Eau, assainissement et hygiène

Intégration d'une démarche fondée sur les rapports de genre dans le domaine de l'eau et de l'assainissement

"L’UNICEF s’emploie, par le biais de ses programmes de pays, à promouvoir l’égalité des droits des femmes et des filles et à appuyer leur pleine participation à la vie politique, sociale et économique de leurs communautés." — Déclaration de mission de l’UNICEF

Qu’entend-on par intégration d’une démarche fondée sur les rapports de genre?

Les projets relatifs à l’eau et à l’assainissement ‘intègrent’ les rapports de genre à travers deux dimensions : les différences de besoins et de priorités des femmes, des hommes, des filles et des garçons qui découlent de leurs activités et responsabilités, qui sont différentes; et les inégalités d’accessibilité et de contrôle des ressources en eau et d’accès aux services d’assainissement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ02-0350/Pirozzi
Tirer de l’eau d’un puits construit avec l’aide de l’UNICEF dans le village de Manyewa, au Zimbabwe.

L’intégration d’une démarche fondée sur les rapports de genre prend en considération ces derniers dans tous les cycles d’élaboration, de planification, d’exécution et d’évaluation d’un programme. Elle commence par recenser les écarts entre les sexes dans le secteur considéré, s’emploie à les éliminer par le biais de programmes et évalue l’efficacité de ces derniers du point de vue des rapports de genre lors de la phase de contrôle et d’évaluation.

L’intégration d’une démarche fondée sur les rapports de genre vise à établir un équilibre entre les sexes, s’agissant, par exemple, d’un partage plus équitable des tâches. La réalisation de l’équilibre entre les sexes implique souvent la nécessité de mieux répondre aux besoins et intérêts concrets des femmes et des filles – comme l’amélioration de l’accès à l’eau, ce qui réduit leur charge de travail – ainsi que de satisfaire aux besoins et intérêts sexospécifiques stratégiques – comme la participation des femmes à la prise de décision au niveau des collectivités locales.

La nécessité d’une intégration d’une démarche fondée sur les rapports de genre dans le domaine de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement du milieu

Les individus diffèrent par le besoin, l’accessibilité et le contrôle des ressources et des services et par l’intérêt qu’ils y portent, en fonction de divers facteurs, dont le facteur sexospécifique.  Une approche intégrée de l’eau et de l’assainissement tient compte de ces différences et des priorités fort différentes qu’elles créent pour les femmes et pour les hommes.

La participation des femmes et des filles aux projets relatifs à l’eau et à l’assainissement est essentielle pour l’efficacité de ces derniers. Dans les pays en développement, la charge du transport, de l’utilisation et de la protection de l’eau incombe surtout aux femmes et aux filles. Elles assument également la plus grande part de la responsabilité de l’assainissement du milieu et des soins de santé dispensés dans le foyer.

Étant donné les rôles actuellement impartis aux femmes et aux filles dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, leur participation active et l’amélioration de leur capacité d’agir sont nécessaires au succès des opérations menées dans ce domaine – et sans alourdir le fardeau qui leur incombe déjà. L’intégration d’une démarche fondée sur les rapports de genre est nécessaire pour établir un équilibre entre les sexes et réduire les inégalités dont souffrent les femmes et les filles.


 

 

Recherche