Education

Les Défis

 

Les Défis

Salle de classe en Haïti
© UNICEF Haïti /2013/

Le système éducatif haïtien reste confronté à d’énormes défis malgré le bond significatif du niveau de fréquentation scolaire (77% en 2012, EMMUS V, versus 50% en 2005, selon EMMUS 4), le Programme scolaire universel gratuit et obligatoire (PSUGO), la forte demande d’éducation et le soutien de la communauté internationale.

L’accès demeure encore limité sans compter que la qualité et la gouvernance constituent un défi majeur. Entre autres facteurs ayant conduit à cette situation, on peut citer les contraintes budgétaires se traduisant par un investissement public très limité dans le secteur (autour de 10% du budget en moyenne), la pauvreté massive de plus de 70% de la population, une législation inadéquate, des normes et pratiques sociales défavorables, des crises récurrentes telles que les désastres naturels (notamment le séisme du 12 janvier 2010), de même que les capacités organisationnelles et de gestion très limitées du Ministère de l’Education.

Selon le dernier recensement scolaire (2011) seul 20% de l’offre éducative vient du secteur public, le reste étant entre les mains du secteur non-public, la plupart du temps géré sans réglementation et opérant en dessous des normes minimales de qualité. Malgré son importance avérée, l’accès à des activités ciblant les jeunes enfants (0-5 ans) demeure très limité (67% de taux brut de scolarisation au préscolaire 3-5 ans, MENFP 2011). La faiblesse de la qualité se traduit notamment par des taux moyens de redoublement de 15% et des taux d’abandon autour de 13%. Combiné aux entrées tardives, ces facteurs augmentent la proportion des surâgés à l’école fondamentale (65%). On note que le taux de survie en 5ème année du primaire est faible (25%). Cette situation préoccupante s’explique en grande partie par la proportion élevée d’enseignants non qualifiés (plus de 65%), les conditions d’apprentissage défavorables, et la non-application des normes et standards pouvant garantir un enseignement de qualité. Parmi les enfants les plus affectés par l’accès limité ainsi que l’absence de qualité, on peut citer ceux du milieu rural, ceux des familles pauvres des bidonvilles des grands centres urbains, les enfants séparés de leur famille (centres résidentiels, enfants en domesticité, enfants des rues), les enfants handicapés et les enfants déplacés.

Pour l’UNICEF, les principaux défis à relever sont :
• Garantir l’accès équitable à une éducation de qualité aux enfants les plus vulnérables ;
• L’amélioration de la qualité des services éducatifs ;
• L’égalité des chances entre filles et garçons ;
• Le renforcement du secteur de la Petite enfance ;
• Le renforcement des structures de gouvernance et de régulation du système éducatif.


Comment intervient l’UNICEF :
• Support de L’UNICEF au Gouvernement haïtien et au Ministère de l’éducation nationale pour garantir le droit à l’éducation universelle gratuite
• Appui au ministère de l’Education à un niveau national et local pour l’exécution du plan opérationnel 2010-2015, spécialement en ce qui concerne les politiques publiques, la mise en place d’un système national de gestion de l’information et la micro-planification jusqu’au niveau des districts scolaires.
• Amélioration de la qualité de l’éducation à travers le développement des programmes accélérés d’apprentissage pour les enfants « surâgés » et promouvoir la réussite scolaire à travers le renforcement des compétences en lecture.
• Développement du cadre politique de la petite enfance avec la mise en place d’une stratégie nationale de prise en charge du jeune enfant de 0 à 6 ans, la promotiondes standardspour des services de qualité et d’un nouveau curriculum du préscolaire.
• Développer les capacités du gouvernement en matière de gestion des risqueset des désastres.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children