Eau, assainissement et hygiène

Les enfants prennent la parole au Forum mondial de l’eau à Mexico

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1493/Zaidi
Une fille boit de l’eau potable à une citerne fournie par l’UNICEF aux habitants d’un camps de personnes déplacées par le tremblement de terre de Muzaffarabad, dans le Cachemire administrée par le Pakistan.

Par Rachel Bonham Carter

NEW YORK, USA, 15 mars 2006 – Les enfants se trouvent en première ligne de la crise mondiale de l’eau, 1.1 milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau salubre et propre. Les enfants étant les plus exposés et les plus vulnérables, l’UNICEF estime que la situation ne s’améliorera que lorsque l’on donnera la priorité aux besoins des enfants et que les décideurs, à tous les niveaux, écouteront leurs points de vue.
 
« Les enfants sont là, constate Vanessa Tobin, Chef de la Section Eau, environnement et assainissement à l’UNICEF, ils voient le problème et ils n’hésiteront pas à en débattre. Les enfants ne s’embarrassent pas des subtilités diplomatiques. Ils sont vrais. C’est pourquoi il est si important d’écouter les jeunes ».

Le Forum mondial de l’eau pour les enfants, qui aura lieu du 16 au 22 mars à Mexico, présente aux enfants l’occasion de se faire entendre. Plus de 100 enfants venus d’une trentaine de pays partageront leur expérience avec des ministres de gouvernements réunis à l’occasion du 4ème Forum mondial de l’eau, une conférence qui se penche sur la question de la gestion des ressources en eau au niveau mondial. Les enfants débattront de la façon dont les jeunes peuvent aider à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement – comme la réduction de moitié du nombre de personnes qui vivent sans eau salubre ou accès à des moyens d’assainissement de base et diminuer de manière significative le nombre de décès d’enfants dus à des maladies d’origine hydrique.

« Nous avons quelquefois tendance, nous les décideurs, à ne pas suffisamment écouter les jeunes, a fait valoir Mme Tobin. Nous devons nous rappeler que si nous voulons vraiment instaurer un changement durable, nous devons faire participer les jeunes ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ04-0935/Noorani
Deux filles cherchent de l’eau au Camp Ryad, dans l’ouest du Darfour (Soudan), L’UNICEF intervient notamment en installant des pompes à eau manuelles, en construisant des latrines, en éduquant sur l’hygiène dans le camp, où vivent quelque 8100 personnes.

Engrenage de la pauvreté

L’une des régions qui a le plus besoin d’améliorations en matière d’eau et d’assainissement est l’Afrique subsaharienne, qui est en ce moment même frappée par la sécheresse. Mais même lors des bonnes années, lorsque les pluies permettent d’avoir des récoltes décentes, l’eau potable reste rare et une personne sur trois seulement a accès à des installations sanitaires de base.

Résultat, les maladies d’origine hydrique sont fréquentes et les enfants, souvent affaiblis par la malnutrition, sont victimes d’infections ou de maladies comme le choléra, le typhus et des parasitoses intestinales. La diarrhée provoquée par de l’eau contaminée est le deuxième tueur d’enfants de moins de cinq ans. Quelque 4 500 enfants en meurent chaque jour dans le monde.

Les maladies transmises par de l’eau insalubre affectent pratiquement tous les aspects de la vie de l’enfant. Elles freinent leur développement physique et mental et peuvent les empêcher d’aller à l’école. Chaque épisode de maladie amoindrit leurs chances d’échapper à l’engrenage de la pauvreté.

Ce sont les filles qui en souffrent le plus. Traditionnellement, ce sont elles qui sont chargées de la corvée d’eau pour la famille. Certaines d’entre elles doivent aller chercher de l’eau propre si loin qu’elles n’ont pas le temps d’aller à l’école. D’autres décideront peut-être de ne pas aller à l’école parce qu’il n’y pas d’installations sanitaires ou même de toilettes. La fréquentation augmente en flèche lorsque les écoles sont équipées de latrines et de point d’eau salubre.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1671/Mohan
Des filles se brossent les dents au point d’eau, installé par l’UNICEF, de l’école Baan Nai Rai dans la province de Phang Nga (Thaïlande). Le village a été ravagé par le tsunami de décembre 2004.

Donner la priorité aux enfants

Dans les pays les plus pauvres du monde, les services de santé, l’infrastructure et les économies sont mal équipées pour gérer la crise de l’eau et de l’assainissement, une crise qui empire. Le fardeau économique que représentent des coûts de santé élevés, l’absence de scolarisation et une baisse de la productivité à cause des maladies, se monte chaque année à des milliards de dollars pour les pays affectés.

L’UNICEF est convaincu que les enfants du monde entier sont la clé de ces problèmes.

Vingt garçons et filles de 11 à 16 ans ont été parrainés par l’UNICEF pour le Forum mondial de l’eau pour les enfants cette semaine. Ils raconteront leurs histoires sur l’eau, les moyens d’assainissement, et la promotion de l’hygiène dans les pays en développement – des histoires comme celles qu’a vécue Dolly Akhtar, 15 ans.

Dolly a mis en branle une véritable transformation de Rupnagar, le vaste bidonville où elle habite à Dhaka, la capitale du Bangladesh. Un groupe de surveillance de l’hygiène, composé d’adolescentes et dirigé par Dolly, enseigne l’hygiène aux gens de leur communauté. Le groupe a fait installer de nouvelles latrines et contribué à réduire de moitié le nombre de cas de diarrhée dans la communauté.

Les enfants comme Dolly prouvent qu’en donnant la priorité aux enfants dans les services de base concernant l’approvisionnement en eau et l’assainissement, on peut alléger le fardeau de pauvreté et de maladie qui accable les communautés pauvres, donnant ainsi à ces nations l’occasion de prospérer.  Les réunions du Forum mondial de l’eau à Mexico « doivent montrer les résultats obtenus par les enfants », dit Mme Tobin, « parce que ce sont les jeunes qui joueront un rôle capital dans leurs communautés au cours des 10 ou 20 à venir ».

Tim Ledwith a participé à ce reportage.


 

 

Vidéo (en anglais)

15 mars 2006 :
Rachel Bonham Carter, correspondante de l’UNICEF, enquête sur la crise de l’eau dans le monde, une crise qui frappe les enfants de plein fouet.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche