English / Español
www.unicef.org
 

Texte intégral du rapport

Résumé de synthèse   >1 | 2 | 3 | 4 | 5 | suivant

Enfants invisibles

Dans des situations extrêmes, les enfants peuvent devenir invisibles, se fondre dans leurs familles, leurs communautés et leurs sociétés, et effectivement disparaître du champ de vision des gouvernements, des donateurs, de la société civile, des médias et même des autres enfants.

Pour des millions d’enfants, cette invisibilité s’explique essentiellement par des violations de leur droit à une protection. Il est difficile de se faire une idée précise de l’étendue de ces violations, mais plusieurs facteurs semblent augmenter le risque d’invisibilité de ces enfants: l’absence ou la perte de papiers officiels d’identité; une protection insuffisante par l’État des enfants qui ne sont pas élevés par leurs parents; l’exploitation dans le cadre de la traite d’enfants et du travail forcé; et l’accession prématurée des enfants à des rôles d’adultes, comme le mariage, le travail et le combat.

Les enfants victimes de ces facteurs sont, notamment, les enfants qui ne sont pas déclarés à la naissance, les enfants réfugiés et déplacés, les orphelins, les enfants des rues, les enfants détenus, ceux qui se marient trop tôt, qui font un travail dangereux pour leur santé ou qui combattent, ainsi que les enfants victimes de la traite d’enfants et ceux qui sont asservis par un contrat. Le moyen de rendre ces enfants visibles consiste à créer à leur intention un environnement protecteur.

Les principaux éléments d’un environnement protecteur sont les suivants :

  • Renforcement des capacités des familles et des communautés d’élever et de protéger les enfants.

  • Engagement du gouvernement à protéger l’enfant en fournissant les ressources budgétaires nécessaires et en adoptant des politiques de sécurité sociale ciblant les enfants les plus exclus et invisibles.

  • Ratification et mise en oeuvre de la législation, tant nationale qu’internationale, relative aux droits et à la protection des enfants.

  • Poursuite des auteurs de délits perpétrés contre des enfants tout en évitant de sanctionner les enfants qui en sont victimes.

  • Débat ouvert avec la société civile et les médias sur les attitudes, préjugés, convictions et pratiques qui encouragent les mauvais traitements ou qui les provoquent.

  • Connaissance de leurs droits par les enfants et encouragement à les exprimer; et information pour que les enfants possèdent les connaissances vitales pour se protéger contre les mauvais traitements et l’exploitation.

  • Mise à disposition des services sociaux de base pour tous les enfants, sans discrimination.

  • Suivi, établissement de rapports transparents et contrôle des cas de mauvais traitement et d’exploitation.

La responsabilité est l’élément clé de l’environnement protecteur : tous les membres de la société peuvent agir pour s’assurer que les enfants ne deviennent pas invisibles. Si la responsabilité d’élever les enfants incombe d’abord aux familles et à l’État, les particuliers et les organisations doivent déployer des efforts soutenus et à long terme pour briser le cycle de la violence.