Notre inspiration

Le recul de la pauvreté débute avec les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ02-0568/Pirozzi
Fillette qui fait ses devoirs en souriant dans une école primaire de Madagascar.

La majorité des pauvres sont des enfants. La pauvreté dépouille les enfants de leurs droits. Le cadre de vie qui est sensé protéger l’enfant en est ébranlé : en effet les mauvais traitements et l’exploitation sont souvent liés à une pauvreté profondément enracinée. Elle assombrit la vie des enfants en leur faisant subir des fléaux tels que la mauvaise santé, la malnutrition, ainsi qu’un ralentissement de leur développement physique et mental. Elle sape leur énergie et leur fait perdre confiance dans l’avenir. Aucune société n’a pu réellement faire reculer la pauvreté sans investir vigoureusement et à long terme dans les droits de sa population à la santé, à la nutrition et à une éducation de base.

La misère se transmet de génération en génération. Par exemple, les mères les plus démunies et mal nourries mettent souvent au monde des bébés souffrant d’insuffisance pondérale. Ces bébés courent davantage de risques que les autres de mourir rapidement et, s’ils survivent, leurs chances de grandir et de s’épanouir totalement sont moins grandes. La malnutrition chronique, les carences en micronutriments et les maladies fréquentes peuvent se solder par de mauvais résultats scolaires. Ces enfants risquent donc davantage d’abandonner trop tôt l’école et d’avoir des emplois, s’ils trouvent du travail, qui les font vivre en deçà du seuil de pauvreté.

Pour briser cet engrenage de pauvreté, les gouvernements, la société civile et les familles doivent investir dans les droits et le bien-être de l’enfant, ainsi que dans les droits des femmes. Les dépenses affectées à la santé, à la nutrition, à l’éducation, au développement social, affectif et cognitif, ainsi qu’à l’égalité entre les sexes, ne constituent pas seulement un investissement dans une société plus démocratique et plus équitable, mais aussi dans une population en meilleure santé, plus instruite et, partant, plus productive. Moralement, nous avons le devoir d’investir dans les enfants. Mais c’est aussi un investissement judicieux sur le plan économique. Voilà pourquoi l’UNICEF conseille Financez le développement : Investissez dans les enfants.Voilà aussi pourquoi l’UNICEF estime que la La lutte contre la pauvreté débute avec les enfants. La planète est d’accord sur ce point. Six des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (lien externe) concernent directement les enfants.

L’UNICEF a publié récemment plusieurs ouvrages sur la pauvreté et les enfants. D’autres organisations internationales et non gouvernementales consacrent de plus en plus de temps au problème de la pauvreté et des enfants.

Liens externes ouvrant une nouvelle fenêtre et menant à des sites autres que ceux de l’UNICEF.


 

 

Recherche