Rwanda

Des latrines écologiques améliorent la qualité de la vie dans les communautés affectées par le séisme au Rwanda

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2010/Williams
Marinatha, 13 ans et ses amis se tiennent à l'extérieur des vieilles latrines de la communauté de Gihundwe, située au sud-ouest du Rwanda. Plus de 100 maisons du village vont désormais profiter des nouvelles latrines eco-san.

GIHUNDWE, Rwanda, 15 mars 2011 - Dans le District de Rusizi situé au Sud-Ouest du Rwanda, une région frappée par une série de séismes en 2008,  cette petite communauté vulnérables qui vit près du Lac Kivu vient de connaitre une mini-révolution.

Grâce à une initiative conjointe du gouvernement du Japon, de l'UNICEF et de l'Organisation non-gouvernementale Caritas Cyangugu, la qualité de vie et la santé de plus de 100 maisons du village de Gihundwe se sont rapidement améliorées depuis l'installation de latrines eco-san. 

Plus accessibles

Marinatha, 13 ans, est reconnaissante de l'installation des nouvelles latrines, qui sont plus hygiéniques et convertissent en engrais les déjections humaines. L'une de ces latrines est désormais située à quelques mètres de sa maison faite de bois et de boue, alors que les vieilles latrines étaient beaucoup plus éloignées. Elle étaient également peu hygiéniques et difficiles à garder propres.

La différence a été immédiate. « Je suis très contente de ces nouvelles latrines qui sont plus intimes », explique Marinatha. « Même quand il pleut je peux me rendre aux latrines qui sont juste à côté de la maison ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2010/Williams
Marinatha est très contente de ces nouvelles latrines qui sont juste à quelques mêtres de sa maison, située dans le village de Gihundwe, au sud-ouest du Rwanda, une région affectée par les tremblements de terre.

Le Rwanda a fait d'énormes progrès pour améliorer la survie des enfants, la croissance et le développement dans les régions affectées par les séismes. Mais ces tendances positives sont entravées par la destruction de la santé, de l'éducation, de l'eau et de l'assainissement.

En janvier 2009, le gouvernement rwandais, le Japon et l'UNICEF ont signé un accord de 7,5 millions de dollars pour reconstruire la province occidentale du Rwanda affectée par les séismes. L'accord comprenait l'installation de latrines
eco-san.

Parvenir à toucher les plus vulnérables

En accord avec les autorités locales, il a été décidé de cibler en priorité les maisons de Gihundwe qui présentaient les plus grands signes de vulnérabilité. L'ensemble du matériel de construction des latrines a été acheté sur place à l'exception des éco-plaques, qui étaient fabriquées à Kigali, la capitale du Rwanda.

Les adultes de la communauté ont été également encouragés à fournir eux-mêmes au village les matériaux de fabrication locale pour la construction des latrine, afin qu'ils s'approprient le projet et ainsi garantir sa pérénité.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2010/Williams
On espère qu'une fois terminée la construction des nouvelles latrines, on en verra bientôt beaucoup d'autres comme celle-ci fleurir dans tout l'Ouest du Rwanda, affecté par les séismes.

Vincent de Paul de Caritas Cyangugu explique que les conditions d'hygiène des latrines dans la région sont très faibles, ce qui a d'affreuses implications sur la santé de la population. Le projet éco-san a l'intention de changer cette situation.

« On espère que les voisins dans la communauté auront eux-aussi envie d'installer des latrines eco-san », dit-il. « Puisque la plupart des communautés vivent de l'agriculture, ceux qui ont bénéficié des nouvelles latrines sont aussi très exaltés à l'idée d'utiliser le fumier comme engrais pour leurs cultures ».

On estime que la mortalité parmi les enfants diminuerait de 18 pour cent s'ils amélioraient leurs habitudes hygiéniques, comme se laver les mains plus souvent. Dans le cadre du projet, les gens du village ont aussi pu bénéficier d'une formation à la prévention des maladies.

Prévention des maladies

Les ménages ont été encouragés à monter un coin lavabo près de leurs latrines, avec un endroit pour le savon, afin que se laver les mains devienne une habitude.

Marinatha a écouté avec beaucoup d'attention, pour pouvoir entretenir ses nouvelles latrines et s'occuper de sa propre santé.

« Comme ces latrines sont différentes et plus modernes que nos vieilles latrines, j'ai dû apprendre comment les utiliser et les garder propres », dit-elle. « J'ai aussi appris les règles d'hygiène et d'assainissement. Cela m'aidera, avec mes amis, à ne pas attraper des maladies qui se propagent au contact d'une eau sale ».

Près de 46 pour cent de la population du Rwanda n'utilise pas d'équipement sanitaire amélioré, et l'espoir est que ce projet de latrines eco-san, dans le Sud-Ouest isolé du pays, n'est juste qu'un début.

« Alors que nous sommes toujours en train d'installer un peu moins de 400 latrines dans cette région, le projet est une très belle réussite et nous continuons  d’avoir  une demande importante pour l'installation d'encore plus de latrines eco-san », dit Paul.


 

 

Recherche