Eau, assainissement et hygiène

Étude de cas détaillée : promotion de l'assainissement et de l'hygiène en milieu scolaire au Malawi

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malawi/Abrahams
Lavabo de latrine.

Cette initiative de l’UNICEF au Malawi a pour objet de définir et de mettre en place des normes nationales concernant les équipements sanitaires et la promotion de l’hygiène dans les écoles primaires. Ces normes devraient déboucher sur des approches programmatiques pouvant ensuite être appliquées de façon plus systématique.

L’UNICEF a forgé un partenariat clé avec des fonctionnaires et des membres élus des assemblées des districts de Kasungu et de la Baie de Nkhata, lesquels ont constitué des équipes multisectorielles de gestion du projet. Ces équipes ont assumé le rôle principal en matière de sensibilisation, de mobilisation de ressources et de coordination de chaque phase des activités du projet, qui est appuyé par l’UNICEF et le Department for International Development (DfID) du Royaume-Uni.

Le projet se propose :

  • De mettre au point diverses options en matière d’équipement sanitaires – latrines, urinoirs et lavabos – adaptées à des situations et des niveaux de financement différents.
  • De renforcer les capacités nationales et des districts en matière d’élaboration et d’application de directives.
  • De formuler un programme d’éducation sanitaire et en matière d’hygiène pour écoles primaires misant sur l’acquisition de compétences pratiques essentielles et prenant en compte les facteurs de sexe.
  • De fournir des équipements de distribution d’eau et d’assainissement à 100 écoles et d’y lancer le nouveau programme d’éducation en matière d’hygiène.
  • D’étendre la promotion de l’assainissement et de l’hygiène aux familles des écoliers.

Le droit à l’assainissement

De tout temps, les enfants n’ont pour ainsi dire jamais participé à la prise de décisions en milieu scolaire, mais des approches comme les groupes de discussion composés d’enfants ou d’écoliers commencent à réaliser leur droit de participer à leur propre développement.

Selon l’enquête démographique et sanitaire de 2000, au Malawi, un ménage sur 10 seulement possède une latrine améliorée ou une toilette à chasse d’eau. On ne dispose pas d’informations précises sur l’assainissement en milieu scolaire, mais dans un grand nombre des écoles passées en revue dans le cadre du bilan national de l’assainissement de 2001, le rapport était supérieur à 100 enfants par latrine. Ces latrines étaient souvent mal construites, insalubres, vandalisées et dans un état non conforme à l’hygiène. Les enfants, en particulier les plus jeunes et les enfants handicapés, ne les utilisaient pas, préférant déféquer dehors.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malawi/Abrahams
Des membres de la communauté posent avec une latrine à l’arrière-plan.

Les mauvaises conditions d’assainissement et d’hygiène portent atteinte au droit des enfants à l’éducation ainsi qu’à leur santé. Les écoliers manquent souvent parce qu’ils contractent des maladies liées à l’eau et à l’assainissement, telles que la diarrhée et le choléra. En l’absence d’une latrine ou d’un point d’eau adéquat dans l’école la plus proche, les filles doivent faire près d’un kilomètre à pied deux ou trois fois par jour pour rapporter de l’eau ou pour utiliser la latrine d’une autre famille.

De tout temps, les enfants n’ont pour ainsi dire jamais participé à la prise de décisions en milieu scolaire, mais des approches comme les groupes de discussion composés d’enfants ou d’écoliers commencent à réaliser leur droit de participer à leur propre développement. Les équipes nationales d’évaluation ont demandé aux enfants ce qu’ils aimaient et ce qu’ils détestaient dans l’assainissement auquel ils avaient accès. Ils ont parlé avec franchise et pertinence des changements à apporter et leurs idées sont utilisées pour modifier les plans des équipements.

Conception d’installations d’assainissement adaptées aux enfants

La première étape, lancée en juin 2001, a été l’évaluation nationale de l’assainissement. Elle a été précédée de réunions avec les principaux ministères concernés et avec des organisations non gouvernementales, réunions destinées à fixer les critères d’évaluation, les méthodes de collecte des données, la composition des équipes multisectorielles d’évaluation et les sites à visiter. Plus de 50 écoles ont été évaluées et des entrevues de groupe ont été menées avec le personnel des écoles et les enfants, les familles et les comités communautaires chargés de l’eau et de la santé.

Ce processus devrait déboucher sur un guide illustré facile à utiliser des différentes technologies adaptées aux enfants à mettre en œuvre, complété par un programme de formation à la construction des latrines retenues. Les résultats de l’évaluation de l’assainissement servent également à concevoir des programmes d’éducation en matière d’hygiène adaptés aux enfants. Des bandes dessinées ont déjà été conçues pour les enfants des classes 5 à 8 sur l’importance des latrines scolaires; elles mettent en scène des personnages de l’initiative de communication Sara.

Résultats

Les informations recueillies par les équipes d’évaluation de l’assainissement sont de qualité variable, mais le processus était novateur et a constitué un bon point de départ pour l’évaluation des technologies adaptées aux écoles. Les enfants se sont avérés de chauds partisans de l’amélioration de l’assainissement tant à l’école que dans leur communauté.

L’évaluation a mis au jour un certain nombre de problèmes requérant une attention particulière :

  • Les coûts de la main-d’œuvre pour la construction de latrines domestiques peuvent être supérieurs au coût des matériaux, en particulier pour les femmes chefs de famille qui doivent payer les ouvriers. De plus, beaucoup de familles n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour une superstructure appropriée (murs, porte et toit de la latrine).
  • Beaucoup de fosses améliorées ne sont pas utilisées parce que la famille n’a pas les moyens de construire une nouvelle superstructure. Il importe d’encourager les familles à fermer les vieilles fosses insalubres et à utiliser la superstructure précédente pour une nouvelle fosse.
  • La principale difficulté à laquelle se heurtent les comités scolaires  est de trouver les fonds pour acheter des matériaux suffisamment durables pour le grand nombre des utilisateurs des latrines scolaires.
  • Il y a lieu d’accorder une attention particulière aux filles, car elles peuvent devoir passer jusqu’à trois heures par jour à nettoyer les latrines et à aller chercher de l’eau.  Celles qui vont actuellement prélever de l’eau dans le lac Malawi sont exposées à la schistosomiase, qui, selon le Ministère de la santé, infecte jusqu’à quatre enfants vivant au bord du lac sur cinq.

À plus long terme, le projet de promotion de l’assainissement et de l’hygiène en milieu scolaire est l’occasion de mettre sur pied un programme de santé scolaire plus vaste. Les liens opérationnels pourraient être notamment les suivants : prévention du VIH/SIDA, amélioration de la nutrition à l’aide des jardins scolaires utilisant le compost des latrines, activités de déparasitage, rétention des adolescentes dans les écoles et amélioration de la qualité générale des services éducatifs. 


 

 

Recherche