Eau, assainissement et hygiène

Podcast n° 55 : que signifie, pour les enfants des écoles, la réalisation de l'OMD concernant l'eau ?

« Au-delà des livres d'école » - une série de podcasts sur l'éducation en situation d'urgence

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2066/Estey
Yupa Wahup, 5 ans, et une camarade de classe se lavent les mains au centre de développement pour la petite enfance de Ban Triem, en Thaïlande. L'UNICEF offre au centre des ressources en eau potable, des installations sanitaires et encourage l'information en matière d'hygiène.

Par Pi James

NEW YORK, ÉTATS-UNIS, 21 mars 2012 – L'UNICEF et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont récemment annoncé que le monde entier avait atteint la cible des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) de réduction de moitié du nombre de personnes sans accès à l'eau potable, cela bien avant l'échéance fixée à 2015.

 AUDIO: écouter

À l'approche de la Journée mondiale de l'eau, le 22 mars, l'animatrice de podcast Femi Oke s'entretient des progrès qui ont été réalisés et de leur signification pour les enfants avec Murat Sahin, Conseiller à l'UNICEF pour les programmes d'eau, d'assainissement et l'hygiène dans les écoles, et Alexander Schratz, Directeur général de Fit for School, une ONG des Philippines 

Deux milliards de personnes disposent d'un meilleur accès à l'eau

Les deux invités ont souligné l'importance de la réalisation des OMD qui signifient que plus de 2 milliards de personnes ont pu accéder à de meilleures ressources en eau entre 1990 et 2010. Néanmoins, ils reconnaissent que beaucoup de chemin reste à faire, particulièrement dans la réalisation de la cible concernant l'assainissement.

« Il est certainement encourageant de voir que, au niveau mondial, nous sommes en train de faire autant de progrès. Mais, bien sûr, cela exigera beaucoup d'efforts de la part de toutes les parties prenantes pour obtenir de vrais résultats au niveau local et pour montrer que ces populations les plus démunies profitent également de ce progrès au niveau mondial, » a dit  Alexander Schratz.

Ce dernier a dit qu'il y avait, aux Philippines, de nombreux endroits où plus de 300 élèves doivent partager un seul WC. Et que dans tout le pays, environ 20 pour cent des écoles primaires ne disposent pas d'eau. « Ce n'est pas seulement un problème d'eau et d'assainissement mais c'est vraiment un problème de santé et d'amélioration de l'éducation », a dit Alexander Schratz.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-1759/Pirozzi
À Millsburg, au Libéria, Sam Barlaeh, 9 ans, se lave les mains à l'école publique, épaulée par l'UNICEF. Le lavage des mains avec du savon joue un rôle essentiel dans la réduction des maladies et des affections.

Murat Sahin en a convenu. « Le programme pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les écoles ne contribue pas seulement à la réalisation des OMD liés à l'assainissement et à l'eau mais [aussi] à la réalisation de l'objectif d'éducation primaire universelle, de promotion de l'égalité des sexes et d'émancipation des  femmes », a-t-il dit. « Disposer d'eau et de sanitaires dans les écoles signifie que les filles n'abandonneront pas l'école parce qu'elles peuvent s'isoler et avoir la dignité qui leur est nécessaire quand elles atteignent l'âge adulte ». 

Alexander Schratz a ajouté : « Le gouvernement a le pouvoir de fournir les infrastructures de base et, en même temps, d'apporter un environnement dans lequel les enfants peuvent pratiquer le lavage des mains, où ils peuvent apprendre quelque chose qui leur servira  le reste de leur vie et même agir comme vecteurs de changement quand ils rentreront chez eux auprès de leurs familles» 

Résilience dans les situations d'urgence

Murat Sahin a dit que, pendant les situations d'urgence, les écoles servent souvent de refuges pour les populations déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDPP). Par conséquent, il est important que les installations en eau et en assainissement  aient la capacité d'absorber une demande élevée et que les enfants soient formés pour avoir de bonnes habitudes d'hygiène, spécialement dans les pays sujets aux catastrophes.

« Se laver les mains avec du savon est le meilleur vaccin contre le choléra, contre n'importe quelle maladie d'origine hydrique ou les apparitions d'épidémies et, dans les situations d'urgence, les populations sont rassemblées dans les mêmes endroits », a-t-il dit.
 
Surmonter les défis 

 Selon Murat Sahin, l'un des principaux obstacles à la réalisation de l'objectif lié à l'assainissement est que, dans de nombreuses communautés, parler d'assainissement est perçu comme un sujet tabou.
 
« Le plus grand défi réside dans les normes sociales, dans la façon dont les gens perçoivent l'assainissement », a-t-il dit. Alexander Schratz est d’accord, ajoutant qu'il existe aussi des préoccupations financières et des problèmes de viabilité. « Je pense que c'est ce à quoi nous devons d'abord nous attaquer pour trouver des solutions qui soient abordables, évolutives et, en même temps, puissent créent un environnement [dans lequel] les enfants en viennent vraiment à utiliser les toilettes », a dit Alexander Schratz.
 
Murat Sahin a conclu : « Il est vraiment important de continuer à célébrer le succès de ce que nous avons accompli – l'objectif concernant l'eau. Il est important de continuer à célébrer le fait d'avoir réussi à ce que l'assainissement soit davantage reconnu mais aussi bâti sur nos efforts de mobilisation, cela afin que les ministères de l'éducation, que les ministères de la santé et de l'eau opèrent main dans la main pour arriver à garantir l'accès universel à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène ainsi qu'une bonne promotion de l'hygiène dans les écoles. Cela afin que tous les enfants puissent grandir dans la dignité avec la possibilité de pouvoir s'isoler et atteindre tout leur potentiel ».


 

 

Audio (en anglais)

16 mars 2012 - À l'approche de la Journée mondiale de l'eau, le 22mars, l'animatrice de podcast Femi Oke s'entretient des progrès qui ont été réalisés et de leur signification pour les enfants avec Murat Sahin, Conseiller à l'UNICEF pour les programmes d'eau, d'assainissement et l'hygiène dans les écoles, et Alexander Schratz, Directeur général de Fit for School, une ONG des Philippines.
  AUDIO écouter

Recherche