Approvisionnements et logistique

Sécurité vaccinale

La sécurité vaccinale passe par la production garantie de vaccins, l’allocation de budgets pluriannuels stables, l’élaboration de prévisions à long terme des besoins en vaccins et la réduction des pertes.

L’achat de vaccins est devenu ces dernières années de plus en plus complexe à mesure que le marché se modifiait. Cela est dû à la différence de plus en plus importante entre le type de vaccins utilisés dans les pays industrialisés et ceux utilisés dans les pays en développement. Les pays industrialisés achètent généralement des vaccins plus complexes contre un nombre varié de maladies. En revanche, les pays en développement ont tendance à acheter des vaccins de base et de bonne qualité contre les principales maladies de l’enfance. À mesure que les marchés évoluent, certains fabricants ont arrêté de produire les vaccins les moins chers. La Division des approvisionnements coopère actuellement avec les fabricants en vue d’accroître la quantité disponible de vaccins de base pour l’UNICEF et a contacté de nouveaux fabricants potentiels du monde entier.

En janvier 2002, l’UNICEF a prévenu le conseil d’administration de la pénurie de vaccins qui se faisait sentir dans le monde entier, en raison de la transformation radicale du marché des vaccins. Depuis, d’importants progrès ont été réalisés, en collaboration étroite avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres partenaires de la GAVI, dont le Fonds GAVI (précédemment appelé Fonds des vaccins). Les prévisions, qui s’effectuent sur une base continue sur cinq ans, ont gagné en précision. Avec un taux de réponse de 100 pour cent des pays, les prévisions sur l’approvisionnement permettent de s'assurer que la production de vaccins est suffisante pour les besoins de l'organisation, et donne à l'UNICEF l'appui nécessaire pour négocier des prix réduits de la part des producteurs.

L’amélioration de la sécurité vaccinale a un prix. Dans le cas du vaccin de la rougeole pour la période 2004-2006, 20 pour cent des coûts prévus de 92 millions de dollars était imputables aux efforts visant à garantir de multiples sources d’approvisionnement. Cependant, ces augmentations de prix sont essentielles pour éviter une situation de monopole. Parallèlement, le prix des vaccins en général augmente. La Division des approvisionnements coopère étroitement avec les pays et les bureaux régionaux, en organisant des activités comme des missions de sécurité vaccinale, afin d’informer les pays de l’évolution du marché des vaccins et de les aider à élaborer des prévisions exactes et à obtenir des financements rapides et fiables.

L’UNICEF a également été contacté par un nombre croissant de pays à revenu intermédiaire souhaitant obtenir de l’aide en matière d’approvisionnement. Par le passé, ces pays avaient effectué eux-mêmes leurs achats. Cependant, en raison de l’évolution des marchés, de nombreux pays ont rencontré des difficultés à cet égard et ont dans certains cas connu des situations d’épuisement de stocks car ils ne sont pas arrivés à acheter la quantité de vaccins nécessaires, au moment voulu. La Division des approvisionnements a aidé ces pays à continuer à s’approvisionner eux-mêmes, et a, dans certains cas exceptionnels, acheté des vaccins pour leur compte pour remédier à court terme à la situation. L’UNICEF s’attend à poursuivre ce type d’action pendant encore plusieurs années, avant que le marché des vaccins ne se stabilise de nouveau.


 

 

Recherche