Son Altesse royale la princesse Mathilde de Belgique

La responsabilité des adultes : écouter les adolescents

Depuis l’entrée en vigueur de la Convention relative aux droits de l’enfant il y a 20 ans, la communauté internationale s’est engagée à protéger les droits des enfants en matière d’éducation, de santé, de participation et de protection. Ces droits impliquent des obligations morales et juridiques. La responsabilité des gouvernements dans le monde en ce qui concerne le bien-être de leurs enfants est engagée grâce au Comité des droits de l’enfant.

Des progrès considérables ont été réalisés dans le monde en matière de réduction de la mortalité, d’amélioration de l’accès aux soins de santé de base, et de scolarisation des enfants dans leur première décennie de vie. Ces acquis ont ouvert la voie à des évolutions prometteuses pour l’adolescence. En effet, le nombre d’élèves inscrits dans le secondaire a augmenté, même s’il partait de très bas; les mariages précoces et les mutilations génitales féminines/excisions ont diminué; et la connaissance de la transmission du VIH s’est accrue. Grâce à des efforts globaux et locaux de sensibilisation, d’encouragement au dialogue et au développement de politiques, les adolescents sont mieux protégés des violences et de l’exploitation. Pourtant, pour des millions d’adolescents, le quotidien demeure un combat.

Une enfance et adolescence heureuses – avec l’occasion d’apprendre, de jouer et de se sentir en sécurité – demeure une perspective encore lointaine pour nombre d’entre eux. Au lieu de cela, des millions d’adolescents sont confrontés à des emplois dangereux, des grossesses précoces et à la participation aux conflits armés. Chargés de rôles d’adultes et privés de leurs droits en tant qu’enfants, les adolescents sont exposés à de nombreux dangers. En privant ce groupe d’âge de son enfance, on accroît les risques d’exploitation au travail, d’isolation sociale, de mariage précoce, de mortalité et de morbidité des adolescentes liées à la grossesse et à des complications à l’accouchement. Le défi considérable que représente la protection des adolescents à cette période cruciale de leur vie ne doit pas être sous-estimé, et les adultes ont un rôle majeur à jouer à cet effet.

Actuellement, les adolescents représentent 18 pour cent de la population mondiale, mais l’attention qui leur est portée est bien inférieure à ce que mériterait leur nombre. Les parents, les membres de la famille et les communautés locales sont responsables de la promotion et de la protection du développement des adolescents. La mise en place de lois et la poursuite d’objectifs concrets comme les Objectifs du Millénaire pour le développement constituent des moyens importants de créer un élan d’investissement en faveur des adolescents. Mais pour rendre ces initiatives véritablement efficaces, nous devons inviter les jeunes à faire partie de la solution et s’assurer que leurs voix sont entendues.

Les adolescents ne se considèrent pas comme de « futurs adultes » ; c’est maintenant qu’ils veulent être pris au sérieux. L’article 13 de la convention stipule que les enfants sont libres d’exprimer leurs idées et opinions, par la voie de leur choix. L’exercice de ce droit leur permet non seulement d’améliorer leur confiance en eux mais aussi de préparer leur rôle actif de citoyens.

De même, l’éducation encourage les enfants à communiquer et à se faire entendre. Les parents, les amis et les membres de la famille jouent un rôle essentiel dans la stimulation de la croissance éducative des adolescents, puisque l’apprentissage s’étend au-delà de la salle de classe. Le rôle de mentor des parents ne doit pas être sous-estimé; il mérite davantage d’appui et d’appréciation.

Je trouve encourageantes les réponses des jeunes au projet Qu’en pensez-vous ? d’UNICEF Belgique. Cette initiative met en lumière les enfants marginalisés : les handicapés, ceux qui vivent dans des institutions ou des hôpitaux, et qui souffrent de la pauvreté. J’ai découvert lors de mes visites à ces enfants que leurs histoires ne sont pas, comme on pourrait s’y attendre, l’expression du désespoir. Au contraire, beaucoup manifestent un espoir extraordinaire en l’avenir et ils veulent participer au façonnage de leur monde.

La seule manière de comprendre ce que les adolescents attendent de nous est de les écouter. Il s’agit d’une période cruciale dans le développement d’un individu. Soyons très attentifs aux besoins et aux préoccupations des adolescents. Offrons-leur la chance de prendre part à la société. Laissons-leur la liberté et la possibilité de devenir des adultes en bonne santé. A l’approche de 2015, date butoir des Objectifs du Millénaire pour le développement, chaque effort compte pour garantir le même bien-être à tous les enfants du monde. Leurs espoirs et leurs rêves sont encore très vifs. À nous de permettre aux adolescents de développer tout leur potentiel. Travaillons avec eux pour faire de la vie une belle aventure.

Son Altesse Royale la Princesse Mathilde de Belgique est particulièrement engagée auprès des enfants vivant avec le VIH ou affectés par le VIH d’une manière ou d’une autre. Dans ses fonctions de Présidente d’honneur d’UNICEF Belgique et de Représentante spéciale de l’UNICEF et de l’ONUSIDA pour les enfants et le SIDA, S.A.R. la Princesse Mathilde a entrepris des visites sur le terrain en Afrique et en Asie afin de promouvoir le bien-être des personnes vulnérables et de sensibiliser les populations aux droits des enfants.

Encadrés

Adultes et adolescents étaient invités à donner leurs avis sur les questions essentielles auxquelles sont confrontés les adolescents au 21eme siècle.

Essais

Adultes et adolescents étaient invités à donner leurs avis sur les questions essentielles auxquelles sont confrontés les adolescents au 21eme siècle.