Eau, assainissement et hygiène

L’UNICEF accueille la première réunion préparatoire de l’Année internationale de l'assainissement 2008

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0455/Markisz
Au siège de l’UNICEF à New York, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon participe à la première réunion préparatoire de l’Année internationale de l'assainissement 2008.

Par Anwulika Okafor

NEW YORK, Etats-Unis, 7 mai 2007 – Des moyens d’assainissement adéquats : voilà quelque chose qui semble aller de soi et que la plupart des habitants des pays développés prennent pour acquis. Mais on compte au moins 2,6 milliards de personnes– soit 41 pour cent de la population de la planète, dont 980 millions d’enfants – qui n’ont pas accès à des latrines ou à d’autres installations d’assainissement de base.

Ce manque d’accès à des installations d’assainissement correctes et à des sources d’eau salubre est à l’origine d’une vaste gamme de maladies, comme la diarrhée par exemple, qui entraîne souvent, ou accélère, la dénutrition, et la pneumonie. Et ces maladies, à leur tour, provoquent chaque année un nombre stupéfiant de décès, en particulier chez les enfants.

Soucieuses d’attirer l’attention de la communauté internationale sur cette crise mondiale, les Nations Unies ont déclaré en décembre que l’Année 2008 serait l’Année internationale de l’assainissement. Lors de la première réunion préparatoire des activités de l’Année, qui s’est déroulée aujourd’hui au siège de l’UNICEF à New York, les délégués ont cherché un moyen original d’insister sur l’importance de l’Objectif du Millénaire pour le développement no.7 – qui consiste à diminuer de moitié la proportion de personnes qui n’ont pas accès à des moyens d’assainissement de base ou à de l’eau potable d’ici à 2015.

Planifier pour surmonter les obstacles

Sous l’impulsion du Président du Conseil consultatif du Secrétaire général sur l’eau et l’assainissement, Son Altesse Royale Willem-Alexander, Prince d’Orange des Pays-Bas,  la réunion a permis de rassembler des délégués d’organisations non gouvernementales, d’institutions de donateurs, d’universités, des banques de développement et de 29 gouvernements.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0452E/Markisz
Son Altesse Royale Willem-Alexander, Prince d’Orange des Pays-Bas, préside la réunion préparatoire consacrée à l’Année internationale de l'assainissement 2008.

Leur but commun : mettre au point au plan assortie de cibles précises pour relever ce gigantesque défi. Pour atteindre l’OMD no. 7, la communauté internationale devra offrir à quelque 164 millions de personnes par année accès à de l’eau salubre et des installations d’assainissement.

Dans ses remarques au début de la réunion, le Prince Willem-Alexander a déclaré que l’Année internationale de l'assainissement représentait « l’occasion unique de sensibiliser davantage les populations et de mobiliser une volonté politique, en particulier au niveau national, car cela était crucial. En dernière analyse, en effet, ce sont les gouvernements nationaux – de concert avec les communautés, municipalités, ONG et acteurs internationaux - --- qui doivent renforcer les services d’assainissement ».

La clé de la survie de l’enfant

Les débats menés lors de la réunion préparatoire ont montré qu’il fallait enseigner à la communauté mondiale l’importance d’un assainissement et d’une hygiène adéquats mais qu’il y avait d’autres obstacles à surmonter. En outre, l’amélioration des réseaux d’eau et d’assainissement d’une communauté coûte cher et dans de nombreuses régions, on ne se rend pas toujours très bien compte des avantages liés à ces dépenses.

Enfin, les disparités entre communautés riches et pauvres, rurales et urbaines, freinent également les progrès dans ce domaine de l’assainissement.

Impossible pourtant de surestimer les avantages qu’apportera la solution du problème de l’assainissement par le biais d’un programme mondial d’action. On estime à 1,5 million le nombre d’enfants de moins de cinq ans qui meurent de la diarrhée chaque année. Et les enfants qui tombent régulièrement malades à cause d’une eau non salubre et de mauvais services d’assainissement manquent souvent l’école – au total, quelque 500 millions de journées scolaires ont été perdues ainsi dans le monde l’an dernier.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ06-0717/Cranston
Dans le Nord-Darfour (Soudan), trois jeunes garçons envoient un message clair sur les consequences d'un accès restreint a l'eau potable et autres installations d'assainissement de base.

Comme le montrent ces statistiques, l’accès à l’assainissement est une des clés de la survie et du développement de l’enfant.

Mesurer le succès

Les délégués à la réunion d’aujourd’hui ont élaboré des objectifs pour l’Année internationale de l’assainissement et les ont présentés au Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui a participé à la session de l’après-midi. Cette liste d’objectifs sera finalisée puis transmise aux gouvernements et autres partenaires du monde entier pour qu’ils s’en servent pour mesurer le succès de l’initiative. Les objectifs demandent entre autres :

  • Une diffusion plus grande des questions d’assainissement et d’hygiène aux niveaux local, national et international
  • Un meilleur financement des programmes d’assainissement dans le monde
  • L’engagement rapide et concret des gouvernements et des partenaires à désamorcer la crise de l’assainissement
  • La priorité à la viabilité des programmes de manière à ce que les zones aidées puissent à l’avenir maintenir toutes seules l’assainissement.

« Faisons de 2008 une année remarquable pour l’assainissement dans le monde, une année qui mette en route des changements concrets positifs pour les millions, voire les milliards de personnes qui ne profitent toujours pas de cet élément de base du bien-être humain », a dit M. Ban Ki-moon.

Certes l’accès à des moyens d’assainissement adéquat peut sembler une question bien triviale à tous ceux qui trouvent normal de pouvoir utiliser des toilettes ou se laver les mains avec de l’eau et du savon mais on oublie trop souvent que l’accès à cet assainissement ouvre les perspectives d’une vie meilleure à tout le monde – par l’amélioration de la croissance économique, des progrès soutenus en matière d’éducation et la mise en place de fondations solides de la santé publique. Grâce aux plans mis en route aujourd’hui à l’UNICEF, l’Année internationale de l'assainissement s’efforcera de transformer ce rêve simple en réalité.

 


 

 

Vidéo (en anglais)

7 mai 2007:
la correspondante de l’UNICEF Anwulika Okafor enquête sur la première réunion préparatoire pour l’Année internationale de l'assainissement 2008.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche