Ouganda

L'Ouganda modernise son processus d'enregistrement des naissances

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UGDA2009-00232/Lydia Sekandi
Le Service d'enregistrement des naissances ougandais est en train de passer à l'automatisation de l'enregistrement des naissances, des décès et des mariages avec l'appui de Uganda Telecom Limited (UTL) et de l'UNICEF.

Par Anne Lydia Sekandi

KAMPALA, Ouganda, 13 décembre 2010 - Quand Béatrice Nassanga, 15 ans, une élève de l'école  secondaire Aga Khan s'est entretenue il y a quelques mois avec le président du Parlement, Edward Ssekandi, elle avait une singulière mission : le persuader de convaincre le Parlement de déclarer l'enregistrement des naissances obligatoire en Ouganda pour chaque enfant.

Béatrice a insisté auprès du président Ssekandi sur le fait que sans enregistrement des naissances, les enfants d'Ouganda continueraient d'être vulnérables.

« Sans enregistrement des naissances, nos droits en tant qu'enfants sont menacés par l'abandon et la violence », a-t-elle souligné.

Droit à une identité

L'appel aussi passionné que sincère de Béatrice Nassanga est impossible à ignorer à la suite du 21ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant qui a été célébré en novembre dernier.

Les articles sept et huit de la Convention stipulent que chaque enfant a le droit d'avoir une identité et l'enregistrement des naissances joue un rôle essentiel pour le respect de ce droit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UGDA2009-00232/Lydia Sekandi
La réussite de la mise en oeuvre du programme renforcera les occasions de doter les autres secteurs sociaux de technologies habilitantes. Ceci, par la suite, permettrait de répondre aux différents besoins au sein des communautés locales et, avant de tout, de maintenir les enfants ougandais en vie et en sécurité et d'en prendre soin.

Malheureusement, sur les quelque 1,5 million de bébés qui naissent chaque année en Ouganda, seulement un sur cinq est enregistré chez les enfants ayant moins de cinq ans. Non seulement les services d'enregistrement sont inaccessibles à la plupart des Ougandais mais les frais d'enregistrements et les autres coûts cachés (comme les frais de transport) sont prohibitifs pour la majorité.

Automatiser le dispositif

En outre, le dispositif actuel d'enregistrement, qui se fait toujours à l'aide de documents écrits, a ses propres faiblesses car il peut s'écouler plusieurs mois entre le moment où l'enfant est enregistré et celui où il reçoit son extrait de naissance, spécialement pour les enfants qui ne sont pas nés à l'hôpital. Selon Augustine Wassago, Chargée de la protection de l'enfance à l'UNICEF Kampala, la raison en est que les documents doivent passer par plusieurs étapes administratives s'avérant excessives.  

Néanmoins, cette situation va bientôt changer, le Service de l'enregistrement des naissances ougandais étant en train de passer vers l'automatisation de l'enregistrement des naissances, des décès et des mariages avec l'appui de Uganda Telecom Limited (UTL) et de l'UNICEF. 

« À Uganda Telecom, nous avons toujours pensé qu'il était important d'assurer le droit fondamental de chaque citoyen à être recensé », dit son président-directeur-général, Abdulbaset Elazzabi, qui ajoute : « C'est pour cette raison que nous avons accepté de nous associer avec le responsable général de l'état civil et l'UNICEF pour mettre en place un système automatisé qui garantira que chaque enfant né en Ouganda sera enregistré ».

Regard vers l'avenir

Le Dispositif mobile dynamique d'enregistrement (MobileVRS) qui a été développé supprime quasiment les formulaires traditionnels en papier. Avec le nouveau dispositif, les informations sont saisies et transmises par téléphones mobiles à partir des communautés locales et par applications Internet dans les hôpitaux puis téléchargées en temps réel directement dans un serveur national accessible de partout.  

Selon Edmund Mugerwa, responsable des technologies de l'information à UTL, l'avantage de MobileVRS est qu'il peut être utilisé gratuitement par n'importe quel type de téléphone mobile, quel que soit le signal.

La réussite de la mise en oeuvre du programme renforcera les occasions de doter les autres secteurs sociaux de technologies habilitantes. Ceci, par la suite, permettrait de répondre aux différents besoins au sein des communautés locales et, avant tout, de maintenir en les enfants ougandais en vie et en sécurité et de prendre soin d’eux.


 

 

Recherche