Le sport au service du développement

Special Olympics International

Image de l'UNICEF

L’UNICEF et Special Olympics International ont forgé un partenariat en faveur des soins de santé, de l’éducation, de sports récréatifs et de politiques de l’emploi qui profiteront aux enfants qui sont handicapés sur un plan intellectuel. Lancée en 2007 lors des Jeux Olympiques spéciaux d’été à Shanghai (Chine), cette alliance fera mieux prendre conscience au public des capacités et des droits des enfants ayant un handicap intellectuel. L’UNICEF et Special Olympics International encourageront les enfants ayant un handicap intellectuel et leurs familles à participer à la vie de leurs sociétés et à se prendre en charge, notamment au moyen du sport, et ils s’efforceront d’améliorer leurs capacités à compter sur soi, à améliorer leur confiance en eux et leurs capacités de plaidoyer.

Le partenariat a été mis sur pied au cours d’un sommet d’une journée sur la politique mondiale appelée « L’engagement à changer la vie : le Sommet mondial de politique sur le bien-être des personnes ayant un handicap intellectuel », auquel ont participé des représentants de haut niveau des mondes du sport, de la politique, des affaires, de l’enseignement supérieur et du développement. Le Sommet était organisé par Special Olympics, les Jeux Olympiques spéciaux d’été et la Fédération chinoise des personnes handicapées.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée en décembre 2006, a permis de présenter la question du handicap sous l’angle des droits de l'homme et d’en améliorer la visibilité. Profitant de ce succès, le partenariat entre l’UNICEF et Special Olympics encouragera la prise de mesures au niveau national pour ratifier et mettre en œuvre la Convention sur les handicaps.

Le partenariat UNICEF-Special Olympics s’intéressera d’abord en priorité à la Bulgarie, au Cambodge, à la Chine, à El Salvador, à la Jamaïque, à l’Ouzbékistan et à Panama et il sera élargi à de nouveaux pays en 2008. Dans certains de ces pays, les deux organisations favoriseront les activités qui encouragent déjà l’inclusion des enfants handicapés sur le plan intellectuel, en plus de celles qui renforcent les activités des jeunes, et les efforts en faveur d’interventions menées le plus tôt possible.


 

 

Recherche