Page d'accueil de l'UNICEF La situation des enfants dans le monde La situation des enfants dans le monde
Présentation
Une ère nouvelle
Quatre mythes à propos du travail des enfants
Qu'est-ce que le travail des enfants?
Combien d'enfants sont au travail?
Les origines du travail des enfants
Les formes du travail des enfants
Agir
Mettons fin au travail des enfants

Selon le rapport, la récente vague d'intérêt suscitée par le travail des enfants a trop souvent été fondée sur quatre mythes qu'il convient de détruire.

Premier mythe, le travail des enfants est circonscrit au monde en développement. En fait, des enfants travaillent de façon habituelle dans tous les pays industrialisés et l'on trouve dans beaucoup d'entre eux des formes dangereuses de travail des enfants. Aux Etats-Unis par exemple, l'agriculture emploie des enfants, dont la plupart sont issus de minorités ethniques ou de groupes d'immigrants. Une enquête réalisée en 1990 sur les enfants mexico-américains occupés dans les exploitations agricoles de l'Etat de New York a montré que près de la moitié avaient travaillé dans des champs encore humides de pesticides et que plus d'un tiers avaient été touchés par des pulvérisations.

Deuxième mythe, le travail des enfants ne sera jamais éliminé tant que la pauvreté subsistera. Or, selon l'UNICEF, l'emploi des enfants à des travaux dangereux peut et doit être éliminé indépendamment de mesures plus vastes visant à limiter la pauvreté. D'ailleurs le climat en ce domaine est en train de changer. Les gouvernements ont commencé à agir pour appliquer les engagements souscrits dans la Convention relative aux droits de l'enfant. Au niveau local, les groupes de militants et les organisations non gouvernementales (ONG) étudient des moyens novateurs de retirer les enfants des emplois dangereux et de leur assurer des solutions de rechange.

Troisième mythe, le travail pour la seule exportation: la plupart des enfants travailleraient comme des forçats à produire des articles bon marché pour alimenter les magasins du monde riche. Certes, on montre du doigt les ballons de football fabriqués par des enfants au Pakistan pour être utilisés par des enfants dans les pays industrialisés. Mais en fait, seul un très petit pourcentage des enfants travailleurs sont employés dans les industries d'exportation, probablement moins de 5%. La plupart sont occupés dans le secteur informel comme vendeurs de rues, ouvriers agricoles ou domestiques, loin des inspecteurs du travail et de la curiosité des médias.

Le quatrième mythe à dénoncer concerne l'arme des sanctions: une autre voie de progression dans la lutte contre le travail des enfants serait, selon cette thèse, que les consommateurs et les gouvernements fassent pression par des sanctions et des boycotts. Les pressions au plan international sont sans nul doute utiles, mais les boycotts et autres mesures indiscriminées n'affecteront que les industries exportatrices, lesquelles exploitent un pourcentage d'enfants relativement faible. Ces mesures sont, de plus, un instrument grossier avec des conséquences à long terme qui risquent en fin de compte de faire plus de mal que de bien aux enfants. L'UNICEF préconise plutôt une stratégie d'ensemble qui soutienne et développe les initiatives locales, en offrant aux enfants libérés des alternatives réelles, à commencer par un enseignement primaire obligatoire de qualité.