Approvisionnements et logistique

Innocuité des vaccins

Les injections sans risques

Contrôleurs d'ampoules de vaccins

Rapports d’arrivée des vaccins

Dispositifs de suivi électronique temps température

l’UNICEF a fourni, en 2009, près de 346 millions de seringues autobloquantes.

Les injections sans risques
L’UNICEF a pleinement soutenu et mis en oeuvre l’usage des seringues autodestructibles dans les services de vaccination, conformément aux recommandations de la Déclaration conjointe OMS-UNICEF-UNFPA de 1999. Les seringues autodestructibles sont conçues pour empêcher un nouvel usage après une première utilisation. Pour ses approvisionnements, l’UNICEF se base non seulement sur la politique conjointe de sécurité de l’injection, mais aussi sur celle d’achats groupés. Ceci correspond au principe selon lequel, pour chaque dose de vaccin, on assure un nombre suffisant de seringues autodestructibles, de  seringues de reconstitution et de boîtes de sécurité.

Grâce aux préqualifications OMS de seringues conçues pour un usage unique (RUP) et à la disponibilité croissante des seringues de ce type, l’UNICEF a pu faire progresser l’idée de Sécurité de l’injection et aussi inclure des seringues lors de la reconstitution des vaccins afin d’éviter le risque de réutilisation, lui-même porteur du risque de contamination. Pour écarter ce risque de contamination au cours du processus de reconstitution, l’UNICEF va commencer à abandonner progressivement les seringues jetables classiques et les remplacer par des seringues RUP. Dans un premier stade, l’UNICEF choisit d’offrir en option aux pays les seringues RUP, en ayant pour objectif de ne fournir d’ici fin 2010 que des seringues de reconstitution RUP.

En outre, pour faire avancer la politique actuelle de sécurité de l’injection dans un objectif de vaccination, l’UNICEF prépare avec l’OMS une déclaration conjointe concernant toute seringue jetable chaque fois qu’existe une alternative RUP, qu’on ait en vue un usage curatif ou une vaccination.

Les politiques encouragent l’achat de seringues de sécurité et sensibilisent à la nécessité de produits de sécurité du point de vue du donateur. Toutefois, il est clair que les politiques ne sont pas suffisantes à elles seules. Certains faits incitent à penser que plusieurs problèmes doivent encore être abordés, notamment (1) des pays ayant bénéficié du soutien de l’Alliance GAVI en vue de la sécurité de l’injection n’ont pas créé de ligne budgétaire pour des dispositifs de sécurité et (2) des pays utilisent encore des seringues stérilisables bien que l’UNICEF ait cessé de les fournir.

La demande de seringues autodestructibles a augmenté de façon appréciable pour dépasser 929 millions de pièces en 2006, le facteur déterminant ayant été la diffusion de ce type de seringue avec l’Alliance GAVI. Les approvisionnements répondent à la demande et les prix sont généralement à la baisse. Le prix est supérieur de quelques centimes à celui des seringues jetables classiques. Ceci a parfois des implications au niveau des gouvernements des pays concernés, qui cherchent une solution financièrement durable.

L’objectif d’approvisionnement global de l’UNICEF est d’assurer la fourniture ininterrompue de produits de qualité et abordables – à court comme à long terme. Le plus de pays faisant leur approvisionnement d'injections, le moins l'UNICEF devra fournir des seringues auto-bloquantes. Les pays qui voudraient se procurer des dispositifs d'injections recevront le support de l'UNICEF à la phase de transition. Si besoin, l'UNICEF procure de l'aide à l'approvisionnement en stand-by. Plus la demande est diversifiée, plus l'UNICEF devra travailler afin de garantir des produits abordables en quantités suffisantes.

Un des outils d'approvisionnement les plus essentiels est l'établissement de multiples accords à long terme. Le processus d’achat engagé par l’UNICEF relève des règles des marchés publics avec égalité de traitement et procédure d’appel d’offres concurrentiel international. La procédure d’appel d’offres fait l’objet de contrôles internes aussi bien qu’externes, par exemple de la part de comités d’enquête et des audits indépendants. L’accord actuel sur l’approvisionnement en seringues autodestructibles et en conteneurs de sécurité a été renouvelé lors du quatrième trimestre de 2007 pour une période de validité de 2 ans.

haut de page

Les contrôleurs d’ampoules de vaccins
L’UNICEF fait également la promotion du Contrôleur d’ampoules de vaccins (vaccine vial monitor – VVM), qui apporte une autre forme de sécurité. Le VVM est une étiquette qui figure sur chaque ampoule et qui change de couleur, enregistrant ainsi les extrêmes de température auxquels l’ampoule a été soumise durant le transport. Cela permet aux destinataires des vaccins de contrôler que le vaccin n’a pas été subi d’altération en étant exposé à des températures extrêmes et de mieux garantir que les vaccins utilisés pour les enfants ont gardé toute leur qualité. Le VVM a un coût moyen par ampoule de 7 cents, dans une fourchette allant de 4 à 20 cents. Pour la période 2004-2006, l’UNICEF prévoit un coût total de VVM de 7,5 millions de dollars.

haut de page

Les rapports d’arrivée de vaccins
L’UNICEF a instauré des rapports d’arrivée de vaccins (Vaccine Arrival Report – VAR) afin de garantir la sécurité et la qualité des vaccins. Chaque expédition de vaccin est inspectée à l’arrivée pour s’assurer que les vaccins sont livrés en bon état, qu’ils n’ont pas été exposés à des températures extrêmes et qu’ils répondent à toutes les caractéristiques précisées dans les spécifications d’achat. Cet élément est fondamental dans le suivi de la chaîne du froid. Le taux de rendement des VAR a atteint 92 pour cent en 2010. Les VAR ayant entraîné un accroissement du suivi et de l’inspection, la qualité des vaccins livrés aux pays s’est améliorée.

haut de page

Dispositifs de suivi électronique temps température
À la suite des recommandations de l’OMS, les fournisseurs de l’UNICEF ont commencé à recourir aux dispositifs de suivi électronique temps température (ETTMD) pour les expéditions internationales de vaccins. Ces nouveaux dispositifs permettent une consultation rapide aidant les pays bénéficiaires à établir si l’expédition – ou une partie de cette expédition – a été exposée à des températures susceptibles d’endommager les vaccins ; ces dispositifs aident également l’organisation ayant fait les achats à établir quand et où a eu lieu le dépassement des limites de température et son importance.

haut de page


 

 

Recherche