouvernementales en vue de la réduction progressive de la pauvreté et de l’exclusion dans le pays. Selon la Ministre AUGUSTE, il a la charge de renforcer et d’optimiser les dispositifs et mécanismes existants de coordination des activités en rapport aux droits de la personne au sein du gouvernement. Ce dispositif a été mis en place pour assurer la coordination et le suivi des politiques publiques en matière de droits humains, proposer la stratégie nationale et la feuille de route pour l’application de la politique du gouvernement en matière de droits humains, identifier les besoins communs des services publics quant au respect de ces droits, etc.

Depuis août 2013, le CIDP est très actif dans la préparation du rapport périodique de mise en œuvre de la Convention relative au Droit de l’enfant (CDE) que l’État haïtien doit soumettre au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Le CIDP avait participé, le 14 août dernier, à un premier atelier de travail visant à analyser le document. La ministre Auguste a participé, ce vendredi 25 octobre à l’hôtel Royal Oasis à Pétion-Ville, à l’atelier de validation dudit rapport qui réunissait des représentants de la société civile. Il s’agit d’une étape importante dans le processus de l’établissement d’un État de droit dans le pays.

« La protection des droits des enfants constitue pour notre gouvernement une priorité. Qu’ils puissent jouir du même niveau de protection que confère la loi à nous les adultes est essentiel. C’est une condition sine qua non de cet État que nous rêvons de construire. L’administration Martelly et le gouvernement Lamothe ont, en maintes fois, manifesté leur farouche volonté de faire  de ce pays, un espace où les droits de personne ne seraient bafoués », a déclaré la Ministre Rose Anne AUGUSTE à l’occasion de cet atelier de validation.

Haïti a ratifié en 1994 la Convention relative aux Droits de l’enfant qui fait obligation à l’Etat haïtien de présenter un rapport détaillé, à l’ONU, tous les cinq ans sur les progrès réalisés en matière de protection des droits des enfants. En 2007, l’Etat haïtien n’a pas pu présenter son deuxième rapport au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Lors de la soumission du premier rapport en 2001, le Comité des Droits de l’enfant avait fait certaines recommandations à l’Etat haïtien. Selon la Ministre Rose Anne AUGUSTE, le rapport que le Gouvernement s’apprête à présenter à l’ONU se veut le reflet fidèle des réalisations de l’État par rapport aux  recommandations du Comité des droits de l’enfant.

Le représentant de l’Unicef en Haïti, Edouard BEIGBEDER, a pour sa part félicité le  Gouvernement haïtien, le Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) et l’Institut du Bien-Être Social et de Recherche (IBESR) pour leur engagement à poursuivre et à boucler les prescriptions de la Convention relative aux droits de l’enfant. Ce rapport périodique, selon Monsieur BEIGBEDER, constitue une étape cruciale permettant de faire le point sur l’application de cette convention. « L’exercice d’aujourd’hui nous permettra de créer plus de synergie possible par le développement de mécanismes de coordination et d’intervention conjointes et intégrées pour le bien-être de l’enfant », a dit le représentant de l’Unicef.

Les participants à l’atelier de ce 25 octobre ont émis un certain nombre de commentaires qui seront pris en compte au cours de la rédaction finale de ce rapport.

Des représentants des organisations de la Société Civile à la rencontre du 24 octobre 2013

Une vue de l'assemblée à la rencontre du 24 octobre 2013

Hamel Cazeau de la CNSA intervenant à la rencontre du 24 octobre 2013

Glamamine du CNIGS et Me Melodin du Ministère des Affaires Étrangères

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children