Tunisie

L'UNICEF met en place des installations sanitaires dans les camps de transit de la frontière tuniso-libyenne

Por Roshan Khadivi

RAS JDIR, Tunisie, 30 mars 2011 – En l’absence d’un dénouement à la crise libyenne, l'afflux quotidien de population dans le sud de la Tunisie se poursuit. De nombreuses personnes s'enfuient en passant la frontière en automobile, en bus ou même à pied. 

VIDÉO: 24 mars 2011 – Le reportage du correspondant de l'UNICEF Patrice Brizard sur l'aide apportée aux migrants dans les camps de transit de la frontière tunisio-libyenne.  Regarder dans RealPlayer

 

Les migrants sont immatriculés à Ataawan puis transférés dans le camp de transit de Shousha où ils demeurent jusqu'à ce qu'ils trouvent un moyen de retourner dans leur pays d'origine.

L'UNICEF coordonne des opérations d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans le cadre de l'aide humanitaire d'urgence apportée à la frontière tunisio-libyenne.

« La coordination consiste à assurer le fonctionnement et l'entretien des installations sanitaires et les services d'hygiène dans les camps tout en en améliorant la qualité », dit Souleymane Sow, Coordinateur du groupe de l'UNICEF pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène 

Opérations de secours quotidiennes

L'UNICEF couvre les besoins en assainissement de plus de 7000 personnes dans le camp de Shousha. Il s'agit d'une opération logistique en continu pour garantir que la population, particulièrement les femmes et les enfants, ait sur place accès à des installations sanitaires convenables et pour prévenir la transmission des bactéries diarrhéiques et d'autres maladies évitables.  

Image de l'UNICEF
© UNICEF Tunisia/2011/Ramoneda
L'UNICEF fournit des kits d'hygiène aux migrants qui séjournent dans les camps de transit de la frontière tunisio-libyenne.

Des kits d'hygiène sont distribués dans le camp et une information est en cours de préparation pour mieux sensibiliser la population à un bon assainissement et à de bonnes habitudes d'hygiène comme se laver les mains.

Ahmedou Ould Sidi Ould Bahah, Chargé à l'UNICEF de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, opère à la frontière pour évaluer les installations sanitaires comme les latrines, les douches et les réservoirs d'eau dans les camps de transit d' Ataawan et de Shousha.

Il rencontre chaque jour les partenaires nationaux et les bénévoles et assure la liaison avec la municipalité locale de Ben Guardane pour veiller à ce que les fosses septiques soient nettoyées en temps voulu.

Un total de 632 latrines ont été mises en place dans le camp par l'UNICEF et ses partenaires et d'autres sont en cours de construction.

Plans de secours 

L'envoi de camions citernes à Shousha est actuellement le seul moyen de fournir de l'eau potable aux migrants. Des discussions sont déjà en cours avec les responsables locaux pour forer un puits dans le camp pour répondre aux problèmes d'approvisionnement pendant la saison de d'été qui approche.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Tunisia/2011/Ramoneda
Une femme attend devant une des latrines fournies par l'UNICEF dans un camp de transit de la frontière tunisio-libyenne.

Il y a eu une légère augmentation du nombre de personnes se trouvant dans le camp de transit de Shousha, ce qui l'a fait passer cette semaine à 7785 avec, parmi elles, plus de 400 familles.

Alors que se poursuit la crise libyenne, les plans de secours continuent d'évoluer afin de garantir que l'UNICEF et ses partenaires puissent répondre aux besoins en eau, en assainissement et en hygiène des migrants qui traversent quotidiennement la frontière vers le sud de la Tunisie.


 

 

Recherche