La situation des enfants dans le monde 1999: Education
Page d'accueil | Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF

Investir dans les droits de l'homme

UNICEF/5699/Asabe

Avec une dette extérieure qui s'élève à 2200 milliards de dollars, il est bien difficile pour les nations les plus pauvres du monde d'investir dans l'éducation. Au Cambodge, cette fillette se rend à l'école avec son ardoise.

Nous sommes aujourd'hui à l'orée d'une révolution éducative, fondée sur un concept élargi et renouvelé de ce que signifie éducation et apprentissage.

Ce qui nous a amenés là, c'est notreprise de conscience dans les années 90 que les droits de l'homme étaient un élément clef du développement humain.

Alors que notre engagement avait sombré dans les années 80 sur les écueils de la dette, voilà que l'humanité reconnaît aujourd'hui, mieux qu'elle ne l'avait jamais fait, que les droits humains sont indivisibles et que la réalisation d'un droit conduit à en renforcer et promouvoir un autre. Que l'homme ait droit à l'éducation, tout comme il a droit à la liberté de parole et de pensée, comme il a droit à être protégé de la torture, pourra sembler à beaucoup de gens un concept nouveau. C'est un concept d'une portée extrêmement importante et d'un potentiel de transformation particulièrement riche pour le monde en développement, où 130 millions d'enfants grandissent en marge de l'école. Ce qui estplus révolutionnaire encore, c'est l'insistance avec laquelle la Convention relative aux droits de l'enfant souligne que cette éducation doit être une expérience d'apprentissage de la vie de haute qualité dans un environnement centré sur l'enfant et sensible aux différences entre garçons et filles.


Nous sommes aujourd'hui à l'orée d'une révolution éducative grâce à notre prise de conscience, dans les années 90, que les droits de l'homme sont un élément clef du développement.

De toute évidence, une grande part de ce qui se passe aujourd'hui dans l'éducation de base est indéfendable. Quelques exemples montrent combien l'expérience scolaire actuelle peut être inadéquate:

[Au Japon]: Dès le jardin d'enfants, les écoliers sont lancés dans une compétition impitoyable et sans fin pour améliorer leur situation sociale, parce que tous les établissements d'éducation sont hiérarchiquement classés d'un bout à l'autre de l'échelle en fonction d'un prestige défini par le nombre d'élèves qu'un établissement peut envoyer dans une grande société ou un institut supérieur renommé ou d'élite. Seuls les enfants qui ont été bien formés à une persévérance et une autodiscipline presque inhumaines peuvent réussir à avancer sachant bien que s'ils sortent du système scolaire, ils risquent fort de se retrouver marginalisés 1.

[En Zambie]: L'élève type doit faire sept kilomètres à pied tous les matins pour se rendre en classe, sans avoir mangé; fatigué, mal nourri, affaibli par la malnutrition, souffrant de vers intestinaux, il arrive tout en sueur à l'école, où il ne parvient pas à se concentrer. La classe regroupe une cinquantaine de garçons et de filles tous dans le même état. Leur réceptivité est minimale. L'instituteur est mal formé, peu motivé et sous-payé. Il parle mal l'anglais, mais essaie d'enseigner dans cette langue. Il ne connaît pas bien les matières qu'il enseigne et applique de mauvaises méthodes pédagogiques. La salle est sombre, mal aérée, l'acoustique est mauvaise, il n'y a pas de craie, le tableau brille, on manque de papier et de crayons. L'école est un monde étranger, qui tente sans succès de donner des connaissances sans rapport avec l'élève, son environnement ou la société qu'il ou elle devra affronter à l'âge adulte, en arrivant sur le marché du travail2 .

[Au Brésil]: La salle de l'école primaire municipale est peu inspirante. Elle manque des matériels pédagogiques essentiels. Elle est pleine d'enfants endormis ou perdus dans leurs rêves, nettement trop petits pour leur âge; d'autres, le ventre ballonné, se plaignent de douleurs causées par les vers ou autres parasites, tandis que d'autres encore sont tourmentés par les démangeaisons dues aux poux, à la gale ou à d'autres infections cutanées. Tous les enfants, quels que soient leur âge ou leurs talents, reçoivent toujours la même leçon conçue pour ceux qui apprennent le plus lentement 3.

Beaucoup d'environnements pédagogiques sont loin de ressembler aux milieux stimulants et accueillants tels qu'ils sont prévus pour les enfants dans la Convention. Mais si les échecs des systèmes éducatifs actuels sont flagrants, les succès d'exemples novateurs décrits dans la section précédente sont tout aussi manifestes.

De plus, les énormes problèmes financiers qu'a connus l'enseignement au cours de ces 20 dernières années difficiles ont eu un résultat positif: l'élimination des excès qui pouvaient exister dans le système, devenu de ce fait plus rentable et moins gaspilleur qu'il ne l'avait jamais été.

On a exploré depuis dix ans un certain nombre de voies économiques pour atteindre les objectifs éducatifs mondiaux. Beaucoup semblent prometteuses. Elles méritent d'être soutenues par l'apport de ressources suffisantes et d'une volonté politique nationale et internationale si l'on veut que toutes les écoles en profitent, dans les pays riches comme dans les pays pauvres.

 

 
Page précédente | Sommaire | Page suivante

Page d'accueil | Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF