Approvisionnements et logistique

Réduire le risque de réutilisation des seringues

Depuis dix ans, les efforts de formation d’un marché en faveur des seringues autobloquantes reposent sur le maintien de prix bas, un marché sain, des produits de qualité et la sécurité des injections pour les enfants. Ces efforts ont abouti en 2009 à l’élaboration d’une base de fournisseurs plus solide et ont entraîné une chute des prix, se situant pour la première fois en dessous de cinq centimes de dollars l’unité.

En 1999, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) ont élaboré une politique sur la sécurité des injections en vue de prévenir la transmission des maladies véhiculées par le sang, telles que le VIH/SIDA, l'hépatite B et l’hépatite C. Cette politique a été conçue pour rediriger le marché vers l’acquisition de dispositifs d’injection plus sûrs, dans le but d’éliminer progressivement l’utilisation de seringues non autobloquantes et la stérilisation des seringues d’ici 2003. À l’époque, il existait un quasi monopole du marché des seringues autobloquantes, dont le prix était nettement supérieur à celui des seringues jetables normales.

En parallèle, une prise de conscience accrue quant à la sécurité des injections a entraîné une demande croissante de ces dispositifs, soutenue par l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), devenue le mécanisme de financement des gouvernements pour l’achat des seringues autobloquantes. Le besoin d'un marché sain était primordial pour assurer un approvisionnement durable sur le long terme, susceptible de répondre à la demande mondiale croissante et de faire baisser les prix. L'UNICEF a communiqué son objectif d'atteindre un marché plus équilibré à plusieurs parties prenantes, ce qui a encouragé les petits fournisseurs à accroître leur capacité de production pour obtenir une économie d'échelle, sans pour autant avoir la garantie que l’UNICEF achèterait leurs produits. En 2005, une norme industrielle reconnue a été introduite pour les seringues autobloquantes.

Au cours des procédures d’appel d’offres en 2005, 2007 et 2009, l’UNICEF a indiqué à l’industrie sa préférence pour les appareils à activation précoce (activation du mécanisme de mise-hors-service avant que la dose complète ne soit administrée). Cette préférence a été intégrée dans l'évaluation de l'appel d'offres de 2009. Le résultat de l'appel d'offres a abouti à une baisse importante des prix, passant à moins de cinq centimes par seringue.

Dans une perspective de marché sain, l'appel d'offres a conduit à l’entrée d’un nouveau fournisseur sur le marché et l’ajout de trois nouveaux produits. Par conséquent, plus d’enfants peuvent désormais être vaccinés en toute sécurité grâce à la baisse des prix. Dans une perspective de durabilité, trois des produits énumérés dans les accords à long terme sont de taille plus petite, ce qui signifie moins de déchets.


 

 

Recherche