English / Español
www.unicef.org
 
Choisissez un enfant pour en savoir plus
Keabetswe, Botswana Leeda, Cambodge Ali, Jordan Himal, Népal Martha, Sierra Leone Ishen, Royaume-Uni Nodira, Ouzbékistan Yuleini, Venezuela

La discrimination exclut les filles de l'éducation

L'éducation donne aux filles (et aux garçons) l'occasion de renforcer leurs moyens et leur confiance en soi par l'acquisition des connaissances, des aptitudes et des valeurs qui leur permettront de négocier une place dans la société sur un pied d'égalité. Les inégalités entre filles et garçons dans l'éducation signifient que pour 100 garçons qui ne vont pas à l'école primaire, on compte 117 filles non scolarisées. Bien que cet écart diminue régulièrement depuis 1980, de nombreux pays n'atteindront pas cible de l'OMD 3 de la parité dans le domaine de l'éducation primaire d'ici à 2005. [figure 2.6]

Dans l'éducation secondaire, cette tendance est encore plus prononcée : sur 75 pays évalués par l'UNICEF, 22 seulement étaient en bonne voix d'atteindre la parité d'ici à 2015, tandis que 25 étaient très éloignés de cet objectif. L'exclusion des filles de l'éducation par rapport aux garçons - notamment en Asie du Sud, en Afrique et au Moyen-Orient - est l'indicateur statistique le plus évident de la discrimination sexuelle.

Mais la discrimination sexuelle est à la fois plus subtile et plus répandue que ce que les statistiques de la parité dans l'éducation permettent de mesurer. C'est parce qu'elle sont des filles que certains enfants sont exclus des services de base, et ont moins de chances de bénéficier du Programme d'action du Millénaire.

La marginalisation des femmes a pour conséquences l'exclusion de leurs enfants. Les mères sont généralement les personnes qui s'occupent des enfants. Dans les cas où elles n'ont pas accès aux services de base, à des ressources essentielles ou à des informations, ce sont leurs enfants qui souffrent le plus de l'exclusion. Les obstacles qui entravent la lutte contre la discrimination sexuelle sont le manque constant de données de bonne qualité ventilées par sexe, l'insuffisance des ressources financières et techniques destinées aux programmes en faveur des femmes aux niveaux international et national à la fois, et une représentation insuffisante dans la sphère politique.