Iraq - Pays en crise

L'UNICEF organise la plus grande opération logistique de son histoire en vue d'aider les enfants iraquiens à retourner à l'école en septembre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/SD/03/Sandie Blanchet
Rebekah Prole, membre du personnel de l’UNICEF, remplit un colis pour élèves à l'entrepôt de l'UNICEF à Copenhague. L’UNICEF prépare 15 000 colis de ce type destinés à l'Iraq.

NEW YORK, 16 juillet 2003 –L’UNICEF a entrepris la plus grande opération de distribution de fournitures scolaires de son histoire, afin d’aider quelque 4 millions d'enfants iraquiens à reprendre le chemin de l'école en septembre. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une campagne nationale menée en coordination avec divers partenaires, dont le Ministère de l'éducation, l’Autorité provisoire de la coalition et des organisations non gouvernementales, et visant à remettre en état un millier d'écoles iraquiennes en ruine, sous réserve de recevoir des donateurs les fonds nécessaires.   

Dans les deux mois à venir, l’UNICEF prévoitde se procurer 42 000 colis destinés aux élèves (chaque colis étant destiné à 80 enfants). Ces colis répondront aux besoins de 3 360 000 enfants et permettront, avec les stocks de l'UNICEF à Bagdad, de livrer des fournitures pédagogiques de base à tous les élèves des écoles primaires. Près de 9 000 colis pour enseignants (chaque colis étant destiné à 15 enseignants), plus de 8000 colis de tableaux (un pour quatre salles de classe) et plus de 8000 colis de craie (quantité suffisante pour 4 millions d'élèves pendant un an) sont en cours d'assemblage.

L’UNICEF a commencé à produire 15 000 colis pour élèves à son entrepôt de Copenhague à la fin du mois de juin, au rythme sans précédent de 2500 colis par semaine. Chaque colis contient 23 articles différents, comme des stylos, des ciseaux, des cubes pour les enfants en bas âge, des crayons, de la craie, du ruban adhésif, des cahiers d'exercice, des ardoises et des gommes. Ces colis s'adressent aux élèves de première et de deuxième année de primaire.

Dès la mi-juillet, l’UNICEF commencera également à préparer à Copenhague des colis d'enseignants et descolis de tableaux, au rythme de 3000 par semaine. Le colis pour enseignants contient des cahiers d'exercice, une règle et un triangle pour enseigner la géométrie au tableau, des stylos, un registre et un coffret de géométrie. Ce colis est spécialement destiné à l'Iraq.

Besoin de renforts

Il s’agit d'une initiative de grande envergure, dans le cadre de laquelle l'UNICEF a recruté 20 personnes supplémentaires au siège de la division de l'approvisionnement de Copenhague, et une nouvelle chaîne de production a été mise en place. Mais même ces mesures ne suffisent pas et l'UNICEF doit donc externaliser la production de 27 000 colis pour élèves.

La production de ces colis a été confiée à trois entreprises – en Chine, en Inde et en Turquie. L'UNICEF attache beaucoup d’importance à la livraison dans les délais et à un prix raisonnable de colis de qualité. Les entreprises expédieront les colis directement à Bagdad, et UNICEFIraq et le Ministère iraquien de l'éducation les distribueront dans l'ensemble du pays.

« Il ne peut y avoir d'investissement plus judicieux, ni plus rentable, que d'éduquer les enfants, les filles aussi bien que les garçons. Leur degré d'instruction détermine en grande partie non seulement leur avenir, mais également celui de sociétés entières », a déclaré à propos de l’Iraq la Directrice générale de l’UNICEF, Carol Bellamy. « Le pouvoir de l'éducation dépasse l'acquisition de compétences nécessaires à la réussite économique. Elle contribue à l'édification et à la réconciliation de nations. »

D'autres obstacles à surmonter

Scolariser de nouveau tous les enfants iraquiens demeure l'objectif que l’UNICEF et ses partenaires se sont fixés. En plus des écoles en mauvais état et du manque de fournitures scolaires, les problèmes de sécurité, la violence, le mépris du droit et l'effondrement de l'économie constituent des obstacles supplémentaires à la réalisation de cet objectif et nuisent en particulier sur les filles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/SD/03/Sandie Blanchet
Ce colis pour élèves a été conçu spécialement pour l'Iraq et contient 23 articles différents destinés à 80 élèves, y compris des stylos, des ciseaux, des cubes de couleur et des crayons.

L’UNICEF est profondément préoccupé par la situation qui règne en matière de sécurité dans la plupart des régions du pays. À cause de la fréquence élevée de la violence dans les rues et du mépris du droit, les taux de fréquentation scolaire sont bas, en particulier pour les filles. Ces taux de fréquentation varient selon les régions et les écoles mais ils sont estimés à 60 % en moyenne, ce qui est nettement inférieur aux taux d'avant la guerre.

La fréquentation scolaire des filles a été victime de la succession de guerres et de sanctions qu'a connue l’Iraq. Avant la Guerre du Golfe de 1991, 92 % des filles allaient à l'école. Au début du dernier conflit en date, ce chiffre n'était plus que de 68 %. Cela est dû en grande partie au fait que les familles n'avaient plus les moyens d'envoyer tous leurs enfants à l'école et retiraient donc leurs filles pour qu’elles participent aux corvées ménagères ou s'occupent de frères et soeurs plus jeunes, tandis que leurs frères achevaient leur scolarité.

Les normes culturelles en vigueur, en particulier en milieu rural, nuisent à l'éducation des filles. Une fille iraquienne sur trois est contrainte de ne plus aller à l'école pour participer aux corvées ménagères de sa famille ou s'occuper de frères et soeurs plus jeunes.

En collaboration avec d’importants partenaires, l’UNICEF encourage les parents à scolariser et à continuer d’envoyer à l’école leurs filles au moins jusqu'à ce qu'elles aient suivi un enseignement de base. L’UNICEF apporte également son appui à des projets d'éducation non scolaire destinés aux adolescents, en particulier aux filles, qui ne vont plus à l'école.

Les filles veulent s'instruire

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ICEF-1655
Zhara, 12 ans, est déterminée à poursuivre ses études. En septembre, elle recevra des fournitures scolaires livrées par l'UNICEF et suivra les cours d'une école remise en état avec le soutien de l’UNICEF.

Il y a cinq mois, l’UNICEF a commencé à remettre en état l’école de Zhara Ali, une fillette de douze ans : l’école primaire Al Najoom (« les étoiles ») du district d’Al-Mada'in, à 35 km au sud de Bagdad.

L’école de Zhara est l'un des six établissements d'enseignement primaire accueillant 2200 élèves du district à avoir été rénovés. Les salles de classe en ruines, les terrains de jeux inondés et les toilettes cassées ont été réparés et des points d’eau et autres installations essentiellesont été fournis.

Zhara souhaite vivement profiter des rénovations, malgré les difficultés qui l'entourent. Toutes ses cousines ont quitté l'école avant la sixième année, mais elle est bien déterminée à poursuivre sa scolarité. Zharapasse beaucoup de temps à s'occuper de ses frère et sœur jumeaux de deux ans et à préparer les repas de sa famille, mais elle trouve malgré tout le temps de se consacrer à ses études


 


 

 

Recherche