Saeda Almatari,16 ans, Jordanie/États-Unis

Des images irréalistes dans les médias : un danger pour les adolescentes

De nos jours, la beauté féminine se définit par des traits « sans défaut » et un corps « parfait » dans sa minceur. Ces images sont diffusées par divers médias, et on les voit surtout dans la publicité. Il en résulte que les adolescentes du monde entier qui comparent leur corps à ces idéaux irréalisables finissent souvent par ne pas se sentir à la hauteur.

Ayant passé une partie de ma jeunesse en Jordanie et une autre aux États-Unis, je sais que l’image physique est une préoccupation majeure pour les adolescentes dans divers environnements culturels. Bien qu’elles n’aiment pas trop en parler, plusieurs de mes camarades de classe souffrent d’un manque d’estime personnelle, suivent des régimes et critiquent leur poids ou leurs traits physiques. Certaines jeunes Jordaniennes rêvent à une opération de chirurgie esthétique qui les ferait ressembler à une célébrité, et aux États-Unis le nombre d’interventions esthétiques est en augmentation chez les adolescentes. Qui plus est, que ce soit en Colombie, au Japon, à Oman, en Slovénie ou en Afrique du Sud, les jeunes filles adoptent des habitudes alimentaires malsaines, par exemple en sautant des repas et suivant des régimes excessifs pour « ressembler » au modèle promu dans les films et les magazines.

Les médias influencent à la fois la vision que nous avons de nous-mêmes et les choix que nous faisons. Les signes de glorification d’un idéal de minceur sont omniprésents : à la télévision, au cinéma, sur Internet, dans les magazines et même dans la rue. Ils sont impossibles à éviter. La vue de ces images mythifiées, qui ne représentent pas des filles ou des femmes en chair et en os, peut avoir des effets négatifs durables sur une jeunesse vulnérable. L’influence des publicités montrant des formes féminines trompeuses peuvent prédisposer les filles à l’anorexie et à la boulimie, qui sont deux troubles alimentaires graves et parfois mortels. De plus, les adolescentes qui ont peu d’estime d’elles-mêmes souffrent souvent de dépression qui, laissée sans traitement, peut conduire au suicide.

Pour contrebalancer cette influence, nous devons montrer aux filles que la beauté n’est pas à acheter ou à vendre, et qu’elle ne vient pas de régimes de pilules, du maquillage ou de vêtements de luxe. Nous devons promouvoir des images saines et réalistes de nous-mêmes. Adultes et adolescents doivent travailler ensemble pour souligner la beauté qui se trouve dans chaque fille et célébrer les vertus qui dépassent l’aspect physique : honnêteté, intelligence, intégrité et générosité. J’encourage un dialogue plus franc sur cette question essentielle et espère pouvoir aider les filles à se sentir belles dans leur propre peau.

Saeda Almatari voudrait étudier le journalisme. Elle s’intéresse au football et veut faire bouger les choses en améliorant la vie des gens.

Encadrés

Adultes et adolescents étaient invités à donner leurs avis sur les questions essentielles auxquelles sont confrontés les adolescents au 21eme siècle.

Essais

Adultes et adolescents étaient invités à donner leurs avis sur les questions essentielles auxquelles sont confrontés les adolescents au 21eme siècle.