Vidéo/Audio

De jeunes cinéastes remportent le Prix OneMinutesJr. 2011

Par Karen Cirillo

Le OneMinutesJr. est une initiative pour la jeunesse qui leur enseigne comment exprimer leurs points de vue par le moyen de la vidéo. Le projet, conduit par l'UNICEF et son partenaire, la Fondation One Minutes, produit des vidéos d'une-minute depuis 2002. Cliquez ici pour plus d'information sur le projet.

NEW YORK, États-Unis, et Amsterdam, Pays-Bas, 1er février 2012 – L'UNICEF et la Fondation One Minutes ont proclamé aujourd'hui les lauréats du Prix OneMinutesJr. 2011.

VIDÉO (en anglais) : regardez la vidéo de la lauréate Nenneth Sakita, "Discrimination against women" (Discrimination envers les femmes).

 

Trois jeunes cinéastes ont été récompensés pour leurs films one-minute (1 minute) : "Discrimination against women" (Discrimination envers les femmes), de Nenneth Sakita du Vanuatu a gagné dans la catégorie Inside-Out.  "Patte-à-Portrait", de Lucas Julienne de la Guadeloupe (France), a gagné le prix dans la catégorie auto-portrait. Et "Cage" d'Ashraf Abu Ayesha du Territoire palestinien occupé a gagné le prix dans la catégorie One Minute of Freedom (Une minute de liberté).

Exprimer les dures réalités

"Discrimination Against Women" fait passer le message que les femmes ont le droit de se comporter et de s'habiller comme elles le souhaitent et non selon la volonté des autres. Le film montre des articles vestimentaires et de mqquillage qui apparaissent et disparaissent, sur une musique et des paroles composés par les amis de Nenneth.

Le film a été produit pendant un atelier de l'UNICEF au Vanuatu en juillet 2011. Nenneth s'est inspirée pour son film d'une expérience vécue pendant l'atelier.

« Pendant l'atelier, nous pouvions voir cette dame particulière... très bien habillée, portant des escarpins à talons hauts », explique-t-elle. « Certains des participants parlaient d’elle de manière négative, critiquant sa façon de s'habiller. C'est pourquoi, j'ai voulu faire savoir que les femmes aussi avaient des droits ».

Le Jury a choisi le film « pour [son] message émotionnel extrèmement fort, raconté dans un style extrèmement simple et avec des moyens minimalistes. La musique sentimentale apporte aussi sa touche à l'histoire ».

« Cela me rend très heureuse », a-t-elle déclaré en apprenant qu'elle était lauréate. « Nous les femmes devons être fermes sur nos droits. Les hommes doivent comprendre que les femmes elles aussi ont des droits ».

Le film fantaisiste de Julienne Lucas "Patte-à-Portrait", met en scène un jeune homme qui fait son auto-portrait.

Le Jury a apprécié « le côté intelligent et humoristique de parler de soi en faisant son portrait... son mode indirect en dit plus que les mots innombrables qu'il faudrait pouvoir exprimer en une minute, et laisse à la fin le spectateur tirer ses propres conclusions. Le film invite le spectateur à entrer dans sa narration d'une manière interrogative. nous pensons que cette vidéo reflète l'esprit de la personne et pas juste une selue facette d'elle même. cela nous intrigue et nous avons envie de rencontrer cette personne ! ».

Le film "Cage" d'Ashraf Abu Ayesha montre les similitudes entre un jeune homme et un pigeon en cage.

« Ce film se développe d'une manière étonnante, dans le temps limité d'une minute », racontent les membres du Jury. « C'est bien réalisé, dépasse les clichés, et est vraiment surprenant à la fin. les enfants sont toujours à parler des droits de l'enfant, mais en réalité les enfants ne peuvent toujours pas faire valoir leurs droits. Dans le monde d'aujourd'hui, c'est l'une des réalités les plus difficiles à exprimer ».

© Lucas Julienne
Le film fantaisiste de Julienne Lucas "Patte-à-Portrait", met en scène un jeune homme qui fait son auto-portrait.

 

Une masse de films

Plus de 250 vidéos ont été visionnées. Un grand nombre provenaient d'ateliers conduits par l'UNICEF etla Fondation One Minutes ; des participations individuelles étaient également admissibles. Toutes les vidéos ont été rRalisées par des cinéastes de moins de vingt ans.

La composition du jury de cette compétiton était la suivante : Ineke Houtman, cinéaste hollandaise et directrice de télévision ; Raihan Ahmad, cinéaste, ancien participant et nominé OneMinutesJr. ; Darija Buzakovic, Directrice du Festival du cinéma international Kratkofil Plus de Bosnie-Herzégovine; Dijana Lukovac, aspirante journaliste et ancienne participante OneMinutesJr. du Montenegro ; Samah Hijawi, artiste interdisciplinaire jordanienne et directrice de la Maison Makan ; et Karim Shaaban, cinéaste égyptien, designer graphique et ancien participant lauréat du Prix OneMinutesJr.

Les autres films nominés dans la catégorie Inside-Out étaient  "Pacman Stole My Friends" de Silvana Stojcic de Bosnie-Herzégovine, "¿Porque no lo Piensas?" de Ingrid Ramirez Curiel  du Mexique, "Vergebens (In Vain)" de Lea Marie vom Kolke d'Allemagne et "Amen" de Andrei  de Moldavie.

Les films nominés dans la catégorie Auto-portrait étaient "The Void" de Nate Thurmond  des États-Unis, "O Futuro do País" de Neiva Carlos Nuvunga  du Mozambique, "Les 10 règles de Christian" de Christian Massillon de Haïti, et "My Dream Job" de Veselina Mayeva de Bulgarie.

Les films nominés dans la catégorie Une minute de liberté étaient "My Freedom" de Felatiana Raharimalala de Madagascar, "Mother, Where are You?" de Alena Nuyanzina de Belarus, "The Talking Can" de Dick Koto des Iles Salomon, et "Les droits de l’enfant" de Nickensia Merilus de Haïti.

Toutes les vidéos nominées peuvent être visionnées en ligne sur http://www.theoneminutejsr.org/.

Le OneMinutesJr. donne aux jeunes de 12 à 20 ans, spécialement à ceux qui sont défavorisés ou marginalisés, la possibilité de s'exprimer et de partager leurs idées, leurs rêves, leurs fascinations, leurs anxiétés et leurs points de vue sur le monde. Le processus OneMinutesJr. apporte aux jeunes cinéastes les compétences fondamentales pour pouvoir s'exprimer par eux-mêmes et participer pleinement à la société.


 

 

Nominés du Prix OMJr 2011

Recherche