Veuillez télécharger la dernière version de Flash Player.

Cliquez ici si vous avez déjà installé Flash Player.

Trouver l’équilibre entre le travail et la famille

Voilà des années que Marisa Thalberg, 37 ans, ne possède plus de réveil. Tous les matins, sa fille Hannah âgée de cinq ans ou son bébé de cinq mois, Avery, prennent soin de la réveiller aux premières heures du jour.

Comme des millions de femmes de par le monde, dès que sa journée commence, Marisa se met à jongler pour concilier des univers en concurrence, voire en conflit : celui du travail et celui de la famille.

A une époque où les femmes représentent environ 40 % de la main-d’œuvre mondiale, la quête de garderies qui offrent des soins de qualité tout en étant d’un prix raisonnable n’est pas une sinécure pour les familles dont les deux parents travaillent. Dans plusieurs régions du monde, les parents s’appuient sur des membres de la famille élargie pour la garde des enfants. Il n’est pas rare qu’un enfant plus âgé, généralement une fille, se voit confier la tâche de garder ses frères et sœurs plus jeunes – souvent au prix de sa propre scolarité.

Heureusement, ce n’est pas le cas pour Marisa et sa famille.

Le matin, chez les Thalberg, ressemble à un « chaos organisé », une routine bien huilée. Marisa et son mari, David, se préparent à aller travailler, habillent et nourrissent leurs enfants, attendent que la baby-sitter d’Avery arrive, et déposent Hannah à l’école. Puis tous deux courent à leur travail : Marisa est cadre dans une agence de publicité et David dirige un cabinet de relations publiques.

Vers la fin d’une journée de travail bien remplie, Marisa et David commencent à échanger des textos pour voir lequel des deux peut rentrer à la maison autour de 19 heures pour libérer la baby-sitter et mettre les enfants au lit. Ce n’est pas facile, mais ils s’en sortent.

« Mon mari et moi nous sommes de vrais partenaires, » affirme Marisa. « Nous sommes partenaires pour faire vivre notre famille et nous sommes partenaires à la maison. Lorsque nous rentrons tous les deux le soir, nous ne retombons pas dans le vieux schéma où moi je m’occupe de la maison pendant qu’il lit son journal. En fait, sans lui, nous n’aurions jamais de repas à la maison ! »

Un lieu de rencontre pour les mères qui travaillent

Après avoir donné le jour à sa fille Hannah en 2000, Marisa savait qu’elle allait recommencer à travailler, à la fois parce que c’était une obligation financière et parce qu’elle avait le sentiment de s’épanouir dans son travail de cadre.

« Le travail peut beaucoup vous apporter : les rapports avec d’autres adultes, un sentiment d’accomplissement et l’impression d’apporter une contribution au monde, » dit-elle. Mais elle avait aussi besoin d’être en contact avec d’autres femmes qui se trouvaient dans la même situation. Marisa vit à New York, une ville dans laquelle beaucoup de femmes ont une vie professionnelle ; pourtant elle a eu toutes les peines du monde à trouver un groupe de soutien pour les mères qui travaillent en dehors de la maison où échanger des expériences, des conseils et recevoir un appui.

En 2002, Marisa a décidé de créer l’association ‘Executive Moms’ (mères cadres). « J’ai réalisé que dans ce pays des milliers de femmes ressentaient ce même besoin, » explique-t-elle. « L’ironie veut qu'avec tous mes efforts pour résoudre mes propres problèmes de mère qui travaille, j’ai fini par me lancer dans une deuxième carrière ! »

Executive Moms offre le soutien d’autres femmes aux mères qui ont aussi une vie professionnelle, en leur donnant la possibilité de se rencontrer et d’avoir accès à un soutien affectif qui les aidera à faire face à leurs difficultés et à s’épanouir dans leur double mission. L’organisation, qui compte aujourd’hui plusieurs milliers de membres, a un site Internet, envoie à ses membres des courriels hebdomadaires « Executive Momorandum », et propose diverses manifestations spéciales.

En 2005, Marisa a reçu le titre de Femme d’affaires contemporaine exceptionnelle, décerné par Project Legacy, grâce à son travail auprès de Executive Moms. Elle est également devenue porte-parole des femmes auprès des médias sur des questions touchant la maternité, les carrières et le style de vie des femmes qui ont un emploi du temps chargé. Mais l’aspect le plus gratifiant de son travail, en tant que fondatrice de l’organisation, fut la possibilité de remettre en question certains stéréotypes.

« Beaucoup de gens pensent que les mères qui travaillent sont surmenées, surchargées et qu’elles donneraient n’importe quoi pour ne pas avoir à jongler entre leur travail et leur famille, » explique-t-elle. « Mais la toute première enquête que nous avons effectuée auprès de nos membres a révélé que 97 % des femmes membres d’Executive Moms avaient le sentiment que leur travail faisait d’elles de meilleures mères. »

Même s’il est valorisant d’arriver à trouver un équilibre entre la vie professionnelle et les enfants, les difficultés que rencontrent beaucoup de familles qui travaillent ne sont pas minces. « On ne peut pas échapper au fait que le congé de maternité diminue aux États-Unis et dans d’autres pays, tant en durée qu’en qualité, » explique Marisa. « Beaucoup d’entreprises vous font comprendre que vous ne pouvez pas partir complètement et que vous devez revenir travailler rapidement. Si l’on ajoute à cela le fait que le congé de paternité est loin d’être institué dans ce pays et qu’il est difficile de trouver de bonnes garderies d’un prix abordable, le scénario n’est pas brillant. »

Compte tenu de toutes ces difficultés, le soutien que les femmes peuvent s’apporter au travail prend toute son importance. « Au cours de ma carrière, j'ai souvent constaté que les femmes n’étaient pas toujours aussi charitables envers les autres femmes qu'elles pourraient l'être, » estime Marisa. « Nous devrions puiser dans nos qualités maternelles et les utiliser pour nous entraider au travail. »

Des politiques sociales et des programmes devraient être soutenus pour aider les femmes et les hommes, comme Marisa et son mari, à concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales et pour encourager les hommes à assumer une part égale des tâches ménagères et de l’éducation des enfants. Informe-toi davantage sur l’autonomisation des femmes dans le cadre professionnel.