Le sport au service du développement

Histoire des partenariats sportifs et l'ONU

Les dirigeants de la communauté internationale ont reconnu le pouvoir du sport et ses valeurs lors du Sommet du Millénaire organisé par l’ONU en 2000 et de la Session extraordinaire de 2002 consacrée aux enfants. En juillet 2002, le Secrétaire général des Nations Unies de l’époque, M. Kofi Annan, a réuni une Equipe de travail interinstitutions sur le sport pour le développement et la paix afin de d’examiner les activités concernant le sport au sein du système des Nations Unies. L’équipe de travail était coprésidée par la Directrice générale de l’UNICEF de l’époque Carol Bellamy et l’ancien Président de la Suisse, M. Adolf Ogi qui, en 2001, avait été le premier Conseiller spécial du Secrétaire général de l’ONU sur le sport au service du développement et de la paix.

Ce groupe de travail de haut niveau a réuni 10 institutions des Nations Unies qui se servaient toutes à un niveau ou à un autre du sport dans leurs activités, notamment l’OIT, le PNUD, l’UNESCO, le PNUE, le HCR, l’UNICEF, le Bureau des Nations Unies sur la drogue et le crime, les Volontaires de l’ONU, ONUSIDA et l’Organisation mondiale de la Santé. Le Secrétariat de l’équipe de travail était assuré par l’organisation non gouvernementale Right to Play, fondée et dirigée par Johann Koss, le champion olympique qui avait été nommé Ambassadeur itinérant de l’UNICEF en 1994.

En 2003, l’Equipe de travail a publié « Le sport au service du développement et de la paix : vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement », qui concluait que le sport – du simple jeu aux sports de compétition et organisés en passant par les activités physiques – est un moyen efficace et rentable de progresser vers les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Fin 2003, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution sur le rôle du sport pour promouvoir la santé, l’éducation, le développement et la paix. Elle a proclamé 2005 Année internationale du sport et de l’éducation physique, affirmant que « les Nations Unies se tournent vers le monde du sport pour l’aider dans son travail en faveur de la paix et dans ses efforts vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement ».

L’UNICEF a présenté ses arguments pour le sport dans la publication de 2004 « Le sport, les loisirs et le jeu », en montrant comment il utilisait la force et le potentiel du sport, des loisirs et des jeux dans ses programmes de pays grâce la création de partenariats visant à amener les filles et les garçons sur les terrains de sport et de jeux et à mobiliser les gouvernements en vue de mettre au point des stratégies d’ensemble soucieuses de faire reconnaître le droit au jeu de tout enfant.


 

 

Recherche