Eau, assainissement et hygiène

WASH dans un monde en évolution

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UN09155/Lynch
- Shushmita Rani, 7 ans, se lave le visage dans la partie commune que les siens partagent avec neuf autres familles. Quand on lui demande ce qu’elle veut faire quand elle sera adulte, Shushmita n’hésite pas : « Pendant que je grandirai, je continuerai à étudier, j’étudierai beaucoup. Puis je deviendrai enseignante et l’enseignerai à d’autres enfants comme moi. »

De l’eau propre, des toilettes rudimentaires mais fonctionnelles et de bonnes habitudes hygiéniques sont essentielles à la survie humaine, et sont la base fondamentale sur laquelle le développement peut démarrer. Améliorer la satisfaction de ces besoins élémentaires a des effets positifs sur la croissance et le développement des enfants et des communautés à travers le monde.

EAH/WASH et la santé
Les maladies liées à la mauvaise qualité de l’eau et de l’assainissement sont une des principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans. Sans accès à de l’eau propre et à des toilettes d’une conception simple, et sans de bonnes pratiques d’hygiène, la survie, la croissance et le développement de l’enfant sont menacés.

Plus de 800 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour de maladies évitables associées à la diarrhée et causées par une absence d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. La dénutrition est également associée à des épisodes répétés de diarrhée ou d’infection par des parasites intestinaux qui résultent directement de conditions inadéquates dans le secteur EAH/WASH. Un cercle vicieux se développe ente la diarrhée et la dénutrition, particulièrement dans le cas des enfants.

Les enfants souffrant de la diarrhée mangent moins et sont moins capables d’absorber les nutriments contenus dans leur nourriture ; à son tour, cette sous-alimentation les rend plus susceptibles à la diarrhée s’ils sont exposés à des contacts avec des excréments humains. Mauvais assainissement et mauvaise hygiène ont aussi été associés aux retards de croissance qui causent des dommages irréversibles à l’organisme et aux capacités cognitives. En 2014, 159 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retards de croissance: 1 enfant sur 4 à travers le monde.

Des millions d’autres enfants tombent malades, sont affaiblis ou handicapés par d’autres maladies et infections liées à l’eau et à l’assainissement, dont le choléra, le paludisme, le trachome, la bilharziose (schistosomiase), les infestations de parasites intestinaux dont l’infestation par le ver de Guinée.

EAH/WASH et l’éducation
L’accès à une eau propre et à des toilettes d’une conception simple, ainsi que de bonnes pratiques hygiéniques, jouent un rôle important dans le domaine de l’éducation.

Un grand nombre d’enfants — principalement les filles — passent chaque jour de nombreuses heures à aller chercher de l’eau, ce qui les empêche de fréquenter l’école normalement. À l’échelle mondiale, ce sont 200 millions d’heures que les femmes et les enfants consacrent chaque jour à aller puiser de l’eau. Mais ce n’est pas simplement une question de manque d’accès à l’eau ; le manque d’accès à des toilettes d’une conception simple ainsi que des toilettes séparées pour les filles et les garçons dans les écoles cause une multitude de problèmes. Les adolescentes sont particulièrement touchées par ce problème, car elles ont besoin d’un endroit propre et préservant leur intimité pour pouvoir s’occuper de leur hygiène menstruelle dans la discrétion et la dignité.

Les questions EAH/WASH n’ont pas simplement un effet sur la possibilité pour les enfants d’aller à l’école ; un nombre important d’enfants souffrent de dommages physiques et cognitifs causés par des maladies liées à l’eau et à l’assainissement qui ont des conséquences négatives pour leurs résultats scolaires, et pour le niveau d’éducation général qu’ils ont la possibilité d’atteindre.

EAH/WASH et l’économie
Les effets de mauvaises conditions dans le secteur EAH/WASH se propagent bien au-delà de la santé et de l’éducation et ils ont des conséquences pour l’économie par l’intermédiaire des dépenses dans le domaine de la santé et de la division du travail.
 
Si nous étions à même de fournir des installations sanitaires et d’approvisionnement en eau élémentaires à bas coût aux pays qui en ont besoin, le monde économiserait environ 263 milliards de dollars USD par an. Si tout le monde sur la planète avait accès à ces services, la diminution des cas de maladies associées à la diarrhée représenterait à elle seule une économie de 11,6 milliards de dollars USD sur le coût des traitements médicaux, et elle entraînerait des investissements de 5,6 milliards USD en main-d’œuvre.


 

 

Recherche